Qu’est-ce qu’une visite virtuelle et comment en créer une ?

créer visite virtuelle

créer visite virtuelle

Si vous avez déjà utilisé la fonction Street View dans Google Maps, vous avez déjà effectué une visite virtuelle. La visite virtuelle et ses outils ont déjà plusieurs années derrière eux mais connaissent un bond significatif en raison de la crise sanitaire. Malgré le climat d’incertitude, on continue cependant de vouloir acheter un appartement, de faire tourner son activité, de s’intéresser à l’art ou de rêver à de vacances prochaines. 

Crise ou pas crise, la distance pouvait déjà être un frein ou un obstacle pour ces mêmes activités. Comment créer une visite virtuelle, sans être un virtuose de la technologie ? Et en quoi cela consiste-t-il exactement ? Des rayons d’un magasin aux allées d’un jardin, il n’y a qu’un clic (que nous franchissons allègrement). 

La visite virtuelle, une expérience visuelle aux nombreux atouts

Un logiciel de visite virtuelle permet de modéliser un espace en 3D à partir d’une prise de vue à 360 degrés ou de plusieurs photos, afin d’en proposer la “visite” depuis son ordinateur ou appareil mobile. L’espace ainsi mis en ligne est “navigable” et peut être personnalisé avec des fonctionnalités interactives.

On peut s’amuser à créer une vidéo 360°, dont le principe consiste à évoluer dans une vidéo.

On peut aussi aller plus loin grâce à la réalité virtuelle pour une expérience immersive.

Loin d’être un gadget technologique de plus, la visite virtuelle regorge d’avantages et les plateformes rivalisent de créativité en matière de fonctionnalités.

Voici les principaux avantages de la visite virtuelle, hors spécificités d’un secteur.

Pour les entreprises :

  • Nécessite peu de matériel
  • Coûts faibles à modérés pour une rentabilité élevée
  • Potentiel viral sur les réseaux sociaux
  • Augmentation de visites et clics
  • Statistiques de visite exploitables
  • Référencement amélioré
  • Accès permanent
  • Amélioration de l’image

Pour les clients :

  • Accès à des sites éloignés ou fermés au public
  • Plaisir de l’expérience immersive et interactive 
  • Contenu riche gratuit
  • Confiance envers la marque (transparence)
  • Meilleures décisions

Les secteurs qui bénéficient de la visite virtuelle

De nombreux secteurs trouvent un intérêt dans la création d’une visite virtuelle : magasins, ateliers, agences, usines, musées, monuments, espaces naturels, tous peuvent ouvrir leurs portes et proposer une visite privilégiée à toute heure.

Dans cet article nous vous présentons quatre secteurs particuliers pouvant bénéficier de la visite virtuelle.

L’immobilier

En 2017, une étude de l’Ifop auprès de 1 500 personnes révélait que 85 % des prospects souhaiteraient pouvoir visiter un bien de manière virtuelle avant de se déplacer physiquement. Le groupe Se Loger affirme que les biens se vendent cinq fois plus vite lorsqu’ils proposent la visite virtuelle.

Plus fidèle à la réalité que de simples photos qui aplatissent la perspective, la visite virtuelle rend compte des volumes et de l’agencement d’un espace. L’intégration de texte, d’audio et de vidéo commentent les points d’intérêt et sont consultables à l’envi, tandis que les hotspots (points de navigation) indiquent le chemin. Certains logiciels permettent même de commenter en direct, avec incrustation vidéo de son interlocuteur.

Toutes les parties prenantes y trouvent donc leur compte :

  • Le vendeur d’un bien n’a plus besoin de ranger et de se rendre disponible de nombreuses fois : la visite virtuelle est ouverte jour et nuit.
  • Le potentiel acheteur n’a plus besoin d’organiser son calendrier et de se déplacer au risque d’être déçu une fois sur place.
  • Les agents, eux, peuvent proposer la visite réelle avec des personnes vraiment intéressées.

En résumé, tout le monde économise du temps et de l’énergie. 

Le secteur industriel

Comment organiser une visite de ses installations à ses clients sans se lancer dans une logistique complexe ? En leur donnant accès à votre visite virtuelle et en jouant le guide à distance. La visite virtuelle en milieu industriel représente là aussi un gain de temps et une façon moderne de présenter son atelier ou son usine. Les lieux requérant de strictes mesures de sécurité deviennent soudainement accessibles.

Elle peut informer sur la fabrication d’un produit, les différents corps métiers, ou encore faire office de formation en matière de mesures d’hygiène et de sécurité auprès de vos collaborateurs. La visite virtuelle est un support permanent que vous pouvez diffuser sur votre stand lors d’un salon ou d’une réunion.

De plus, le tourisme industriel, dit de découverte économique, connaît un élan remarquable. Le Guide du Routard y consacre même un dossier complet. De quoi satisfaire tous les curieux de la thématique et de donner une touche de modernité à votre image.

Nul besoin de rester trop sérieux : par exemple, cette usine de Norvège s’est amusée à créer une visite hybride mêlant vidéo interactive à 360° avec scénario et acteurs.

L’hôtellerie

Tout comme pour l’immobilier, pouvoir visiter un potentiel lieu de villégiature pèse dans la décision au moment d’organiser ses vacances.

Pour les professionnels de la location saisonnière, les logements se voient valorisés et n’en sont que plus attractifs. Si parfois l’on se prend à rêver d’hôtels inaccessibles ou de coins paradisiaques, la visite virtuelle bénéficie à l’hébergement local en l’aidant à se faire connaître via les blogs et réseaux sociaux.

Pour le vacancier, c’est une manière d’être rassuré et de voir se réduire au maximum les mauvaises surprises sous peine de noircir le tableau de ses vacances pourtant bien méritées.

Le tourisme et la culture

Pour les régions et les villes, c’est l’occasion de mettre en valeur paysages et patrimoine, et d’enrichir ces captures de toutes les informations utiles aux visiteurs. Lieux d’intérêt, anecdotes historiques, horaires d’ouvertures, tout est fait pour créer un guide interactif complet. Artisans et commerçants peuvent également faire une prise de vue de leur atelier et se rendre davantage visibles.

Côté culture, la visite de musées, d’expositions passées, de lieux qui n’existent plus, ou encore de palais et châteaux en Espagne… Qu’ils soient inaccessibles de manière temporaire ou permanente, les lieux de culture proposent de plus en plus de visites virtuelles, qu’elles soient à 360° ou statiques sous forme d’accès aux collections, le plus souvent gratuitement.

Elle favorise ainsi l’accès au savoir et l’enrichissement culturel. Il n’y a pas que les musées nationaux qui puissent en bénéficier : les établissements culturels de toutes tailles peuvent en profiter pour se faire connaître au niveau national ou mondial, les barrières des heures ouvrables et d’espace étant abolies.

En parlant d’espace, enfilez votre combinaison d’astronaute pour visiter la Station spatiale internationale (claustrophobiques s’abstenir) et admirez la vue onirique depuis la coupole d’observation panoramique.

Comment créer une visite virtuelle ?

Si vous êtes photographe dans l’âme, vous disposez sûrement de matériel professionnel ou semi-professionnel. Cependant, les smartphones d’aujourd’hui permettent de produire des photos de qualité. Il faudra alors simplement vous équiper d’un objectif grand angle pour smartphone et d’un socle rotatif pour la prise à 360°.

Une fois uploadée et traitée sur la plateforme élue, celle-ci sera généralement hébergée sur le Cloud de l’éditeur. Selon les fonctionnalités proposées par ce dernier, vous pourrez enrichir votre visite panoramique de contenus médias. 

Enfin, il ne vous restera plus qu’à intégrer le lien à votre site ou à le partager directement sur vos comptes de réseaux sociaux. Google Maps permet également d’intégrer la visite virtuelle de son établissement à son emplacement sur la carte.

4 différents logiciels de visite virtuelle pour différents besoins

Nous vous proposons de découvrir 4 logiciels pour créer votre visite virtuelle, que ce soit pour votre agence immobilière, votre gîte, votre galerie ou votre atelier. Vous retrouverez la méthodologie de sélection en fin d’article. Les logiciels sont présentés ici par ordre alphabétique et sont tous disponibles en français.

Concept3D

Aperçu de Concept3D (source)

  • Note globale : 4.8/5 (37 avis)
  • Version gratuite et essai gratuit disponibles
  • Prix : sur devis

Avec Concept3D, 3 styles de modélisation s’offrent à vous : la visite virtuelle, la carte interactive et le rendement 3D. La plateforme met l’accent sur les complexes industriels, les campus universitaires, les établissements comme les hôpitaux, sans s’y limiter.

L’objectif des cartes et rendements est d’obtenir une vision claire d’installations qui s’avèrent parfois labyrinthiques et de les enrichir de toutes les informations nécessaires pour les visiteurs. La fonctionnalité “wayfinding” sert à planifier un trajet tandis que les données en temps réel peuvent par exemple informer sur l’état des stocks dans un entrepôt.

Idéal pour : le secteur industriel, les installations complexes

Fonctionnalités phares :

  • Visites virtuelles interactives
  • Cartes interactives
  • Rendements 3D
  • Agencement d’espace
  • Intégration de médias (logo, vidéos, audios, texte…)
  • Intégration de données en temps réels

En savoir plus

EYESPY360

Présentation de EYESPY360 (source)

  • Note globale : 4.5/5 (103 avis)
  • Version gratuite disponible
  • Prix : abonnement à partir de 19,99 € par mois et par utilisateur

Avec EYESPY360, le plan au sol se transforme en modèle 3D que l’on observe sous tous les angles. Un clic et vous voilà dans la pièce choisie. Des médias peuvent être intégrées sur des détails afin d’en livrer une démonstration vidéo ou de fournir des détails techniques. Les flèches animées vous indiquent le chemin façon Street View.

En tant qu’agent immobilier, vous pouvez opter pour la visite préenregistrée agrémentée de vos commentaires audios, ou réaliser une visite en direct avec appel vidéo intégré. Pour réaliser ces visites virtuelles, vous aurez probablement besoin d’un appareil photo 360; néanmoins, la plateforme propose de la réaliser à partir de photos 2D.

Pour ceux qui n’auraient jamais touché à un ordinateur, les utilisateurs de Capterra vantent sa facilité d’utilisation, en plus de la rapidité d’exécution.

Idéal pour : le domaine de l’immobilier

Fonctionnalités phares :

  • Intégration de médias (logo, vidéos, audios, texte…)
  • Plan au sol
  • Hotspots
  • Intégration du partage sur les réseaux sociaux 
  • Intégration d’appel vidéo
  • Optimisé pour la réalité virtuelle
  • Rapports de visites

En savoir plus

LiveTour

Présentation de LiveTour (source)

  • Note globale : 4.5/5 (115 avis)
  • Essai gratuit disponible
  • Prix : à partir de 4,5 € par mois pour 3 LiveTours (2 € par LiveTour supplémentaire)

Inutile d’investir dans du matériel professionnel, LiveTour propose un kit pour 45 € : une lentille grand angle qui s’adapte au smartphone et un socle rotatif motorisé.

Une fois votre visite en ligne, il ne vous reste plus qu’à la personnaliser. Les pastilles interactives (“hotspots”) permettent de naviguer d’une pièce à l’autre et d’afficher en temps réel le plan au sol pour se situer. Le bouton de partage intégré à la visite permet de l’envoyer à ses contacts. Lors d’une visite en direct, vous pouvez ajouter des notes sur l’écran afin d’enrichir votre propos d’indications visuelles.

Idéal pour : les néophytes, les petits budgets

Fonctionnalités phares :

  • Intégration de médias (logo, vidéos, audios, texte…)
  • Plan au sol
  • Hotspots
  • Intégration du partage sur les réseaux sociaux 
  • Rapports de visites
  • Annotations en direct
  • Optimisé pour la réalité virtuelle

En savoir plus

My360

Aperçu de My360 (source)

  • Note globale : 4.8/5 (46 avis)
  • Version gratuite et essai gratuit disponibles
  • Prix : abonnement annuel de 35,10 € par mois, abonnement mensuel de 39 € par mois

Pour utiliser My360, vous aurez besoin  d’un appareil photo 360° (en vente sur le site de l’éditeur). Il vous suffira ensuite de charger les photos sur la plateforme. 

Le menu latéral permet de se déplacer directement à la pièce voulue et de partager la visite avec ses contacts. Comme pour les autres logiciels de cette liste, les visites sont personnalisables avec logo, vidéo, et autres informations utiles.

Pour les biens de particuliers, le logiciel propose de limiter la visite à un “extrait” et de permettre l’accès au tour complet du propriétaire en remplissant un formulaire intégré : de cette façon, seules les personnes réellement intéressées se manifestent.

Idéal pour : domaines de l’hôtellerie et de l’immobilier

Fonctionnalités phares :

  • Intégration de médias (logo, vidéos, audios, texte…)
  • Intégration du partage sur les réseaux sociaux 
  • Rapports de visites
  • Annotations en direct
  • Optimisé pour la réalité virtuelle
  • Visites virtuelles illimitées

En savoir plus


Méthodologie

Les produits présentés dans cet article ont été sélectionnés selon les critères suivants :

  • Logiciels proposant la visite à 360°
  • Note globale minimum de 4 sur 5
  • Plus grand nombre d’avis
  • Proposant une version gratuite ou un essai gratuit
Vous souhaitez en savoir plus ? Consultez notre catalogue de logiciels de visite virtuelle pour découvrir davantage de produits.

59 % de PME sont passées au télétravail à travers le monde

télétravail dans le monde

Du jour au lendemain, la crise de COVID-19 a bouleversé la marche du monde. Que nous habitions le pays des kangourous, celui de la bière, la ville lumière ou la capitale du carnaval, nous avons été nombreux à nous confiner pour travailler à distance. Par conséquent, bien des produits et services ont dû être adaptés virtuellement. télétravail dans le monde

Les employés à distance sont confrontés à de nombreux défis, comme celui d’apprendre à utiliser les nouveaux logiciels de télétravail ou de s’habituer aux nouvelles formes de communication. Tous ces nouveaux outils et processus posent la question de la sécurité informatique. De nombreux pirates profitent de la crise pour attaquer les entreprises et voler des données précieuses : les travailleurs à distance sont une cible facile pour ces criminels. 

Nous avons voulu en savoir plus et compiler des statistiques sur les défis du télétravail, l’utilisation des logiciels et les pratiques de sécurité informatique dans le monde pendant la pandémie. C’est pourquoi Capterra a mené une enquête* auprès de 4 600 employés à plein temps travaillant à distance dans des petites et moyennes entreprises (PME) d’Australie, du Brésil, d’Espagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, du Mexique, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

59 % des PME font du télétravail à plein temps

Travailler confortablement dans son salon,  son émission de radio préférée en fond sonore et, surtout, sans les distractions de l’open space : près de 60 % des employés dans le monde travaillent actuellement dans ces conditions.

Nous avons voulu savoir quels sont les 5 aspects du télétravail que les employés apprécient le plus : 

  • Ne pas avoir à se déplacer pour se rendre au bureau
  • Les horaires de travail adaptés aux responsabilités de la vie personnelle
  • Un code vestimentaire décontracté
  • Pouvoir travailler plus efficacement que d’habitude
  • S’occuper des enfants et des animaux domestiques

Le télétravail, c’est l’avenir : 55 % pensent que leur entreprise pourrait fonctionner à distance de façon permanente

La crise pousse à la transformation numérique et montre aux entreprises combien il est important d’adapter non seulement les produits et les services, mais aussi les conditions de travail et l’état d’esprit des équipes. Le travail à distance était jusqu’à présent une réalité pour un petit nombre d’employés à travers le monde :  seuls 11 % avaient déjà adopté ce mode de vie avant la crise.

Si tant de personnes aiment travailler à domicile et que l’on ne note aucune baisse de productivité, le télétravail a un bel avenir devant lui.

Gartner prédit que la génération Z renforcera encore cette tendance. La génération Z (née entre 1995 et 2010) est la génération des véritables natifs du numérique. Pour eux qui ont aiguisé leurs compétences en matière de collaboration numérique tout au long de leur vie, le contact numérique a tendance à être plus naturel que le contact en personne. La préférence de la génération Z pour le travail à distance fera en sorte que le télétravail deviendra une pratique de travail standard.

Comment assurer la productivité d’une équipe à distance ?

Brian Kropp (vice-président chez Gartner) donne quelques conseils sur la façon d’aider vos employés à rester productifs depuis chez eux (article en anglais).

  1. Équipez les employés : assurez-vous que vos collaborateurs disposent de la technologie dont ils ont besoin pour réussir. Cela va du matériel informatique au bon choix de logiciel collaboratif.
  2. Concentrez-vous sur les résultats et non sur les processus : l’important, c’est bien ce que les employés doivent accomplir et non comment ils y arrivent. Fixez des objectifs clairs pour tout le monde afin que vos employés puissent se focaliser sur les résultats et non sur les processus.
  3. Misez sur la reconnaissance : “Pendant les périodes de perturbation, le désir des employés d’être reconnus pour leur contribution augmente d’environ 30 %”, explique Brian Kropp. Cette reconnaissance peut prendre plusieurs formes : des gages d’appréciation, des opportunités d’évolution ou des avantages à faible coût.
  4. Établissez un canal de conversation à double sens : un dialogue bilatéral entre les cadres et les employés est essentiel. Il est très important, surtout en période de bouleversement, que les salariés comprennent les décisions prises par l’entreprise et leurs implications, et que les responsables comprennent les difficultés et les préoccupations des employés.
  5. Faites confiance à vos employés : les gestionnaires peuvent parfois être frustrés de perdre la visibilité sur les activités de leurs employés, mais ne tombez pas dans le piège du micromanagement. Cela ne fera que démotiver les employés déjà stressés. Il est plus important que jamais de faire confiance à vos équipes.

70 % des entreprises dans le monde ont pu adapter leurs produits virtuellement

Les salles de sport diffusent des vidéos de formation en ligne, les restaurants proposent la livraison depuis des sites web qu’ils ont eux-mêmes créés, les agents immobiliers organisent des visites de logements via webcam et les enseignants transforment leur salon en salle de classe.

Il est impressionnant de voir combien d’entreprises dans le monde ont pu réagir à la crise en un minimum de temps. Selon notre enquête, 70 % des entreprises ont pu adapter tout ou partie de leurs offres commerciales. La numérisation de votre produit ou service est une première étape. Si vous souhaitez transformer davantage votre offre commerciale, nous pouvons vous accompagner. 

Comment générer des revenus avec le numérique ?

Les 6 moyens clés de faire des bénéfices avec le numérique sont triés selon le niveau de transformation requis, des méthodes les plus faciles à implémenter aux plus complexes.

  1. Vendez les ressources numériques existantes : le moyen le plus simple de commencer est de vendre les ressources numériques que vous possédez déjà, comme des informations ou du savoir-faire.
  2. Numérisez un produit ou un service : adaptez votre produit ou service au monde virtuel. Livrez vos produits par voie numérique ou offrez vos services en ligne. 
  3. Vendez sur la base d’une rémunération à l’usage : les acheteurs seront plus enclins à utiliser vos ressources numériques s’ils n’ont pas à dépenser des fortunes pour les posséder ou les gérer.
  4. Variez les prix pour les acheteurs en fonction de paramètres communs : proposez des tarifs flexibles pour garantir une vente réussie ou fournir un niveau de service spécifique. 
  5. Lancez une plateforme professionnelle : avec une plateforme commerciale, vous pouvez échanger des produits et des services sans avoir à les posséder ou à les distribuer. Airbnb est un exemple de ce type d’entreprise.
  6. Intéressez-vous à de nouvelles industries : utilisez votre expertise dans un secteur pour vous lancer dans un autre.

60 % des PME dans le monde doivent investir dans des logiciels pour faciliter le télétravail

Les entreprises ont adapté leur utilisation de la technologie pour répondre à la crise. Elles ont dû acquérir des logiciels dédiés au travail à distance et les employés ont dû rapidement se faire à de nouveaux outils. Les données montrent que 60 % des entreprises ont acheté ou prévoient d’acheter de nouveaux programmes pour pouvoir travailler à distance. 

L’enquête montre d’autre part que 64 % d’employés dans le monde ont appris facilement ou très facilement à utiliser ces nouveaux outils. 

En outre, l’infrastructure logicielle a changé. Nous pouvons constater que les entreprises investissent de plus en plus dans les technologies de l’informatique dématérialisée : 39 % des entreprises mondiales utilisent uniquement des applications sur le cloud pour prendre en charge le travail à distance. 

Dans le graphique suivant, vous pouvez voir quels sont les outils de télétravail les plus utilisés actuellement. 

Remarque importante : la plupart des produits logiciels ont été adoptés pour faciliter trois aspects clés :

Quand on se dote de nouveaux outils, il est très important d’investir également dans la sécurité informatique. Dans le cas contraire, le risque de cyberattaques sera accru (voir nos conseils pour créer un environnement de travail sécurisé en fin d’article).

Les problèmes de communication avec les collègues et l’isolement figurent parmi les trois principaux défis du télétravail

Bien que de nombreux employés aiment travailler de chez eux, tout n’est pas idyllique. Il est important de noter et de résoudre les défis du télétravail avant que ceux-ci ne deviennent un frein pour l’entreprise.

La majorité des entreprises soutiennent leurs employés pendant cette crise, en leur fournissant des logiciels de communication et des guides d’utilisation. L’étude montre que 37 % des entreprises fournissent des lignes directrices sur la communication et les réunions d’équipe. Mais ce n’est pas suffisant : les employés sont toujours confrontés à des problèmes de communication avec leurs collaborateurs.

Comment améliorer la communication en télétravail ?

  1. Programmez des réunions : prévoyez des réunions quotidiennes rapides (ou des réunions hebdomadaires avec des équipes plus petites), afin que tous les membres de l’équipe soient informés des tâches, des progrès, des changements, etc. qui affectent leur service ou l’entreprise.
  2. Réservez du temps pour les conversations informelles : avant ou après les réunions de travail, utilisez un logiciel de web conférence pour discuter de façon plus décontractée avec vos collaborateurs. Partagez vos centres d’intérêt et apprenez à vous connaître un peu plus personnellement.  
  3. Prévoyez des séances de brainstorming : réservez un créneau fixe, toutes les deux ou quatre semaines, pour que les équipes améliorent les processus et laissent leur créativité s’exprimer. C’est surtout en période de changement que l’on a besoin d’idées nouvelles.  
  4. Choisissez le bon outil : si vous voyez qu’un outil vous fait perdre plus de temps qu’il ne vous en fait gagner, n’insistez pas pour que vos collaborateurs l’utilisent. Un appel de 5 minutes peut parfois résoudre le problème et éviter à tous de laborieux échanges par e-mail.
  5. N’oubliez pas de vous amuser : organisez des activités virtuelles telles qu’un pot après la journée de travail, un pub quiz, une soirée film ou des jeux en ligne.

Seuls 36 % des employés utilisent des mots de passe forts

L’une des choses les plus importantes pour le travail à distance est de créer un environnement de travail sûr. Nous vous recommandons de suivre les 5 étapes suivantes afin de garantir la sécurité informatique dans votre entreprise.

→ 40 % des employés dans le monde utilisent uniquement leurs appareils personnels pour travailler à distance.

1. Il est fortement recommandé de ne pas utiliser les mêmes appareils pour le travail et l’usage personnel. Cela augmente le risque d’attaque et permet aux criminels de voler des données précieuses. 

→ Seuls 39 % des employés ont un logiciel antivirus installé sur leurs appareils.
29 % d’entre eux utilisent un pare-feu.

2. Investissez dans des logiciels de sécurité comme les antivirus et les pare-feux. Ces deux outils devraient être obligatoires dans toutes les entreprises. En outre, vous pouvez envisager d’investir dans le monitoring réseau et la protection des points de terminaison.

Conseil : un logiciel de sécurité doit absolument être installé sur tous les appareils privés (ordinateur portable, tablette, smartphone) qui sont utilisés pour accéder aux données professionnelles.

→ 32 % des personnes interrogées ont été victimes d’une attaque de phishing ; parmi celles-ci, 49 % se sont produites pendant une session de travail à distance.
→ Seulement 22 % d’entre elles utilisent un logiciel de sécurité pour leur boîte de messagerie.

3. Le courrier électronique est l’une des formes de communication les plus importantes pour les entreprises, et malheureusement, c’est aussi l’une des moins sécurisées. Un logiciel de messagerie sécurisée peut contribuer à réduire le risque d’attaques de phishing en identifiant les e-mails malveillants et en les plaçant en quarantaine.

Conseil : effectuez un test d’hameçonnage si vous ne l’avez jamais fait. Vous déterminerez ainsi la vulnérabilité des employés au phishing par e-mail. 

→ Moins d’un tiers des entreprises utilisent un VPN.
4. Mettez en place un VPN, surtout si des données commerciales sensibles sont transférées lors de sessions de télétravail. Les VPN fournissent une connexion Internet cryptée qui empêche les tiers de consulter l’activité du réseau.
→ Seuls 36 % des employés dans le monde utilisent des mots de passe forts, avec des lettres, des chiffres et des caractères spéciaux choisis aléatoirement.
→ 29 % utilisent un gestionnaire de mots de passe. 

5. Une bonne gestion des mots de passe est essentielle pour prévenir les cyberattaques. Les entreprises devraient profiter de cette période pour sensibiliser leurs employés à l’importance de choisir des mots de passe forts. Un gestionnaire de mots de passe est la solution la plus sûre et la plus pratique et permet de partager facilement les mots de passe avec ses collègues. 

Conseil : au moment de choisir un gestionnaire de mots de passe, ciblez les logiciels qui proposent l’authentification à deux facteurs. Attention, cette fonctionnalité ne s’activera pas automatiquement. Vous devrez la configurer avant de présenter l’outil à votre équipe.

Dans le graphique suivant, vous pouvez voir comment les télétravailleurs du monde entier gèrent leurs mots de passe : 

Se tourner vers l’avenir

Cette incertitude dans notre futur proche est historique. Cependant, certains enseignements sont bons à retenir et appliquer pour améliorer ses méthodes de travail en temps normal et pas seulement en période de crise.

Nous avons pu ainsi apprendre ce qui suit :

  • Les entreprises s’adaptent rapidement au télétravail et proposent leur produit virtuellement.
  • Les entreprises adoptent de nouveaux logiciels.
  • Les collaborateurs apprécient le travail à distance.

D’autre part, nous avons pu voir que certaines entreprises doivent améliorer les points suivants :

  • La communication entre collègues
  • L’utilisation de logiciels de sécurité informatique
  • La politique de gestion des mots de passe
Les travailleurs apprécient d’autant plus le télétravail lorsque leur entreprise leur fait davantage confiance. Cette confiance peut prendre la forme d’une tenue décontractée ou d’horaires flexibles, mais l’idée centrale est que la confiance n’est pas le lot du micromanagement. De nombreuses entreprises ont adapté leur produit au virtuel avec succès et mis en place de nouveaux logiciels : n’ayez pas peur de remettre en question certains aspects de vos processus ou outils si ceux-ci ne fonctionnent pas.
Vous souhaitez en savoir plus sur le télétravail ? Consultez notre liste de logiciels de télétravail.

Méthodologie de l’enquête : pour collecter les données de ce rapport, nous avons mené une enquête en ligne entre le 4 et 14 avril 2020 auprès de 4 600 employés de PME effectuant du télétravail en raison de la crise de COVID-19. Ceux-ci sont issus de divers secteurs d’activité et de divers niveaux d’ancienneté. Les répondants viennent d’Australie, du Brésil, d’Espagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, du Mexique, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

Note : l’infographie présentant les défis du télétravail était une question à réponse multiple ; la somme des pourcentages peut ainsi dépasser 100 %.

Les 3 meilleurs gestionnaires de mots de passe pour PME

logiciel gestion mot de passePour les petites et moyennes entreprises, sécuriser les mots de passe utilisés par leurs collaborateurs contribue au renforcement de leurs défenses informatiques. Et ça tombe bien, car cela n’a rien de compliqué : un logiciel de gestion des mots de passe est un excellent moyen de renforcer les initiatives de sécurité numérique à moindre coût. Dans cet article, nous présentons trois des meilleurs gestionnaires de mots de passe gratuits disponibles pour les PME.

Pourquoi la gestion des mots de passe est-elle importante ?

Quiconque travaillant ou ayant travaillé dans une entreprise en pleine croissance sait que les employés ont tendance à jongler avec une charge de travail importante et souvent répartie sur de nombreux outils. Beaucoup sont tentés, dans cette situation, de définir et d’utiliser un mot de passe commun pour toutes ces plateformes. 

Nous allons expliquer pourquoi c’est une très mauvaise idée.

Au fil des ans, les cybercriminels ont développé un piratage cryptographique du nom d’attaque par force brute. Le hacker n’a besoin que d’une adresse électronique pour commencer. Il saisit ensuite des milliers de combinaisons de mots de passe jusqu’à découvrir la bonne. Cela se fait souvent à l’aide d’un logiciel automatisé : un mot de passe faible peut donc être “cassé” en quelques secondes. Sans surprise, un cyberpirate expérimenté n’hésitera pas à vérifier si les informations de connexion fonctionnent également sur d’autres sites.

Les attaques de force brute se sont multipliées en France depuis le début du confinement, et ce sont les petites entreprises qui en sont bien souvent la cible. Pour limiter les risques, il est crucial de créer des mots de passe forts et uniques pour chaque compte que vous possédez.

Comment renforcer les mots de passe

Un mot de passe fort doit contenir :

  • Au moins huit à seize caractères
  • Des lettres majuscules et minuscules
  • Des caractères spéciaux
  • Des chiffres

Voici un exemple de mot de passe fort : U7d!9@0sn23!xf44.

Les mots de passe courants et facilement identifiables comprennent généralement des noms réels, des mots entiers ou des dates. Année après année, “123456” s’est imposé comme le mot de passe le plus facile à pirater qu’un utilisateur peut choisir.

Créer des combinaisons uniques et aléatoires est un moyen efficace de sécuriser des comptes numériques. Cependant, on ne peut pas demander à ses collaborateurs de mémoriser des dizaines de mots de passe aussi complexes.

Qu’est-ce qu’un gestionnaire de mots de passe ?

Un gestionnaire de mots de passe est un outil qui fournit aux utilisateurs les moyens de synchroniser les mots de passe de plusieurs comptes. Le logiciel de sécurité enregistre les mots de passe individuels dans un hub central et les active à l’aide d’un mot de passe principal (ou “master password”).

L’un des principaux avantages des gestionnaires de mots de passe est que les utilisateurs n’ont à se souvenir que d’un seul mot de passe : celui du gestionnaire. De nombreux fournisseurs incluent également un module pour navigateur, qui permet aux utilisateurs de se connecter avec le mot de passe principal à partir de la barre d’outils. Ils peuvent ainsi accéder à tout compte en ligne stocké dans le gestionnaire.

Comment choisir un bon gestionnaire de mots de passe ?

Lorsque l’on recherche des outils de gestion des mots de passe, il faut tenir compte de quelques caractéristiques essentielles.

Même une version gratuite doit proposer les fonctionnalités suivantes :

  • Création de mots de passe principaux
  • Générateurs de nouveaux mots de passe
  • Enregistrement des mots de passe
  • Réinitialisation des mots de passe
  • Allocation de stockage illimitée

L’authentification à deux facteurs fait également partie des fonctionnalités intéressantes pour ceux qui cherchent un bon gestionnaire.

LeMagIT explique comment fonctionne l’authentification à deux facteurs :

“L’authentification à double facteur est un processus de sécurité par lequel l’utilisateur fournit deux modes d’identification à partir de catégories de données distinctes : l’une se présente généralement sous la forme d’un jeton physique, comme une carte, et l’autre sous forme d’informations mémorisées, par exemple un code de sécurité. Ces deux facteurs représentent une chose possédée et une chose sue.”

En résumé, un gestionnaire de mots de passe vous aidera à appliquer des niveaux de sécurité supplémentaires à votre entreprise, quel que soit son niveau de sophistication informatique.

Les meilleurs gestionnaires de mots de passe gratuits de 2020

La mise en place d’un nouveau gestionnaire de mots de passe ne devrait pas être un fardeau pour vous ou votre service informatique. En effet, les utilisateurs frustrés par un outil sont prompts à l’abandonner aussitôt. Il est donc important de choisir un logiciel qui fonctionnera pour tout le monde. 

À cette fin, nous avons établi des critères stricts pour effectuer nos recherches. Le logiciel sélectionné doit présenter toutes les caractéristiques mentionnées ci-dessus, ainsi que les critères suivants :

  • Propose une version gratuite ou un essai gratuit avec les fonctionnalités essentielles
  • Note globale minimum de 4/5 sur GetApp.fr
  • Au moins 200 avis clients

Sur la base de ces exigences, nous avons sélectionné trois logiciels de gestion des mots de passe. Les voici, indiqués par ordre alphabétique :

1. 1Password

gestionnaire mot de passe

Capture d’écran de 1password (source)

  • Note globale : 4,7/5
  • Facilité d’utilisation : 4,6/5
  • Fonctionnalités : 4,6/5
  • Rapport qualité-prix : 4,5/5
  • Authentification à deux facteurs : oui
  • Connexion biométrique : non
  • Version gratuite : essai gratuit d’un mois (durée étendue à six mois pour aider les entreprises à travailler en toute sécurité depuis leur domicile, dans le contexte de crise du COVID-19)
  • Coût de la mise à niveau : 3,99 $ (environ 3,70 €) par utilisateur et par mois
  • Plateformes prises en charge : Mac, iOS, Windows, Android, Linux et Chrome OS

1Password veut que les bonnes habitudes de sécurité deviennent une seconde nature au sein des entreprises. Bien que cette solution ne propose pas de version freemium, elle a récemment étendu son offre d’essai à six mois (en mars 2020). Cela permettra aux entreprises de sécuriser leurs flux de travail à distance pendant la crise du coronavirus.

Cet outil se synchronise également entre les appareils, de sorte que les employés ont toujours accès à leurs mots de passe.

On dénombre trois options de tarification différentes pour les abonnés 1Pass : Teams, Business et Enterprise. Cette dernière est mieux adaptée aux grandes entreprises qui ont besoin d’un package sur mesure, tandis que les versions Teams et Business constituent une bonne option pour les petites et moyennes entreprises.

Qu’est-ce qui est inclus ?

La version Teams augmente la sécurité des mots de passe pour les petites équipes qui gèrent plusieurs comptes en ligne. Après les six mois d’essai gratuit, elle coûte 3,99 $ (environ 3,70 €) par utilisateur et par mois.

Cette version comprend :

  • Des coffres-forts virtuels partagés et un stockage d’objets illimités
  • Des contrôles administratifs pour visualiser et gérer les autorisations
  • L’authentification à deux facteurs
  • Une intégration en binôme pour une authentification multifactorielle à l’échelle de l’entreprise
  • Une assistance client par e-mail 24 heures sur 24, 7 jours sur 7
  • 1 Go de stockage de documents par personne
  • 5 comptes d’invités pour un partage limité

La version Business d’1Pass coûte 7,99 $ (environ 7,40 €) par mois et par utilisateur après l’essai gratuit et comprend tout ce qui est disponible dans la version Teams, ainsi que les options suivantes :

  • Une assistance VIP
  • 5 Go de stockage de documents
  • 20 comptes d’invités pour un partage limité
  • Des contrôles de sécurité personnalisés avec la protection avancée 1Pass
  • Un contrôle d’accès basé sur les autorisations pour chaque coffre-fort
  • Des comptes familiaux gratuits pour les membres de l’équipe
  • Un journal d’activité pour suivre les modifications apportées aux coffres-forts et aux objets de stockage
  • Des rôles personnalisés
  • Des rapports d’utilisation pour créer une piste d’audit
  • Des groupes sur mesure pour organiser des équipes
  • Des approvisionnements avec Active Directory, Okta et OneLogin

Ce que les utilisateurs ont apprécié : les utilisateurs ont déclaré que 1Password permet d’enregistrer facilement les connexions dans un hub central. C’est également très facile d’accéder aux comptes en ligne sans avoir besoin de mémoriser plusieurs combinaisons de mots de passe.

Les utilisateurs ont mis en avant l’application 1Password car elle est disponible sur une multitude d’appareils et indique également aux utilisateurs les points faibles de leurs mots de passe et comment les renforcer. Par exemple, un mot de passe peut être trop facile à casser ou avoir déjà été utilisé pour un autre identifiant.

Ce que les utilisateurs ont moins apprécié : 1Pass n’offre pas d’option d’abonnement annuel. Cependant, les utilisateurs n’auront rien à payer pendant six mois, selon la version de la plateforme choisie.

En savoir plus

2. LastPass

gestionnaire de mot de passe gratuit

Capture d’écran de LastPass (source)

  • Note globale : 4,7/5
  • Facilité d’utilisation : 4,5/5
  • Fonctionnalités : 4,6/5
  • Rapport qualité-prix : 4,6/5
  • Authentification à deux facteurs : oui
  • Connexion biométrique : oui
  • Version gratuite : oui
  • Coût de la mise à niveau : de 3,56 € à 7,12 € par utilisateur et par mois, selon la version choisie
  • Plateformes prises en charge : Web, iOS et Android 

LastPass permet aux utilisateurs de générer et d’enregistrer des mots de passe en toute sécurité afin de les utiliser sur plusieurs appareils. Pour que le gestionnaire de mots de passe reste activé, les utilisateurs peuvent installer une extension pour leur navigateur et se connecter en utilisant un mot de passe maître.

Qu’est-ce qui est inclus ?

La version gratuite est destinée à un usage personnel, mais les employés peuvent également l’utiliser pour gérer leur environnement de travail numérique. Le compte comprend :

  • 1 utilisateur
  • L’accès sur tous les appareils
  • Le partage en tête-à-tête (partage sécurisé des mots de passe avec la famille et les amis de confiance)
  • L’enregistrement et le pré-remplissage des mots de passe
  • Un générateur de mots de passe
  • Des notes sécurisées (comme la sauvegarde des données de la carte de crédit professionnelle)
  • L’audit des mots de passe
  • L’authentification à plusieurs facteurs
  • LastPass Authenticator

La version Teams, qui s’adresse aux PME, coûte 3,56 € par utilisateur et par mois. En plus de tout ce qui est inclus dans la version gratuite, elle comprend également :

  • 5 à 50 utilisateurs
  • Un tableau de bord administratif pour le service informatique
  • Un modèle de sécurité nul de connaissance (les employés créent leur propre mot de passe principal)
  • L’intégration du répertoire
  • L’identification unique
  • L’authentification multifactorielle
  • Des politiques sur mesure
  • Le reporting

Ce que les utilisateurs ont apprécié : les utilisateurs indiquent qu’il est facile d’ajouter, de consulter et de gérer les éléments qu’ils ont enregistrés sur leur compte LastPass. Les abonnés peuvent également ajouter des mots de passe à leur coffre-fort lorsqu’ils se connectent ou créent un nouveau compte.

Les titulaires de comptes LastPass ont également apprécié le générateur de mots de passe qui les aide à renforcer la sécurité de leurs comptes. Le logiciel adopte une stratégie différente quant aux combinaisons de mots de passe aléatoires et propose plutôt de créer un mot de passe (comme une composition de mots aléatoires) dont l’utilisateur peut se souvenir facilement. Le logiciel le renforcera ensuite en ajoutant des signes de ponctuation, des tirets ou des points faciles à retenir entre les mots et les lettres qui les composent.

Ce que les utilisateurs ont moins apprécié : les abonnés ont signalé qu’ils ne peuvent pas demander un rappel en cas d’oubli du mot de passe. Toutefois, la plateforme leur permet de la réinitialiser.

En savoir plus

3. RoboForm

Capture d’écran de RoboForm (source)

  • Note globale : 4,6/5
  • Facilité d’utilisation : 4,4/5
  • Fonctionnalités : 4,4/5
  • Rapport qualité-prix : 4,5/5
  • Authentification à deux facteurs : oui
  • Connexion biométrique : non
  • Version gratuite : oui
  • Coût de la mise à niveau : 2,83 € par utilisateur et par mois
  • Plateformes prises en charge : Web, iOS et Android 

Les abonnés à RoboForm peuvent stocker des mots de passe en toute sécurité et se connecter à des comptes avec un seul mot de passe. Une fois qu’un compte RoboForm est ouvert, l’utilisateur définit un mot de passe principal pour sécuriser ses données.

Les utilisateurs peuvent ajouter ou importer leurs mots de passe existants dans la plate-forme à partir de leur navigateur, d’un fichier CSV ou d’un autre outil de gestion des mots de passe. RoboForm enregistre automatiquement les mots de passe lorsque le nouvel utilisateur se connecte ou crée des comptes en ligne. 

Qu’est-ce qui est inclus ?

La version gratuite est basique mais inclut :

  • Des données de connexion illimitées
  • Le remplissage automatique des formulaires
  • L’audit des mots de passe
  • Un générateur de mots de passe

Les entreprises peuvent passer au compte Business au prix de 2,83 € par utilisateur et par mois pour bénéficier de plus de fonctionnalités. Vous pourrez bénéficier des options suivantes :

  • Une initiation facile pour l’utilisateur
  • Une gestion centralisée
  • L’intégration d’Active Directory
  • Des autorisations basées sur les rôles
  • La séparation totale des mots de passe professionnels et personnels
  • Des groupes de partage illimités (pour les équipes)
  • Le déploiement de la politique de sécurité
  • La sauvegarde des données du compte
  • Du reporting détaillé
  • Un abonnement pay-as-you-go (sans contrat)
  • Une assistance premium

Ce que les utilisateurs ont apprécié : RoboForm génère des suggestions de mots de passe forts pour les comptes utilisateurs. Il remplit automatiquement les informations lors de la prochaine connexion, ce qui, selon les abonnés, constitue un précieux gain de temps. 

Les utilisateurs ont également noté que sa simplicité en fait une bonne option pour les personnes qui ont peu ou pas d’expérience avec les gestionnaires de mots de passe.

Ce que les utilisateurs ont moins apprécié : les utilisateurs ont mentionné que la fonction de remplissage automatique ne fonctionne pas toujours comme elle le devrait. Toutefois, ils ont également noté que le fait de copier et de coller les mots de passe de l’application constitue une sauvegarde fiable.

En savoir plus

Vous souhaitez en savoir plus ? Consultez notre catalogue de logiciels de mots de passe pour découvrir davantage de produits.

Créer un e-commerce : conseils et logiciels pour débuter

démarrer une entreprise en ligne

démarrer une entreprise en ligne

En 2019, le montant des ventes sur Internet en France s’élevait à 103,4 milliards d’euros. Si à l’annonce du confinement, à la mi-mars 2020, la vente en ligne a été chamboulée par les craintes sanitaires, la normalisation du télétravail et les restrictions de déplacements l’ont depuis favorisée. Créer un e-commerce est promesse de renouveau et de relance, pour un commerçant indépendant tout comme pour une entreprise. Il existe aujourd’hui des logiciels de création de sites Internet qui rendent cette tâche beaucoup plus facile. Ce guide présente différentes options qui nécessitent peu de connaissances techniques pour démarrer une entreprise en ligne.

L’e-commerce à la rescousse des commerçants en temps de crise

Le commerce en ligne était déjà florissant, mais la crise actuelle a bouleversé la façon dont les consommateurs réalisent tous leurs achats. De leur côté, les commerces physiques ont dû baisser le rideau.

Comment alors poursuivre son activité et continuer de proposer ses produits ? La vente en ligne est tout simplement devenue une nécessité et se révèle salvatrice sur le long terme.

L’accroissement de la connectivité, l’accès aux dispositifs intelligents et à une plus grande confiance dans les systèmes de paiement en ligne a permis à la vente en ligne de se développer de manière exponentielle.

Mise à part l’évidente poursuite de son activité en période de crise, un magasin en ligne procure en temps normal de nombreux avantages aux entreprises physiques :

  • L’absence d’horaires d’ouverture et la disponibilité permanente du catalogue
  • La possibilité de proposer ses produits, localement ou à l’international
  • Une visibilité accrue et une diffusion plus fluide de l’information
  • L’accélération du processus d’achat
  • L’étude facilitée du client et du marché
  • Une image de marque valorisée

Démarrer une entreprise en ligne entraîne des coûts avant même sa création. Ceux-ci, tout comme les coûts de fonctionnement, dépendent à la fois du concept et des prestations de la boutique. Le site de la Fédération du e-commerce ou celui d’E-Commerce Nation regorgent de guides et conseils sur la création d’un e-commerce.

Voici les principales étapes du processus de création d’un site e-commerce :

  • Choisir le nom et le domaine de votre boutique en ligne
  • Choisir un bon hébergeur
  • Sélectionner les fournisseurs de vos produits
  • Utiliser le CMS (Content Manager System) qui convient le mieux à votre e-commerce, c’est-à-dire la plateforme (Wix, Weebly, Prestashop, etc.) qui accueillera votre boutique en ligne.
  • Personnaliser vos produits
  • Ajouter tous les modes de paiement possibles
  • Créer un blog qui accompagnera votre boutique en ligne
  • Régulariser votre situation juridique
  • Créer des campagnes publicitaires en ligne
  • Exploiter le marketing online

Dans cet article, nous nous intéressons aux outils qui vont permettre la mise en ligne de vos produits et leur mise à disposition auprès de vos clients : les plateformes e-commerce. Il ne s’agit pas seulement de concevoir un site web, mais de créer un véritable canal de vente en ligne.

Les fonctionnalités essentielles d’une plateforme e-commerce

Il existe un large éventail de plateformes de commerce électronique, gratuites ou payantes. Certaines sont connectées et même intégrées aux plus grands réseaux sociaux, comme Facebook. Ces plateformes et leurs services évoluent rapidement en fonction de la demande de leurs clients. Les caractéristiques techniques et fonctionnelles essentielles qui ne devraient pas manquer dans une plateforme de commerce électronique réussie sont les suivantes :

  • L’accessibilité sur mobile : il est primordial de disposer d’un design responsive qui puisse être adapté aux petits écrans.
  • L’intégration aux réseaux sociaux : permet à vos clients d’acheter vos produits par l’intermédiaire de leurs réseaux sociaux préférés.
  • Une approche multicanal : favorise une interaction cohérente et homogène des différents canaux que le client souhaite utiliser pour interagir avec votre entreprise (magasins physiques, bureaux, smartphones, centres de contact, etc.).
  • La gestion des catalogues : la plateforme sélectionnée doit inclure la gestion d’un ou plusieurs catalogues de produits avec des facilités d’importation/exportation.
  • La gestion client : la plateforme choisie doit permettre à vos clients de gérer leurs comptes, c’est-à-dire qu’ils doivent pouvoir gérer eux-mêmes leurs commandes, enregistrer des listes de souhaits, suivre leurs commandes, avoir accès à leur historique de commandes et à leur carnet d’adresses.
  • Le budget marketing et promotion : la plateforme doit disposer d’outils de marketing et de promotion faciles à configurer (support des offres, systèmes de rabais, coupons et promotions).
  • L’internationalisation : la plateforme choisie doit permettre la réalisation de transactions commerciales dans le monde entier, avec des options multilingues et multidevises.
  • Différents modes d’expédition et de livraison : les utilisateurs doivent pouvoir choisir en fonction de leurs préférences.
  • Différents modes de paiement : la plateforme doit permettre de gérer plusieurs moyens de paiement.
  • La gestion intégrée des commandes : la gestion de l’ensemble du cycle de la commande (suivi de son état et retours) devrait être incluse sur la plateforme choisie.
  • Les rapports de gestion : la plateforme idéale devrait inclure les rapports nécessaires à la gestion de votre entreprise.

Les trois meilleures plateformes pour créer un e-commerce

Les plateformes présentées ci-dessous sont les trois plus populaires parmi les résultats de recherche du catalogue GetApp en fonction des critères suivants :

  • Note globale minimum de 4/5 sur GetApp.fr
  • Plus grand nombre d’avis
  • Logiciel disponible en français
  • Propose une version gratuite ou un essai gratuit
  • Facilité d’utilisation

Les logiciels sont ici présentés par ordre alphabétique.

1. Prestashop

Aperçu d’un template Prestashop (source)

  • Note globale : 4,3/5 (150 avis)
  • Solution open source
  • Version gratuite disponible
  • Premier prix disponible : 19,90 €/mois

Prestashop est un CMS (système de gestion de contenu) totalement gratuit, conçu pour créer des boutiques en ligne pour les petites, moyennes et grandes entreprises.

Il s’agit d’une plateforme de commerce électronique à code source ouvert. Chaque utilisateur peut ainsi personnaliser, modifier et mettre à jour sa propre boutique en ligne et l’adapter à ses besoins. La plateforme propose également plus de 2 000 thèmes prêts à l’emploi. Elle intègre des analyses et des rapports pour suivre et optimiser sa boutique en ligne. Ce logiciel offre enfin la possibilité de surveiller les ventes et les interactions avec les visiteurs.

Prestashop jouit d’une solide communauté, avec forum, blog, centre d’aide et ressources pour trouver réponse à ses questions.

Fonctionnalités phares :

  • Thèmes selon les produits vendus
  • Nombreuses options (payantes) : SEO, anti-spam, chat en ligne…
  • Code source ouvert
  • Assistance 7 j/7
  • Nombreuses ressources d’entraide

En savoir plus

2. Weebly

Aperçu d’un template Weebly (source)

  • Note globale : 4,3/5 (1 275 avis)
  • Version gratuite disponible
  • Premier prix disponible : 6 $/mois (environ 5,5 €)

Weebly est un service en ligne qui permet de créer et d’héberger un commerce en ligne facilement, rapidement, gratuitement et sans publicité. Avec un seul enregistrement, cette plateforme permet de publier autant de sites, de pages et de blogs que l’utilisateur le souhaite.

Weebly, dont l’environnement est très intuitif, est accessible à tout internaute sans expérience. La plateforme propose de nombreux thèmes, dans un style épuré misant sur les grandes visuels. Photos haute définition recommandées !

Grâce à sa technologie avancée, il est possible d’incorporer du contenu multimédia et toutes sortes d’éléments, par un simple glisser-déposer. Une fois créé, le site peut être téléchargé sous un format compressé. Le site propose des guides marketing et SEO ainsi que de nombreux articles d’inspiration.

Fonctionnalités phares :

  • Thèmes modernes et épurés
  • Plateforme marketing
  • Guide SEO (en anglais)
  • Blog et centre d’inspiration (en anglais)
  • Assistance en ligne

En savoir plus

3. Wix

Capture d’écran de Wix (source)

  • Note globale : 4,3/5 (4 771 avis)
  • 14 jours d’essai gratuit
  • Premier prix disponible : 17 €/mois

Wix Stores est une application de Wix qui permet de concevoir son propre site web de manière simple, sans avoir de connaissances en programmation. Son environnement est très convivial, un simple clic permet de définir les éléments et d’activer les templates.

Ce logiciel présente un environnement virtuel attrayant qui offre de multiples alternatives pour animer et personnaliser une boutique en ligne. Il offre de nombreux éléments prédéterminés pour adapter l’image d’un commerce en ligne.

Wix Stores permet, entre autres, de vendre directement sur Facebook et Instagram, de faire du drop shipping (commande sur son site mais livraison directe par un grossiste) et de vendre dans plus de 40 devises. Vous pouvez choisir la méthode de paiement de Wix ou les traditionnelles cartes de crédit ou PayPal.

Fonctionnalités phares :

  • Thèmes selon les produits vendus
  • Optimisation mobile
  • Drop shipping (livraison directe)
  • Blog de conseils et d’inspiration
  • Centre d’assistance

En savoir plus

Pour aller plus loin

Il est aujourd’hui simple et rapide de créer un e-commerce. Vous souhaitez lancer votre propre boutique ou compléter les ventes de votre magasin physique ? N’attendez plus pour vous lancer, et faites votre choix parmi les nombreux logiciels de création de sites Internet disponibles sur GetApp. Dans un futur article, nous vous expliquerons comment optimiser et tirer le meilleur parti de votre boutique en ligne.

Vous souhaitez en savoir plus ? Consultez notre catalogue de logiciels d’e-commerce pour découvrir davantage de produits.

Cybersécurité d’entreprise : 42 % de télétravailleurs n’ont pas reçu de formation

télétravail sécurité informatique

télétravail sécurité informatique

Selon notre dernière enquête, 44 % des entreprises interrogées n’étaient préparées au télétravail à l’annonce du confinement et donc prêtes à garantir un environnement de travail 100 % sécurisé à ses collaborateurs. La cybersécurité en entreprise est pourtant un aspect qui, s’il n’est pas pris en compte, peut sonner la fin d’une activité.

Comme nous ne le répéterons jamais assez, les crises sont un terreau fertile pour les cyberattaques. Dans la situation actuelle, les réseaux et appareils non protégés employés pour le télétravail sont des cibles idéales pour les pirates qui ne font pas preuve de beaucoup d’états d’âme mais en revanche d’ingéniosité touchant à la corde sensible

Capterra a interrogé 513 personnes issues de tous milieux professionnels afin de connaître leurs habitudes en matière de cybersécurité. Nous accompagnons ces résultats de nos conseils sur les bonnes pratiques à adopter en matière de protection numérique.

Points forts de l’étude

  • 42 % des répondants n’ont jamais reçu de formation en cybersécurité
  • 45 % utilisent leur matériel personnel pour le télétravail
  • 43 % partagent des mots de passe entre comptes personnels et professionnel
  • 36 % ont déjà été victime d’hameçonnage et parmi ces derniers, 23 % était lié au COVID-19

La crise du coronavirus met en lumière les lacunes de la cybersécurité en entreprise à l’heure du télétravail

Si une part non négligeable d’employés à reçu une formation (en ligne ou présentielle) ou encore suivi un cours certifié, reste que 42 % des répondants affirment n’avoir jamais reçu ne serait-ce une formation aux bonnes pratiques en matière de sécurité informatique.

En outre, seuls 20 % des employés interrogés ont reçu des consignes relatives à la politique de cybersécurité de l’entreprise et spécifiques au télétravail.

télétravail sécurité informatique

Les organisations se doivent de mettre l’accent sur la formation des employés afin qu’ils reconnaissent les stratégies courantes des pirates informatiques et qu’ils sachent qui contacter en cas d’urgence informatique. Pour cela, elles doivent intégrer au sein de l’organisation un ou des experts en sécurité informatique qui garantissent l’intégrité du matériel et des données de l’entreprise.

La distanciation sociale dans laquelle la crise du coronavirus a plongé le monde accroît l’utilisation d’Internet comme canal de communication et de collaboration, exposant les données sensibles aux cyberattaques. Pour pallier à ce risque, il existe de nombreux outils de cybersécurité ; il est également nécessaire d’encourager une culture de la protection informatique et de comprendre et faire comprendre que, dans cette réalité hyperconnectée, savoir se protéger numériquement est crucial.

Antivirus et VPN : une utilisation trop peu répandue de ces outils essentiels

L’enquête révèle des pourcentages très bas dans l’utilisation de ces technologies ou dans ses bonnes pratiques en général. Aucune des principales mesures de cybersécurité mises en œuvre par les répondants n’atteint les 50 %.

antivirus sécurité informatique

Seules 44 % des personnes interrogées ont un antivirus d’installé : un pourcentage alarmant pour une technologie qui ne date pas d’hier et qui reste un outil indispensable dans la protection contre la menace permanente que sont les virus et pour veiller à l’intégrité des systèmes et réseaux

Autre donnée inquiétante : seuls 28 % des répondants utilisent un VPN, technologie fortement recommandée pour le travail à distance, car elle protège les données transmises par Internet au moyen d’une connexion sécurisée et cryptée.

22 % ont un pare-feu d’installé et 20 % suivent la politique des mots de passe de l’entreprise, lorsque celle-ci existe tout court ! Des chiffres qui devraient alerter les PME sur les risques encourus par leurs systèmes, leur matériel ou le matériel personnel qu’utilise leurs employés pour le télétravail actuellement.

Gestion des mots de passe : autre talon d’Achille des PME

Les mauvaises habitudes en matière de création et de maintenance des mots de passe peuvent avoir des conséquences lourdes. Pourtant, ces dernières sont facilement évitables avec un peu de formation et quelques conseils aisément mis en œuvre.

L’enquête indique que 56 % des participants utilisent des logiciels et plateformes dans le Cloud (partiellement ou totalement). La quantité d’identifiants dont un employé doit se souvenir est ainsi considérable. Un gestionnaire de mots de passe est donc l’outil clé pour gérer ces accès de manière sécurisée. Ce n’est pourtant pas une pratique répandue dans la majorité des PME françaises aujourd’hui.

Environ 20 %, soit moins d’un quart des PME, utilise un tel logiciel ou extension qui permet pourtant de créer et protéger un mot de passe différent pour chaque plateforme. Une mesure simple qui empêche tout pirate de se frayer un accès dans l’ensemble des comptes si celui-ci parvenait à déchiffrer un seul mot de passe. D’autant plus si le même mot de passe est partagé par toute une équipe : c’est alors de nombreux comptes qui sont exposés. Autre risque à considérer : celui de l’employé qui “empruntera” des données à des desseins pas toujours bienveillants.

En adoptant un mot de passe qui ne comprenne pas de mot entier ou de date facile à deviner, mais plutôt des lettres, chiffres et caractères agencés aléatoirement, on diminue les risques de piratage. L’utilisation d’un générateur de mot de passe et d’un outil de gestion de mot de passe sont là vos meilleurs alliés.

L’hameçonnage bat son plein

L’hameçonnage, adapté de l’anglais phishing, est l’une des méthodes les plus courantes utilisées par les cybercriminels pour obtenir les données personnelles de leurs victimes. L’arnaque consiste à envoyer un courrier électronique imitant une autre personne ou société dans le but de lui soutirer des informations confidentielles, telles qu’un mot de passe, des coordonnées bancaires ou des données d’entreprise.

36 % des interrogés ont déjà été victimes d’hameçonnage.

Les informations privées et sensibles ont été menacées dans 36 % des entreprises. Cela représente une vulnérabilité considérable au phishing.

La formation des employés à la reconnaissance des tentatives d’hameçonnage est cruciale pour les employeurs et les employés. Une faille de sécurité peut causer des dommages irréversibles, et soit nuire à la réputation de l’entreprise ou tout simplement la conduire à la faillite.

Ayez les bons réflexes en cas d’attaque

Le COVID-19 est actuellement le prétexte idéal pour prendre quelqu’un au dépourvu et l’inciter à cliquer sur des liens ou fichiers viciés, en se faisant passer pour une institution ou même le gouvernement

Malgré les outils et une formation, il n’est pas toujours possible d’éviter une attaque ou d’être induit en erreur. Ainsi, en cas de doute ou lorsque l’on réalise qu’une cyberattaque est en cours, il est obligatoire de signaler la situation à la personne ou au service spécialisé. Il est d’ailleurs temps de contracter de tels spécialistes si vous ne l’avez pas fait ! Lors d’une cyberattaque, le temps est un élément clé : une réaction rapide peut freiner les dégâts, voire les stopper net ; une réaction tardive peut conduire au vol, à la prise en otage des données (le tristement célèbre pratique du ransomware) ou à la suppression de celles-ci.

Instaurez une culture de la cybersécurité dans votre entreprise

Évaluez la situation de la cybersécurité au sein de votre entreprise :

  • Prévoyez une formation en ligne pour vos employés.
  • Assurez-vous d’avoir une politique de mots de passe, et surtout de la faire appliquer.
  • Sachez qui contacter en cas d’attaque.

En ce qui concerne les outils de cybersécurité, consultez le catalogue Capterra des logiciels de cybersécurité, de mots de passe, de VPN, de sécurité réseau ou encore de sécurité cloud. Les filtres vous permettront de trouver les fonctionnalités et le logiciel dont vous avez besoin.

Certains  éditeurs de logiciels de diverses catégories ont adapté leurs offres afin d’aider les PME à traverser cette crise : retrouvez-les dans notre article, “25 offres de logiciels pour aider les entreprises“.

Méthodologie de l’enquête : pour collecter les données de ce rapport, nous avons mené une enquête en ligne entre le 6 et 9 avril 2020. Les réponses proviennent d’un échantillon du marché cible français. Parmi les 1923 personnes ayant été sollicitées, 513 répondants correspondant à nos critères ont été sélectionnés pour répondre à nos questions : ceux-ci sont issus de divers secteurs d’activité, travaillent pour une PME, et travaillent actuellement à distance.

Gestion des connaissances : le savoir centralisé

knowledge management

knowledge management

La gestion des connaissances est un aspect qui a tendance à être délaissé par les entreprises, quand il n’est pas tout simplement inconnu de ces dernières. Ce concept désigne le fait de recueillir toutes les connaissances internes à une entreprise afin de les mettre à disposition de l’ensemble des départements et des collaborateurs en un seul et même emplacement.

On en parle peu, mais les outils de gestion des connaissances sont une véritable mine d’or pour les entreprises, surtout si les départements sont variés et qu’ils utilisent chacun leurs propres outils et ressources. Dans cet article, nous vous proposons de faire le tour des avantages de cette catégorie de logiciels et vous présentons ensuite trois parmi les meilleurs outils en la matière.

Qu’est-ce qu’un outil de gestion des connaissances ?

Avant d’approfondir le sujet, revenons un instant sur la nature et la fonction des outils de gestion des connaissances. Ils se présentent sous la forme d’une plateforme sécurisée qui répertorie tous les fichiers renfermant les savoirs propres à une entreprise : PDF, vidéos, procédures, présentations, etc.

Au niveau des fonctionnalités, un bon outil de gestion des connaissances proposera un moteur de recherche performant, la possibilité de classer les ressources de manière logique et structurée ainsi que différents niveaux d’autorisation et d’accès selon le poste du collaborateur. Certains vont même jusqu’à intégrer un éditeur de texte pour pouvoir créer et modifier les fichiers nativement et ainsi éviter de multiplier les logiciels utilisés.

Les avantages des outils de gestion des connaissances

Les outils de gestion des connaissances sont très utiles pour les entreprises et leurs équipes pour de nombreuses raisons ; voici les principales.

Centraliser les informations

L’outil de gestion des connaissance promet tout d’abord un décloisonnement des départements. Chaque service peut alors bénéficier de l’accès aux mêmes informations. Saviez-vous que, selon une étude, un employé passe environ 7 h 30 par semaine à chercher une information sans la trouver ? Les outils de gestion des connaissances réduisent considérablement le temps passé à retrouver le fichier PDF qui reprend LA bonne information que vous cherchez désespérément sur votre ordinateur, votre Google Drive ou encore le serveur de votre entreprise. Avec un outil de gestion des connaissances, toutes les informations sont rassemblées en un seul et même endroit et sont structurées de manière logique. C’est un véritable gain de temps pour les employés qui doivent par exemple répondre à une requête du service clientèle ou pour les collaborateurs du service marketing qui ont besoin d’informations du département commercial.

Pérenniser les connaissances acquises au fil des années

Votre entreprise n’est plus la même qu’à ses débuts et elle aura bien évolué dans 3 ans, 5 ans, 10 ans. Votre méthode de travail et vos procédures s’améliorent, s’affinent ou changent au fil des années, des tendances et des innovations technologiques. Il arrive souvent que la version qu’un collaborateur détient soit déjà dépassée depuis plusieurs mois. Dans ce cas aussi, les outils de gestion des connaissances s’avèrent très précieux. Les employés ont effectivement tous accès à la dernière version des mêmes informations. Ils permettent également de ne pas perdre d’informations avec le départ d’un salarié.

Former les employés actuels et les nouveaux arrivants

Les outils de gestion des connaissances permettent de standardiser le développement des compétences des employés actuels, mais aussi la formation des nouvelles recrues en donnant la possibilité à chacun de partager ses connaissances sur une plateforme unique. Cette centralisation et optimisation des savoirs en interne permet aux équipes nouvelles ou en pleine croissance de se former et de s’informer en quelques clics. L’accès permanent à ces connaissances augmente la capacité d’apprentissage des nouveaux venus qui ne dépendent plus seulement des heures de formation, tout comme celle des anciens qui n’ont pas forcément l’occasion d’être en contact avec tel ou tel département.

3 outils de gestion des connaissances pour centraliser les savoirs

Dans notre analyse, nous avons retenu les trois logiciels qui répondaient à ces critères :

  • Note globale minimum de 4/5 sur GetApp.fr
  • Plus grand nombre d’avis
  • Version française disponible
  • Version d’essai gratuite
  • Propose une gestion des connaissances directement pour l’interne (les collaborateurs), et pas seulement pour l’externe (les clients).

Les logiciels sont présentés ici par ordre alphabétique.

Freshdesk

  • Note globale : 4.5/5 (2167 avis)
  • Prix : à partir de 15 € par utilisateur/mois

L’outil de gestion des connaissances de Freshdesk propose toutes les fonctionnalités nécessaires à la collecte, l’accès et le partage du savoir au sein d’une organisation, quelle que soit sa taille. On peut y compiler des articles enrichis de contenu multimédias que l’on partegera en diverses langues pour ses équipes internationales, recueillir les commentaires des utilisateurs et définir des niveaux d’autorisation.

La base de connaissances répertorie les questions et problèmes les plus souvent posés par les clients et permet de standardiser les réponses à apporter. Le temps de résolution se voit ainsi réduit et les collaborateurs peuvent se concentrer sur des tâches plus complexes ou nouvelles.

On peut ainsi transformer un e-mail de support en article : un agent qui aura ainsi passé du temps à détailler une solution peut partager ce contenu avec l’ensemble de l’entreprise.

gestion des connaissances en entreprise
Capture d’écran de la base de connaissances de Freshdesk (source)

Fonctionnalités clés :

  • Contenu multimédia
  • Gestion des traductions
  • Reporting
  • Intégration des e-mails
  • Collecte des commentaires
  • Contrôle des accès

SharePoint

  • Note globale : 4.2/5 (2801 avis)
  • Prix : à partir de 4,20 € par utilisateur/mois
base de connaissances
Capture d’écran de SharePoint (source)

SharePoint, c’est la réponse de Microsoft au défi que représente la gestion des connaissances au sein des entreprises. La productivité est au centre de ses préoccupations :  l’utilisateur bénéficie de fonctionnalités pratiques telles que les notifications, les approbations et les bibliothèques. Le contenu s’adapte en outre à l’utilisateur et propose les articles susceptibles de l’intéresser. La fonction de recherche poussée et multilingue permet de trouver à coup sûr l’information désirée.

Évidemment, il s’intègre sans problème à la suite Office et permet ainsi de travailler sur un même article depuis plusieurs appareils.

Fonctionnalités clés :

  • Moteur de recherche
  • Espace de travail collaboratif
  • Sécurité SSL
  • Classement en catégories et sous-catégories
  • Contrôle des accès
  • Reporting

Zendesk

  • Note globale : 4.4/5 (2365 avis)
  • Prix : à partir de 15 € par utilisateur/mois
gestion des connaissances
Capture d’écran de Zendesk (source)

Zendesk propose Zendesk Guide, que l’on peut personnaliser selon ses besoins : gestion des connaissances en interne, base de connaissances informatiques, gestion des connaissances destinées aux agents du support client, ou encore FAQ directement accessible par les clients.

Pensé comme un portail en self-service, l’outil va non seulement faire économiser du temps et de l’énergie à tous les agents, mais également leur offrir le même accès aux mêmes informations. Les collaborateurs sont plus efficaces et s’attardent sensiblement moins longtemps sur des problèmes récurrents, augmentant significativement la satisfaction client.

On peut également l’utiliser pour centraliser toutes les informations relatives aux ressources humaines : c’est alors un confort pour les employés qui veulent consulter une information sensible et un gain de temps pour l’ensemble des employés.

Fonctionnalités phares :

  • Intégration des e-mails
  • Communication avec les clients
  • Contenu multimédia
  • Historique du contenu
  • Archivage automatique
  • Contrôle des accès

Vous l’aurez compris, les outils de gestion des connaissances constituent des ressources uniques pour les entreprises aux multiples collaborateurs et départements. Vous souhaitez en intégrer un à votre fonctionnement ? Lequel allez-vous choisir ? Consultez l’ensemble du catalogue GetApp des outils de gestion des connaissances pour approfondir vos recherches et votre connaissance sur le sujet !

Créer un cours en ligne : conseils et logiciels

cours en ligne

cours en ligne

La formation en ligne, ou e-learning, est plus qu’un simple concept du monde éducatif :  c’est parfois une nécessité. Proposer des cours et des leçons au format numérique est un excellent moyen de diffuser votre message auprès d’un large public, réparti dans le monde entier. La création de cours en ligne répond alors à quelques exigences.

Que vous soyez un éducateur cherchant à créer un cours pour votre classe numérique, une entreprise espérant former un grand nombre d’employés ou un particulier désireux d’établir un cours en ligne, vous pouvez utiliser un logiciel de formation en ligne ou de création de cours.

Vous vous demandez peut-être comment rédiger un cours d’apprentissage en ligne, surtout si vous ne l’avez jamais fait auparavant. Cet article constitue un guide étape par étape avec nos conseils et astuces pour créer un cours en ligne, ainsi qu’un aperçu de certains des meilleurs logiciels adéquats pour vous mettre le pied à l’étrier. 

Comment rédiger un cours en ligne

Prêt à commencer à rédiger votre cours d’e-learning ? Commencez par ici :

1. Demandez-vous : “Qu’est-ce que j’essaie d’accomplir et comment le eLearning peut-il m’aider ?”

Avant de rédiger un cours en ligne, vous devez bien comprendre pourquoi vous voulez transmettre cette leçon via une plateforme numérique. La réponse peut être simple : votre public cible est trop vaste pour des cours présentiels, ou il est dispersé aux quatre coins du globe. 

Mais au-delà de la logistique, il vous faut considérer la leçon elle-même. Vous devez dresser une liste de ce que vous voulez que les gens apprennent d’ici la fin du cours. Cette liste vous sera utile pour la rédaction de votre cours en ligne : vous vous assurerez que le contenu créé est toujours en rapport avec les leçons principales.

2. Créez un profil d’audience pour votre cours en ligne

Connaissez-vous bien le public auquel vous vous adressez dans le cadre de ce cours ? Il ne suffit pas de dire simplement : “Ce sont des employés de l’entreprise X” ou “Ce sont des étudiants de la classe X”. Il faut y réfléchir de façon plus approfondie.

Tenez compte de la tranche d’âge, du contexte culturel, des expériences et d’autres informations démographiques qui constituent la composition de votre public. Demandez-vous quels formats vos apprenants sont le plus susceptibles d’apprécier, quel type de technologie ils connaissent déjà et quel style d’apprentissage serait le plus efficace. 

Ces informations vous aideront à concevoir un cours qui fait mouche auprès de votre public cible. Gardez donc ces informations à portée de main lorsque vous élaborez votre cours. 

3. Fixez des objectifs pour vos cours

Nous avons déjà évoqué les cours, mais vous devez également fixer des objectifs mesurables pour chaque chapitre de votre leçon. Cela vous aidera non seulement à concevoir le parfait cours en ligne, mais aussi à faire le point sur votre réussite une fois le cours terminé. 

Lorsque vous fixez des objectifs, réfléchissez à votre définition du succès. Souhaitez-vous que vos élèves obtiennent une certaine note à l’examen final ? Vous attendez-vous à ce que votre équipe puisse démontrer des compétences spécifiques ? Voulez-vous que vos élèves qui suivent vos cours à domicile terminent le cours à une date ou une heure précise ? On peut dénombrer un grand nombre d’objectifs potentiels, alors réfléchissez bien à ce que signifie la réussite dans le cadre de votre cours spécifique. 

4. Créez un storyboard

Une fois que vous avez établi vos objectifs, votre public cible et les principales leçons que vous voulez communiquer, il est enfin temps de créer un storyboard pour votre cours d’eLearning. 

Ce storyboard sera essentiellement un aperçu du cours, couvrant les principaux sujets que vous souhaitez aborder et ce, dans le bon ordre, ainsi que le contenu que vous créerez et les critères de référence que vous fixerez tout au long du cours. 

Il existe un certain nombre d’outils de création de cours qui permettent de construire facilement votre storyboard sur la même plateforme que celle où vous allez créer votre cours. 

5. Choisissez votre outil et lancez-vous !

La dernière étape consiste à choisir votre technologie. Il existe de nombreuses options de logiciels de gestion de l’apprentissage, chacune ayant des caractéristiques et des capacités différentes pour répondre à des besoins spécifiques. 

Cette étape peut intimider ceux qui n’ont jamais utilisé de LMS (Learning Management System) auparavant. C’est la raison pour laquelle nous avons compilé un aperçu des options de LMS les plus populaires sur le marché.

Quels sont les meilleurs logiciels pour créer un cours en ligne ?

Le logiciel de gestion de l’apprentissage que vous choisirez pour rédiger votre cours en ligne dépendra largement de ce que vous espérez obtenir. Certaines plateformes sont mieux conçues pour les entreprises qui cherchent à former des employés, tandis que d’autres sont destinées aux enseignants, aux tuteurs et aux professeurs. D’autres sont quant à elles bien plus personnalisables que les options concurrentes, ce qui peut convenir aux cours un peu moins orthodoxes. 

Nous avons indiqué ci-dessous quelques-unes des plateformes les plus utilisées pour créer un cours en ligne. Pour les choisir, nous avons pris en compte leur note globale, leur facilité d’utilisation, l’évaluation du service à la clientèle, leur coût, certaines de leurs principales fonctionnalités et certains de leurs différenciateurs. Les logiciels sont tous disponibles en français. Ils sont présentés ici par ordre alphabétique.

Pour une méthodologie détaillée sur la façon dont nous avons établi cette liste, voir au bas de l’article.* 

LMS gratuits pour créer des cours en ligne

CANVAS

  • Note globale : 4.5/5 (1531 avis)
  • Facilité d’utilisation : 4.3/5
  • Service client : 4.3/5
  • Version gratuite disponible
  • Coût de la mise à niveau :  sur demande
classe en ligne
Tableau de bord du compte gratuit de CANVAS (source)

Si vous êtes dans l’enseignement et que vous travaillez avec des étudiants de tout âge (y compris au niveau universitaire), alors vous connaissez peut-être déjà tout sur CANVAS. Ce logiciel de Learning Management System est largement utilisé par les écoles et institutions éducatives du monde entier pour proposer des cours en ligne aux étudiants. 

CANVAS appartient à la société mère Instructure, et bien qu’elle propose certaines formations aux professionnels, elle se concentre principalement sur le lien enseignant-élève. La plateforme propose un portail pour les parents, afin qu’ils puissent accompagner leur enfant pendant leur apprentissage, ainsi que des options de gestion des programmes pour les utilisateurs de l’enseignement supérieur. 

Fonctionnalités principales : 

  • Suivi des présences
  • Rapports d’avancement
  • Planification des cours
  • Bulletins de notes
  • Courbes de notes
  • Vidéoconférence
  • Création de cours intégrés

Moodle

  • Note globale : 4.2/5 (1362 avis)
  • Facilité d’utilisation : 4/5
  • Service client : 3.9/5
  • Version gratuite : téléchargements Moodle et MoodleCloud (jusqu’à 50 utilisateurs).
  • Coût de la mise à niveau : 80 $ (environ 73,5 €) par an pour le plan Starter.
comment créer un cours en ligne
Page de présentation des cours sur Moodle (source)

Le LMS open-source de Moodle est reconnu comme l’une des options les plus personnalisables pour créer un cours en ligne. Au sein de la plateforme, vous pourrez concevoir votre propre espace, où vous pourrez utiliser différents thèmes, fonctionnalités et paramètres pour élaborer le cours que vous et votre public souhaitez. 

Moodle s’intègre bien avec un certain nombre d’autres plateformes logicielles populaires que vous utilisez peut-être déjà, comme Google Apps, NextCloud et Microsoft Office 365. Ce logiciel dispose également d’une analyse approfondie intégrée, qui vous permet de mieux comprendre les performances des utilisateurs au fur et à mesure de leur progression. 

Fonctionnalités principales : 

  • Apprentissage mixte
  • Apprentissage mobile
  • Vidéoconférence
  • Apprentissage asynchrone
  • Conformité SCORM
  • Gamification

TalentLMS

  • Note globale : 4.6/5 (313 avis)
  • Facilité d’utilisation : 4.6/5
  • Service client : 4.6/5
  • Version gratuite : jusqu’à 5 utilisateurs, 10 cours.
  • Coût de la mise à niveau : 59 $ (environ 54 €) par mois pour un maximum de 40 utilisateurs et des cours illimités.

TalentLMS est utilisé par plus de 70 000 organisations pour créer des cours d’apprentissage en ligne et ce, dans un grand nombre de secteurs, de l’aviation à la santé en passant par l’éducation. 

cours en ligne
Page d’accueil de TalentLMS pour les éducateurs (source)

Les utilisateurs de Capterra apprécient beaucoup la polyvalence de cet outil qui permet de devenir un créateur de cours en quelques clics. De plus, la technologie s’intègre bien à la plupart des types de fichiers et des multimédias (y compris les présentations iFrame et SCORM). 

Fonctionnalités principales : 

  • Formation en ligne des utilisateurs en direct
  • Support client en direct 24 h/24, 7 j/7
  • Cours à rythme libre
  • Création de tests et de quiz
  • Gamification et apprentissage social
  • Gestion de la certification

Outils gratuits de création de cours en ligne

Google Classroom

  • Note globale : 4.6/5 (493 avis)
  • Facilité d’utilisation : 4.5/5
  • Service client : 4.4/5
  • Version gratuite : gratuit pour les éducateurs.
  • Coût de la mise à niveau : Google propose un prix promotionnel de 24 $ au lieu de 48 $ (22 € au lieu de 44 €) par utilisateur, par an, pour son édition entreprise. Les utilisateurs souhaitant profiter de cette offre doivent l’acheter avant le 31 juillet 2020.
cours en ligne
Capture d’écran du didacticiel de Google Classroom (source)

Si vous faites partie d’une organisation qui utilise déjà la suite Google pour la gestion de ses e-mails ou de ses documents, vous devriez envisager d’utiliser Google Classroom. L’objectif de Google Classroom est d’aider les enseignants et les élèves à collaborer, quel que soit l’endroit où ils se trouvent ou le dispositif qu’ils utilisent. 

Google Classroom vise à rationaliser certaines des tâches administratives qui pourraient autrement enliser le personnel tout comme les apprenants. La plateforme permet aux éducateurs de fournir des commentaires aux étudiants au sein de la plateforme, réduisant ainsi les problèmes de communication qui peuvent parfois perturber la relation professeur-élève à l’ère du numérique.

Fonctionnalités principales :

  • Publication de cours
  • Création de tests et de quiz
  • Feedback et commentaires sur document
  • Collaboration sur document en direct
  • Mode quiz verrouillé
  • Gestion des utilisateurs

Remarque  : Google Classroom a été la cible de “review bombing” par des étudiants qui espèrent qu’une mauvaise note entraînera sa suppression de l’App Store d’Apple, imitant ainsi des étudiants chinois qui s’en étaient pris à DingTalk début mars.

Suite iSpring

  • Note globale : 4.7/5 (793 avis)
  • Facilité d’utilisation : 4.7/5
  • Service client : 4.9/5
  • Version gratuite : 14 jours d’essai gratuit
  • Coût de la mise à niveau : à partir de 560 € par utilisateur et par an, jusqu’à 5 utilisateurs.
création cours en ligne
Exemple de cours interactif sur iSpring Suite (source)

iSpring Suite est une boîte à outils d’e-learning compatible avec de nombreuses plateformes LMS (y compris celles que nous avons décrites ci-dessus). L’interface d’iSpring permet aux éducateurs et aux formateurs de créer des fonctionnalités pour aider leur public à apprendre, des modules de dialogue simulé aux vidéos de formation et aux quiz interactifs. 

Les utilisateurs de Capterra estiment qu’iSpring ne nécessite pas de training approfondi. Cela dit, iSpring organise des webinaires en ligne et offre une formation en ligne en direct à ceux qui le souhaitent. Il met également à disposition des utilisateurs un support client disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et affirme que 83 % de tous les cas soumis à leur équipe d’assistance sont résolus dans les 24 heures. 

Fonctionnalités principales :

  • Contenu interactif
  • Création de tests et de quiz
  • Gestion des modèles
  • Conversion Powerpoint
  • Cours à rythme libre
  • Gestion vidéo

Méthodologie

  • Nous avons passé en revue les catégories de LMS et de logiciels de création de cours, qui contenaient respectivement 701 et 157 produits au moment de la rédaction de cet article, le 16 mars 2020.
  • Parmi ces produits, nous avons d’abord gardé ceux qui avaient obtenu une note minimum de 4 sur 5, soit 374 LMS et 93 logiciels de création de cours.
  • Nous avons ensuite réduit la liste à ceux dont la note de facilité d’utilisation et de qualité du support client était d’au moins 3 sur 5.
  • De plus, nous avons sélectionné les produits qui proposaient une version gratuite ou un essai gratuit afin d’aider les entreprises qui voient leur budget réduit.
  • Enfin, les 5 outils sélectionnés sont ceux ayant le volume de recherche le plus élevé actuellement.

Logiciels de visioconférence gratuits pour toutes les réunions

logiciel visioconférence gratuit

En 2018, nous avions constitué une liste de 4 solutions de visioconférence open source pour organiser vos événements (à retrouver en deuxième partie de cet article). Cette année, nous mettons à jour cette liste en élargissant notre liste aux logiciels de visioconférence gratuits, pour vos réunions, quelles soient réalisées en petit ou grand comité.

logiciel visioconférence gratuit

En cette période de crise, la plupart des salariés sont amenés à télétravailler, loin de leur bureau et de leurs collègues. Si cette situation comporte des avantages certains (finis les embouteillages pour aller au travail !), elle est également liée à des difficultés techniques et organisationnelles. En effet, il est plus complexe de coordonner les tâches de votre personnel et de maintenir une certaine efficacité à distance.

C’est pour cette raison que l’on assiste à un tournant important pour le monde des affaires. Les outils collaboratifs ont le vent en poupe. Parmi eux, les solutions de visioconférence deviendront vite l’une des plateformes essentielles à la communication avec votre équipe. Mais laquelle choisir ? Devant le très grand nombre de logiciels existant sur le marché, Capterra a compilé la liste des outils gratuits les mieux notés pour vous guider dans votre décision !

10 outils gratuits de visioconférence pour les PME

Méthodologie

Pour vous proposer cette liste d’outils de visioconférence, nous avons déterminé plusieurs critères actuellement importants pour les PME :

  • Les outils de visioconférence repris dans la liste de cet article sont gratuits.
  • Ils sont disponibles en version française.
  • Ils ont obtenu de la part des utilisateurs une note minimale de 4 sur 5 sur le répertoire de Capterra.

La liste compile ainsi les meilleurs outils de visioconférence gratuits selon les utilisateurs de Capterra. Les logiciels sont ici présentés par ordre alphabétique.

Blackboard Collaborate

On ne présente plus les logiciels Blackboard dans le secteur de l’enseignement en ligne. Avec Blackboard Collaborate, l’entreprise permet aux enseignants de mener des réunions en ligne et des formations à distance avec toutes les options nécessaires : partage de notes, de devoirs, de tutoriels vidéo et autres ressources utiles pour l’apprenant.

logiciel visioconférence gratuit
Capture d’écran de Blackboard Collaborate (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Outils de présentation
  • Partage d’écran
  • Appel vidéo
  • Webdiffusion à la demande
  • Enregistrement

Note globale sur Capterra : 4.2/5

Cisco Webex Meetings

C’est le poids lourd des logiciels de visioconférence ! Plus de 113 millions d’utilisateurs lui font confiance pour coordonner leurs réunions d’équipe. Cisco Webex Meetings est accessible sous forme de logiciel, mais aussi tout simplement à partir de votre navigateur.

logiciel visioconférence
Aperçu de Cisco Webex Meetings (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Appel vidéo
  • Enregistrement
  • Webdiffusion à la demande
  • Chat en privé
  • Partage d’écran

Note globale sur Capterra : 4.4/5

Google Hangouts

L’outil de communication issu de la suite Google. Si vous utilisez Gmail, vous aurez directement accès à ses fonctionnalités à partir de votre boîte de réception. Pratique, non ? En plus de proposer des appels audio et vidéo, Google Hangouts vous permet d’envoyer des messages par simple chat.

logiciel visioconférence gratuit
Capture d’écran de Google Hangouts (source)

Fonctionnalités phares :

  • Appel vidéo
  • Appel audio
  • Messagerie
  • Partage de fichiers
  • Accès mobile

Note globale sur Capterra : 4.5/5

join.me

join.me est un outil de visioconférence simple d’utilisation et personnalisable de multiples façons (URL d’accès, arrière-plan, etc.). Il dispose de toutes les fonctionnalités classiques d’un logiciel de visioconférence comme la messagerie, le partage de fichiers, la connexion vidéo, mais aussi d’un tableau blanc sur lequel les utilisateurs pourront facilement partager leurs idées avec leurs collègues.

logiciel visioconférence gratuit
Capture d’écran de join.me (source)

Fonctionnalités phares :

  • Accès mobile
  • Partage d’écran
  • Enregistrement
  • Outils de présentation
  • Chat en temps réel

Note globale sur Capterra : 4.3/5

Microsoft Teams

Microsoft Teams, c’est une version améliorée de Skype pour les équipes qui veulent collaborer en toute simplicité. Son grand avantage est son expérience utilisateur et son partage de fichiers au sein d’une équipe, en plus de toutes les fonctionnalités classiques qui caractérisent un outil de visioconférence digne de ce nom. Et, cerise sur le gâteau : si vous disposez d’une licence Office 365, vous avez directement accès à Microsoft Teams, sans frais ajoutés !

logiciel visioconférence
Capture d’écran de Microsoft Teams (source)

Fonctionnalités phares :

  • Accès mobile
  • Appel vidéo
  • Appel audio
  • Partage de fichiers
  • Gestion des tâches

Note globale sur Capterra : 4.4/5

Samepage

Cet outil de visioconférence se distingue des autres car il permet de combiner tâches, fichiers, vidéos et conversations des utilisateurs en une seule et même page (d’où son nom !). Votre équipe dira enfin adieu aux e-mails redondants et fastidieux. Elle pourra gérer de nombreux aspects de ses projets au sein d’un seul et même outil !

logiciel visioconférence gratuit
Aperçu de Samepage (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Accès mobile
  • Appel vidéo
  • Partage d’écran
  • Chat en temps réel
  • Chat privé

Note globale sur Capterra : 4.8/5

Team Viewer

Spécialisé dans l’accès et le support à distance, Team Viewer a fait ses preuves lorsqu’il est question de partager son écran avec ses interlocuteurs et de communiquer de façon efficace avec eux.  Le plus : l’organisation des contacts sous forme d’annuaire ! 

Aperçu de TeamViewer (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Appel vidéo
  • Chat en temps réel
  • Outils de présentation
  • Chat privé
  • Partage d’écran

Note globale sur Capterra : 4.6/5

UberConference

Uberconference supprime pour de bon les NIP (numéros d’identification personnels). Une adresse e-mail et un numéro de téléphone sont tout ce dont les utilisateurs ont besoin pour rejoindre une visioconférence. Cet outil fait preuve d’une grande puissance : image HD, partage d’écran très clair, ou encore statistiques poussées vous aideront à tirer le meilleur parti de vos réunions à distance. Un exemple : Uberconference va jusqu’à vous indiquer qui a parlé le plus lors d’un appel !

logiciel visioconférence gratuit
Capture d’écran d’UberConference (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Partage d’écran
  • Streaming de présentation
  • Appel vidéo
  • Statistiques
  • Accès mobile

Note globale sur Capterra : 4.5/5

Workplace

Si vous êtes actif sur Facebook, vous trouverez rapidement vos marques sur Workplace. Cette plateforme collaborative privée permet aux groupes de disposer des fonctions bien connues du réseau social… dont notamment l’appel vidéo ! Vous pourrez ainsi communiquer avec maximum 50 collègues et profiter d’une qualité d’image HD.

logiciel visioconférence gratuit
Capture d’écran de Workplace (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Outils de présentation
  • Accès mobile
  • Partage d’écran
  • Enregistrement
  • Chat en temps réel

Note globale sur Capterra : 4.3/5

Zoom

Fondé par l’équipe de Cisco et de WebEx, Zoom a le grand avantage d’être disponible sous forme d’app. Pratique pour se connecter à une réunion d’où l’on veut ! Attention, si les comptes basiques sont gratuits, les appels sont limités à une durée de 40 minutes.

logiciel visioconférence
Aperçu de Zoom (source)

Fonctionnalités phares : 

  • Appel vidéo
  • Enregistrement
  • Chat en temps réel
  • Outils de présentation
  • Partage d’écran

Note globale sur Capterra : 4.6/5

4 outils de visioconférence open source pour organiser vos événements

Un logiciel de conférence web donne une chance unique de faire participer des conférenciers prisés à des événements auxquels ils ne peuvent pas se rendre en personne. Si vous êtes tenté par l’open source, vous trouverez dans cet article plusieurs logiciels pour conférences qui devraient répondre à vos besoins. Nous les avons sélectionnés selon leurs fonctionnalités de collaboration. Ils comprennent tous des forums de discussion, le partage de fichiers et un tableau blanc collaboratif.

Vous avez quelques connaissances de base en programmation et pouvez vous passer du support client ? Découvrez 4 logiciels de visioconférence open source pour retransmettre vos événements sans dépenser un centime. Les logiciels sont présentés par ordre alphabétique.

1. Apache OpenMeetings

apache openmeetings

Impossible de constituer une liste de logiciels open source sans y inclure un produit d’Apache Software Foundation, l’un des créateurs de solutions open source les plus populaires avec Oracle.

OpenMeetings présente toutes les fonctionnalités standard de conférence web : streams vidéo multiples, messagerie instantanée, tableau blanc collaboratif prêt à recueillir les idées et les concepts les plus originaux, collaboration entre les participants et modification de documents en direct.

En outre, Apache a récemment amélioré l’apparence du logiciel pour lui donner un look plus agréable et plus moderne.

Fonctionnalités :

  • Conférence audio/vidéo
  • Enregistrement et partage de réunions
  • Explorateur et partage de fichiers
  • Système de modération
  • Tableau blanc collaboratif
  • Forums de discussion
  • Gestion des utilisateurs et des forums
  • Messagerie instantanée privée
  • Planning et calendrier des réunions
  • Sauvegarde des données

Note des utilisateurs sur Capterra : 3.7/5

2. BigBlueButton

bigbluebutton

BigBlueButton se positionne comme un logiciel de présentation open source conçu pour l’apprentissage en ligne. Il se distingue donc des autres solutions présentées dans cette liste, mais ses fonctionnalités standard de conférence permettent de diffuser des événements et d’organiser des réunions en interne.

BigBlueButton inclut la visioconférence, l’enregistrement des réunions, des forums de discussion, un système de vote et des tableaux blancs collaboratifs.

Ce qui fait la différence, c’est son interface utilisateur épurée et élégante, en plus des nombreuses possibilités de personnalisation des présentations.

BigBlueButton est aussi disponible sur mobile, mais il est réservé aux appareils Android.

Fonctionnalités :

  • Conférence audio/vidéo
  • Enregistrement et partage de réunions
  • Explorateur et partage de fichiers
  • Système de modération
  • Tableau blanc collaboratif
  • Forums de discussion
  • Gestion des utilisateurs et des forums
  • Messagerie instantanée privée
  • Planning et calendrier des réunions
  • Accès mobile

Note des utilisateurs sur Capterra : 4.5/5

3. Jitsi

jitsi

Jitsi est un logiciel de visioconférence open source qui présente de nombreuses fonctionnalités classiques comme les discussions en ligne ou les conférences audio et vidéo. Malheureusement, certaines options plus avancées incluses dans d’autres solutions, comme les tableaux blancs collaboratifs ou les systèmes de planification et de vote, manquent à l’appel.

Jitsi se centre en fait sur la visioconférence et la sécurité : suppression des bruits parasites, neutralisation de l’écho ou encore cryptage des mots de passe et des messages. Les intégrations sont un autre atout majeur du système, qui s’associe notamment avec Google Hangouts, Facebook et Microsoft Outlook.

Ce logiciel est idéal pour les entreprises spécialisées dans l’événementiel ou dans l’organisation de conférences à la recherche d’une solution de diffusion de haute qualité.

Jitsi présente aussi des capacités mobiles avec ses applications Jitsi Meet pour iPhone et appareils Android.

Fonctionnalités :

  • Conférence audio/vidéo
  • Enregistrement et partage de réunions
  • Explorateur et partage de fichiers
  • Système de modération
  • Gestion des utilisateurs et des forums
  • Messagerie instantanée privée
  • Accès mobile

Note des utilisateurs sur Capterra : 4.1/5

4. Elos (anciennement Mconf)

mconf

Les origines de Mconf sont particulières : créé à partir du code source de la solution BigBlueButton, ce logiciel de visioconférence open source est désormais entièrement indépendant. Son interface attrayante reste cependant clairement inspirée de celle de BigBlueButton.

Mconf est disponible sous forme d’application mobile sur Google Play et sur l’Apple Store (alors que BigBlueButton propose une appli Android uniquement). Toutes les fonctionnalités de BigBlueButton sont également accessibles dans Mconf, mais les options mobiles sont plus étendues.

L’outil se décline aussi depuis peu sous la forme d’un portail web qui facilite la navigation (par sujet) dans les fichiers pour les participants qui souhaitent consulter directement des documents durant les réunions.

Fonctionnalités :

  • Conférence audio/vidéo
  • Enregistrement et partage de réunions
  • Explorateur et partage de fichiers
  • Système de modération
  • Tableau blanc collaboratif
  • Forums de discussion
  • Gestion des utilisateurs et des forums
  • Messagerie instantanée privée
  • Planning et calendrier des réunions
  • Accès mobile

Note des utilisateurs sur Capterra : ce logiciel n’a pas encore été évalué par les utilisateurs.

Faciliter le télétravail au quotidien
Capterra a constitué pour les entreprises en télétravail un portail de conseils et d’astuces pour les aider à s’adapter au travail à distance. Retrouvez nos articles sur le télétravail : gérer une équipe à distance, connaître les risques informatiques, inclure les télétravailleurs, et bien d’autres problématiques !

Les activités de team building pour équipes en télétravail

team building entreprise

team building entreprise

Le team building virtuel n’est pas un team building classique. Ici, on ne parlera pas déjeuner en équipe, blague spontanée au bureau, petit verre après le travail ou sortie karting organisée par le CE. En effet, il existe d’autres moyens de fédérer les membres d’une équipe distante. La messagerie instantanée, les visioconférences, les tableaux virtuels et bien d’autres choses peuvent aider à surmonter les distances pour faciliter la collaboration et la cohésion.

Pourquoi le team building ?

Avant de parler consolidation d’équipe dans le monde virtuel, il convient d’aborder brièvement ce qui fait qu’une équipe est une équipe. En résumé, une équipe est un système social. Certains de ces systèmes fonctionnent bien, d’autres un peu moins bien. Mais pourquoi ? Pourquoi certaines équipes sont-elles plus efficaces que la somme des membres individuels et d’autres moins ?

Si l’on en croit Daniel Coyle, l’auteur du livre “The Culture Code” (livre disponible en anglais), les équipes qui réussissent partagent trois caractéristiques typiques :

La sécurité

Dans le contexte d’équipes performantes, la sécurité signifie bien plus qu’un contrat de travail et un revenu assuré. Dans ce contexte, la sécurité est davantage une question de fiabilité et de confiance. Il s’agit donc d’une équipe dans laquelle les interactions respectueuses sont une priorité absolue. Développer ce sentiment de convivialité prend du temps : il faut miser sur des rituels fixes, mais aussi sur l’humour, les questions ouvertes et l’écoute active. C’est ça, le team building.

La vulnérabilité

La vulnérabilité doit être vécue. Ce n’est que lorsque le chef d’équipe admet ses erreurs ou demande de l’aide que les membres de l’équipe peuvent s’ouvrir aux autres. Parlez donc ouvertement de vos erreurs et des choses qui posent problème. Entraidez-vous et soutenez-vous mutuellement. Vous pouvez par exemple utiliser des éléments de gamification pour établir une culture d’équipe.

La raison d’être

En tant qu’équipe, il n’y a pas de motivation plus importante que de savoir pourquoi on se lève tous les matins et où va l’entreprise. Il a été prouvé que la motivation intrinsèque est plus efficace à long terme que la manipulation extrinsèque (un bonus, par exemple). La nature de ces motivations et de ces valeurs dépend de l’individu, mais une bonne équipe reconnaît les différents besoins et essaie de les prendre en compte et ce, même virtuellement.

Outils et préparation

Le monde numérique regorge d’options logicielles variées pour les équipes à distance.

Notre recommandation pour la collaboration virtuelle est la suivante : faites simple !

  • Utilisez des tableaux blancs virtuels hébergés dans le cloud (par exemple, les tableaux fournis par Mural, Miro ou Trello),
  • Utilisez un outil de messagerie (par exemple Slack),
  • Déterminez un espace de travail virtuel (par exemple Google Docs),
  • Choisissez un outil de web conférence (par exemple Zoom, Skype, Microsoft Teams, Facetime, Whereby…)

Outre les aspects techniques, vous devez également réfléchir à la raison pour laquelle vous prenez telle ou telle initiative de team building et quand il convient de l’organiser. Pour ce faire, posez-vous les trois questions suivantes :

  • En temps réel ou asynchrone ?

Est-il important que tous les participants soient assis en même temps devant leur écran ou peuvent-ils décider eux-mêmes de l’heure à laquelle rejoindre l’activité ?

  • Juste pour le plaisir ou plus ?

L’activité est-elle purement ludique ou peut-elle également contribuer à établir ou à améliorer les relations interpersonnelles ?

  • Une seule ou plusieurs fois ?

L’activité sera-t-elle ponctuelle ou répétée régulièrement ?

Voici deux scénarios pour illustrer ce point :

Vous menez une réunion en ligne pour une équipe relativement nouvelle et vous souhaitez mieux connaître vos collègues. Vous pouvez briser la glace en posant de simples questions, qui permettent d’apaiser la nervosité de tous et de trouver un terrain d’entente. Pourquoi ne pas demander à vos collègues, lors de la prochaine réunion d’équipe virtuelle, quelle est leur destination de vacances de rêve ou s’ils préfèrent les chiens ou les chats ? Si vous êtes en panne d’inspiration, jetez un coup d’œil à cette liste. Vous pouvez poser ces questions en direct ou les varier pour mieux s’adapter au contexte.

Afin de mieux se comprendre, il peut être utile que chaque employé se prépare un manuel d’utilisation personnel. Cela peut prendre la forme d’une vidéo ou d’une présentation PowerPoint stockée sur le serveur de l’entreprise et accessible à tous. Les nouveaux employés peuvent alors explorer les préférences et les habitudes de travail de leurs collègues. Contrairement à la méthode précédente, ce processus asynchrone est une action ponctuelle qui est plus qu’un exercice amusant. Voici un petit exemple (en anglais) de Didier Elzinga, PDG de Culture Amp.

6 activités de team building virtuel à essayer

engagement employéLe concept de team building signifie s’amuser ensemble, de façon régulière ; et cela s’applique également au monde virtuel. Il a été prouvé que jouer et s’amuser avec ses collègues renforce la confiance et améliore la coopération. Si vous lancez plusieurs jeux à la suite, vous pourriez bien donner naissance à une véritable olympiade au bureau. Cela peut s’avérer intéressant, surtout pour les équipes de taille. Vous aurez besoin de plusieurs idées de jeux et d’un logiciel de web conférence où vous pouvez placer des groupes de participants dans des salles virtuelles. Les équipes subdivisées organisent ensuite des compétitions parallèles telles que le pliage d’origami, la résolution de casse-têtes ou d’autres jeux créatifs et se voient décerner des médailles à la fin. Vous devez prévoir au moins 90 minutes pour mener à bien cet exercice.

Vous pouvez également simuler “l‘arrivée au bureau“. Ilengagement employé suffit pour cela d’ouvrir un canal de visioconférence pendant la première heure au bureau. Vous n’êtes pas obligé d’y participer, mais les membres de l’équipe qui n’ont pas de rendez-vous à cette heure-ci peuvent boire leur café devant la caméra, s’enquérir du bien-être de chacun ou simplement échanger un sourire. Nous pratiquons actuellement cette technique avec un client actuel. Nous ouvrons le canal à 8 h 30 et en général, un tiers de l’équipe est déjà présent au départ. Jusqu’à 8 h 45, nous sommes généralement au complet. Cette mesure favorise le sentiment de groupe, ne nécessite aucun effort particulier et peut être mise à l’essai rapidement et facilement.

engagement employéConnaissez-vous le film “Sans plus attendre” avec Jack Nicholson et Morgan Freeman ? Dans le film, nos deux protagonistes, condamnés par la maladie, dressent une liste de choses qu’ils veulent faire au moins une fois dans leur vie et les réalisent ensuite. C’est un concept que vous pourriez implémenter dans votre routine de team building. Demandez à vos collègues d’écrire leurs souhaits sur un tableau blanc virtuel (par exemple Mural ou Miro). Vous pouvez faire comme Brian Scudamore, le PDG de O2E Brands et demander aux membres de votre équipe quels sont leurs 101 objectifs de vie, mais vous pouvez également revoir ce chiffre à la baisse. Cet exercice contribue à accroître l’empathie au sein de l’équipe.

engagement employéLors des réunions de suivi, le tableau peut être révisé à plusieurs reprises et les actions réalisées peuvent être effacées. Jouer ensemble en ligne est une autre approche que vous pouvez adopter pour renforcer l’esprit d’équipe. Il peut s’agir de simples jeux amusants, tels que skribbl.io, où vous dessinez sur votre écran des termes que les autres doivent deviner, mais aussi d’activités plus élaborées issues du domaine de la gamification, c’est-à-dire l’utilisation d’éléments de jeu et de techniques de conception de jeux dans des contextes non ludiques. La méthode Lego® Serious Play® et le jeu du chamallow en sont des exemples. Comme cette approche de la gamification ou “SeriousGames” est encore relativement nouvelle dans le monde en ligne, nous vous recommandons de suivre le hashtag #SeriousGames4Remote sur les médias sociaux. Beaucoup de nouvelles idées émergent actuellement, qui peuvent être utiles pour la constitution d’équipes virtuelles.

engagement employéEt si vous avez la nostalgie des soirées entre collègues, pourquoi ne pas se retrouver le soir pour un afterwork devant votre ordinateur ? Si l’idée vous tente, vous pouvez ouvrir une taverne virtuelle avec vos collaborateurs. Parlez de tout et de rien et apprenez à mieux vous connaître, loin des sujets professionnels. Vous pouvez également changer le décor en demandant à chacun d’allumer une bougie et de créer une petite atmosphère de feu de camp (en y ajoutant éventuellement guitare, chamallows et histoires qui font peur).

engagement employéParfois, la meilleure chose à faire pour une équipe virtuelle n’a rien de virtuel : vous pouvez envoyer des cartes de félicitations informelles qu’ils peuvent ensuite remplir à nouveau et donner aux autres membres de l’équipe. C’est toujours agréable de sentir que l’on est apprécié ou de recevoir un petit geste d’attention. L’aspect tangible de cet exercice, avec une carte que l’on peut tenir dans ses mains, apporte une petite touche de reconnaissance personnelle qui n’a l’air de rien mais dont l’absence peut parfois mettre à mal le moral des troupes.

La distance, un défi à relever en soi

Constituer une équipe virtuelle n’est jamais évident. Et même en déployant tous les efforts possibles, il est plutôt difficile de concevoir qu’une équipe virtuelle puisse remplacer une équipe sur le terrain et des expériences partagées. Cependant, c’est parfois nécessaire de créer des équipes virtuelles quand les individus sont dispersés dans le monde entier ou ne peuvent se rencontrer en raison de circonstances extérieures. Des entreprises comme Basecamp et Buffer pratiquent le travail distribué depuis des années et déclarent avoir une excellente culture d’entreprise. Sans vouloir en douter, il est possible que ces entreprises manquent d’un point de comparaison dans l’autre sens.

Le blog de Trello propose davantage d’idées d’activités à distance. Côté outils, jetez un oeil au catalogue Capterra des logiciels collaboratifs qui servent également de messageries d’équipe.


À propos de l’auteur

Christian Botta est chef de projet et consultant pour des projets informatiques et technologiques depuis 2000. En plus d’être certifié en gestion de projet traditionnelle (PMP®), il est également Scrum Master et Product Owner dans l’environnement agile. Depuis 2015, Christian Botta est cofondateur de Visual Braindump, dont l’objectif est d’encourager une approche visuelle des projets. Il officie enfin comme conférencier, formateur et coach avec pour mission de rendre les projets plus vivants et de garantir leur succès.

Règles de télétravail : une politique indispensable

règles télétravail

règles télétravail

Les entreprises du monde entier se tournent vers le travail à distance, mais peu d’entre elles ont intégré des règles de télétravail à leurs politiques internes. C’est le moment d’y remédier.

Vous envisagez de développer un programme de télétravail afin d’attirer et de retenir des collaborateurs qui recherchent un environnement de travail flexible ? Des circonstances imprévues ont forcé vos équipes à travailler à distance ? Quelle que soit la raison qui vous pousse à adopter le télétravail, le temps est venu d’élaborer une politique de télétravail bien définie. Malheureusement, cette étape incontournable est bien trop souvent négligée par les PME qui se passent de lignes directrices pourtant essentielles en la matière.

4 aspects à prendre en compte pour créer une politique de télétravail idéale

Le télétravail transforme radicalement le mode de fonctionnement des équipes. Il implique une approche du travail très différente et exige d’être sincèrement convaincu des bénéfices que peut en tirer toute une structure.

Vous voyez clairement l’intérêt d’un programme de télétravail pour votre entreprise ? Gardez les points suivants à l’esprit pour élaborer la politique la plus adéquate.

règles télétravail

1. Technologie

Pour être productifs, les télétravailleurs doivent disposer du matériel et des outils informatiques appropriés. Vous devez donc trouver une solution pour équiper les ordinateurs portables ou les ordinateurs personnels de vos équipes d’un VPN sécurisé et de logiciels en cloud permettant à chaque collaborateur d’accéder de manière égale aux outils et aux données de votre entreprise.

Les outils de collaboration sont également essentiels. Les télétravailleurs doivent pouvoir communiquer efficacement entre eux. Les e-mails et les simples applications de chat sont utiles, mais pensez à investir dans un outil de communication complet pour simplifier la collaboration et créer des conditions de travail équitables pour tous. Ces outils s’intègrent souvent à d’autres logiciels et permettent aux utilisateurs de mettre à jour le statut des tâches, de gérer des projets et de créer des chaînes spécifiques ou dédiées.

2. Fonctions

Réfléchissez aux fonctions qui se prêtent au télétravail et aux activités qui peuvent être menées à bien en dehors de vos bureaux. Si les objectifs peuvent être atteints et les flux de travail maintenus ou adaptés, la fonction est probablement adaptée au travail à distance. Déterminez aussi la fréquence à laquelle un collaborateur peut télétravailler. Certaines fonctions peuvent être complètement assurées à distance, tandis que d’autres exigent une présence au bureau quelques jours par semaine.

3. Motivation

Ce n’est pas parce qu’un travail peut être effectué à distance que tous vos collaborateurs veulent travailler à distance ou ont suffisamment d’autodiscipline pour le faire. Certains pourraient envisager de travailler dans un espace de coworking, un café ou une bibliothèque. Lorsque vous créez un programme de télétravail, étudiez les différentes solutions que vous pouvez proposer aux personnes qui ne veulent pas y participer ou qui estiment que ce système ne leur convient pas.

4. Confiance

La confiance est le facteur le plus important du succès de votre programme de télétravail. Faites ressentir à vos collaborateurs que vous leur faites confiance et que vous savez qu’ils sont capables de remplir leurs missions tant au bureau qu’à distance. Tout comme leurs collègues, les télétravailleurs doivent rester responsables de l’exécution de leurs tâches. S’ils ne font pas correctement leur travail, ils s’exposent aux mêmes conséquences que s’ils se trouvaient au bureau.

Grands principes des politiques de télétravail

Vous avez la conviction que le travail à distance peut convenir à votre PME ? Alors il est temps d’élaborer votre politique de télétravail. Veillez à établir des lignes directrices claires et à définir précisément les attentes en matière d’éligibilité, de productivité, de disponibilité et de sécurité.

Éligibilité

Certaines fonctions se prêtent davantage au télétravail que d’autres (impossible pour les collaborateurs qui doivent assurer une activité physique sur site, par exemple, de travailler à distance). L’éligibilité au télétravail dépend de la fonction, pas de la personne qui l’occupe.

Astuce de pro :
Développez un plan d’urgence pour garantir la continuité des activités en cas de crise (COVID-19, catastrophe naturelle, etc.). Les fonctions jugées inadaptées au télétravail en temps normal pourraient devoir être assurées en télétravail dans des situations d’urgence.

Productivité

De nombreuses entreprises hésitent à autoriser le télétravail, car elles craignent une baisse de productivité chez leurs collaborateurs ou redoutent que ceux-ci considèrent le télétravail comme des vacances.

Rappelez-vous que la confiance est un ingrédient essentiel du télétravail et que le succès du système se mesure aux résultats. Résistez à l’envie de surveiller ou de contrôler à l’excès vos télétravailleurs. Évaluez leurs prestations en vous basant sur des résultats tangibles, fixez des objectifs clairs et vérifiez les progrès réalisés grâce à des visioconférences régulières et à votre logiciel de gestion de projets.

Disponibilité

L’une des principales difficultés de la gestion de télétravailleurs est de savoir où chacun se trouve à tout instant. Certaines politiques sont donc structurées de manière à ce que les horaires de travail à distance et au bureau soient identiques. Cette approche trahit un manque d’engagement vis-à-vis de la philosophie du télétravail.

Encouragez vos télétravailleurs à décider eux-mêmes de leurs heures et de leur lieu de travail. Cela ne veut pas dire qu’ils sont libres de disparaître jusqu’à la prochaine réunion, mais plutôt que vous devez leur donner les moyens de communiquer leurs disponibilités à leurs collègues.

Une application de calendrier partagé ou un simple e-mail d’absence de bureau peut faire l’affaire. À distance, vos collaborateurs doivent également rendre des comptes en respectant les engagements pris lors des réunions et en répondant aux messages dans un délai raisonnable.

Sécurité

Les questions de sécurité des données sont plus épineuses dans les entreprises qui adoptent le télétravail. En effet, dans ce cadre, toutes les données sont échangées par Wi-Fi et les conversations qui se tiendraient normalement dans un environnement de bureau sécurisé se font en ligne ou dans des lieux publics. La sécurité des données est donc d’autant plus importante dans ce contexte.

Vos télétravailleurs utiliseront probablement différents dispositifs personnels pour travailler, ce qui augmente le risque de failles de sécurité, en particulier quand certains dispositifs sont perdus ou compromis. L’adoption d’applications professionnelles en cloud permet de sécuriser le télétravail en stockant les données de votre PME en cloud plutôt qu’en local.

Règles d’une politique de télétravail

En cas de travail depuis un lieu public, pensez également à protéger vos données commerciales contre les méthodes “à l’ancienne” (écoute illicite ou surveillance des utilisateurs se connectant à une application en public, notamment) employées par les fraudeurs et les personnes pratiquant l’espionnage industriel. Dans le monde hautement technologique qui est le nôtre, nous avons tendance à négliger ces techniques, qui restent pourtant courantes et efficaces.

L’encadrement, clé d’une politique de télétravail réussie

Restez en contact régulier

Prévoyez un chat vidéo hebdomadaire entre les responsables et leurs équipes afin de garantir un contact régulier et de ménager un moment où les informations peuvent être partagées en face à face. Certaines informations seront toujours mieux transmises “en personne” plutôt que par e-mail ou par message, et vos collaborateurs seront plus enclins à poser des questions ou à exprimer leurs préoccupations lors d’un appel vidéo que par d’autres moyens.

En plus des entretiens individuels, organisez des visioconférences hebdomadaires ou bihebdomadaires avec tous les membres de votre PME. Encouragez les télétravailleurs à passer eux-mêmes des appels vidéo informels entre eux pour se tenir au courant de l’avancement des projets ou tout simplement pour rester en contact.

Veillez à maintenir l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Pour prévenir le surmenage ou le burn-out, il faut soigneusement séparer vie privée et vie professionnelle. Vos télétravailleurs doivent donc planifier le plus consciencieusement possible leurs activités pour que les unes n’empiètent pas sur les autres.

Quand on travaille à domicile, on peut parfois se plonger dans un projet et relever la tête des heures plus tard pour se rendre compte que la soirée est déjà bien avancée. L’inverse peut aussi se produire : le linge à plier et la vaisselle qui traîne dans l’évier peuvent devenir de grandes sources de distraction.

Encouragez vos télétravailleurs à planifier leur temps et à respecter leurs heures de travail. Demandez-leur régulièrement de vous faire part de leurs impressions et pensez à lancer un sondage anonyme pour identifier les points à améliorer.

Consultez le catalogue GetApp pour découvrir et choisir un logiciel de gestion des règlements pour vous accompagner dans l’élaboration d’une politique de télétravail.