Les innovations qui définissent le marketing de contenu aujourd’hui

Header - Les innovations du marketing de contenu de nos jours

Pour les PME, le marketing de contenu est un incontournable du marketing mix depuis des dizaines d’années.

Header - Les innovations qui définissent le marketing de contenu de nos jours

Le contenu stratégique de haute qualité a ses avantages à chaque étape de l’entonnoir de vente : les articles de blog et les infographies éveillent l’intérêt et la conscience des prospects potentiels, tandis que les campagnes e-mail et de fidélisation des clients contribuent aux étapes de sélection et d’achat.

Malheureusement, dès votre PME commence à trouver ses marques et à gérer au mieux sa stratégie de marketing de contenu, de nouvelles technologies débarquent et vous avez l’impression de tout devoir reprendre à zéro.

Les progrès technologiques transforment tout, même la manière dont on achète un simple café : on peut désormais commander son breuvage, par exemple en utilisant une fonctionnalité de dictée vocale sur son smartphone, le payer sans contact et passer en tout moins d’une minute dans la boutique physique.

Les services marketing des grandes enseignes comptent de nombreuses équipes qui repensent la stratégie de marketing de contenu et qui définissent comment les nouvelles technologies influencent les acheteurs et leur fidélité, encouragent à l’achat, etc.

Les PME sont soumises aux mêmes tendances émergentes de marketing de contenu, mais elles disposent de moins de ressources pour tester l’intégration de nouvelles technologies dans leur stratégie marketing. Pour suivre véritablement les tendances, les PME auraient besoin de plus de temps, de marge de manœuvre et de fonds.

Pour vous aider à relever le défi, nous avons synthétisé la recherche Gartner consacrée aux tendances technologiques susceptibles de révolutionner l’avenir du marketing. Vous découvrirez ainsi comment les PME peuvent, à leur niveau, tirer avantage de tous ces progrès. (Recherche complète, en anglais, réservée aux clients Gartner.)

Dans l’année qui vient, les PME devront se concentrer sur les tendances technologiques promotionnelles touchant à la fois le comportement consommateur et la technologie opérationnelle. En particulier :

  • la manière dont les agents conversationnels comme Siri et Alexa transforment la recherche et la sélection de bien et de services
  • la façon dont les analyses de données transforment les bonnes pratiques de création des personas

Pendant des dizaines d’années, nous avons interagi avec la technologie par l’intermédiaire d’un écran et d’un clavier. Aujourd’hui, l’enquête de Gartner consacrée aux tendances technologiques disruptives indique un usage croissant d’agents conversationnels comme Alexa (d’Amazon) et Siri (d’Apple).

Les résultats de ce sondage Gartner révèlent qu’un consommateur sur cinq vivant aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne utilise déjà des agents conversationnels pour faire ses achats en ligne. Plus d’un tiers d’entre eux utilisent un assistant virtuel au moins une fois par jour.

Les consommateurs sont de plus en plus à l’aise avec les agents conversationnels et les transactions vocales. Nos interactions digitales sont donc graduellement plus conversationnelles et moins dépendantes du temps passé devant un écran.

Adaptez votre stratégie de marketing de contenu à mesure que les agents conversationnels se généraliseront dans les achats et le choix de produits et de services, les marketeurs devront ajouter à leurs messages vocaux et audio des interactions client basées sur des supports visuels.

Besoin dune piqûre de rappel sur laudio marketing ? Ces excellents articles de CMS Wire (en anglais) font le point sur la définition de l’audio marketing et les bases de son implémentation dans votre stratégie marketing.

Les mots-clés conversationnels ont le vent en poupe

L’enquête de Gartner indique que les recherches vocales nous en apprennent plus sur les intentions et les motivations des utilisateurs parce qu’elles prennent plus souvent la forme de questions (quoi, qui, où, quand et comment). Si vous êtes capables de récolter et d’analyser ces données, c’est une mine d’or d’informations concernant les besoins de vos clients.

Imaginez la situation : vous êtes installé devant votre PC et vous voulez savoir où boire un café dans le coin. Vous pourriez taper dans votre barre de recherche “café pas loin”.

Mais si vous êtes en train de vous balader, vous allez plutôt demander à votre smartphone : “Dis, Siri, où est-ce que je peux boire tout de suite un bon café ?”

Vous voyez la différence ? En tout cas, elle n’échappe pas aux algorithmes de recherche organique de Google.

En investissant dans un logiciel de marketing de contenu pour votre PME, vous permettrez à votre équipe marketing de mener ce type d’analyses, d’évaluer les mots-clés les plus importants et les recherches qui guident les consommateurs vers votre contenu digital. Cette analyse peut vous aider à suivre et anticiper la manière dont les agents conversationnels révolutionnent le référencement.

Interface du SEOChecker de SEMRush pour le marketing de contenu
Capacités de référencement de SEMRush, logiciel de marketing de contenu (source)

De nombreuses études portent actuellement sur la manière dont la recherche vocale et les agents conversationnels vont transformer nos recherches organiques ainsi que le classement et la catégorisation des contenus par les moteurs de recherche. Pour mieux comprendre, n’hésitez pas à consulter l’article très fouillé de Neil Patel sur l’optimisation pour la recherche vocale (en anglais).

De manière générale, les interrogations sur les agents conversationnels et le référencement concernent aussi les PME. Les grandes entreprises comme les petites peuvent déjà s’attendre à trouver plus de phrases conversationnelles dans des recherches plus longues.

Lorsque vous pensez stratégie de contenu et de référencement, tenez compte de la manière dont vos clients parlent de votre secteur et des biens et services que vous leur proposez.

Adaptez votre stratégie de marketing de contenu investissez dans un logiciel de marketing de contenu avec fonctionnalités de référencement pour pouvoir surveiller et adapter votre stratégie à mesure que la présence des agents conversationnels se généralisera.

Lextraction des données (data mining) et lanalyse des données transforment notre manière de communiquer.

 Personnalisez votre contenu marketing à la virgule près

Les technologies émergentes révolutionnent non seulement la façon dont nous faisons des recherches en ligne, mais aussi la manière dont les entreprises communiquent avec leurs clients. L’analyse des données progresse et les consommateurs s’attendent de plus en plus à bénéficier d’expériences personnalisées.

Dans son enquête consacrée aux tendances technologiques qui changent la donne, Gartner présente une stratégie de marketing novatrice, l’atomic content, ou contenu atomique. Elle repose sur la création de petits éléments de contenu personnalisables et réutilisables, les “atomes” qui donnent leur nom à cette approche.

Ces éléments peuvent être assemblés pour créer des vidéos, des e-mails, des pages web et tout un éventail d’autres supports marketing dynamiques et basés sur les données.

“Le contenu atomique exige des marketeurs qu’ils explorent de nouvelles pistes de création et de distribution de contenu”, précise Gartner. “Individuellement, ces éléments de contenu constituent les briques de messages efficaces et sur-mesure ; une fois combinés, ils deviennent de puissants catalyseurs d’engagement client et de résultats.”

Pour mettre pleinement en œuvre une stratégie de contenu atomique, les entreprises doivent intégrer des sources de données en temps réel attachées à une palette de technologies marketing permettant d’offrir et de mesurer des expériences personnalisées. Cette technologie devrait être totalement opérationnelle et intégrée dans les logiciels de marketing automation dans les dix prochaines années.

Tableau des fonctions analytiques de VerticalResponse pour le marketing de contenu
Fonctionnalités d’analytics de VerticalResponse (source)

L’IA va continuer de révolutionner le marketing. Vous devez donc dès aujourd’hui intégrer un logiciel de marketing automation à votre stratégie marketing et vous familiariser avec ses fonctionnalités.

Les marketeurs devraient opter pour un logiciel qui leur permet de récolter et d’analyser des données client ainsi que d’exploiter les résultats pour personnaliser l’expérience client.

Adaptez votre stratégie de marketing de contenu les éléments individuels (ou atomes) de la stratégie de contenu atomique existent déjà dans les technologies marketing. Exploitez au maximum les fonctionnalités de reporting et d’analytics de votre logiciel de marketing pour donner à vos utilisateurs l’impression que vos messages leur sont directement adressés.

 Utilisez vos données client pour créer des personas solides

Les données client peuvent définir la manière dont vous composez et catégorisez vos personas.

Les personas client sont établis à partir des attributs et des préférences associés à différents profils d’acheteur. Ils correspondent à des archétypes représentant différents types de clients regroupés par valeurs, besoins et objectifs.

Les PME ont besoin des données client pour construire leurs personas. Les informations récoltées ne doivent pas forcément se limiter aux données démographiques. Celles-ci font partie intégrante de la construction de personas, mais les données comportementales, transactionnelles et psychographiques sont aussi cruciales.

Un persona limité à “femme vivant dans une grande ville” ne permet pas aux marketeurs de cibler adéquatement un segment de clientèle. Un persona plus complet et basé sur les données peut inclure des détails associés aux réseaux sociaux (p. ex. intérêt pour le sport et la cuisine) et à l’historique des transactions (p. ex. consommateurs qui répondent bien aux ventes annuelles).

Adaptez votre stratégie de marketing de contenu ne vous limitez pas aux données démographiques lorsque vous créez des personas ; ajoutez des informations comportementales, transactionnelles et psychographiques.

Infographie sur les types de données à utiliser pour constituer des personas

Tendances technologiques de 2019 pour les PME.

Si vous êtes prêt à bénéficier des avantages d’un logiciel de marketing de contenu et de ses fonctionnalités de référencement, consultez notre répertoire de CMS. Vous pourrez y filtrer les outils par fonctionnalités et notamment sélectionner uniquement ceux qui incluent la gestion du référencement.

En 2019 les technologies émergentes ont commencé à transformer les interactions et de l’engagement des clients envers les marques. Cette révolution va se poursuivre dans les prochaines années. Les chefs de PME doivent donc guider leurs entreprises en tenant compte de ce changement.

Toutes les nouvelles technologies n’auront pas un effet extraordinaire sur toutes les entreprises, mais vous pourrez assurer des expériences client réussies en identifiant celles qui auront un impact sur la vôtre et en y consacrant une part de vos investissements.

Vous avez besoin d’un logiciel de gestion de contenu ? Découvrez la liste des meilleures solutions de gestion de contenu établie par Capterra.

 

10 erreurs SEO fréquentes et comment les résoudre

erreurs SEO les plus courantes

erreurs SEO les plus courantes

La maturité des entreprises en matière de référencement naturel est très variable. Si certains secteurs ont internalisé des équipes entières d’experts SEO pour faire face à une concurrence féroce sur leur marché, d’autres en sont encore à se demander s’il est pertinent de bloquer un budget pour cet enjeu crucial du marketing digital. Conséquence directe ? Les erreurs SEO sont fréquentes sur les sites web et il est parfois simple d’améliorer son référencement naturel en corrigeant quelques éléments. Voici un tour de table des erreurs les plus fréquentes : erreurs techniques, erreurs de contenu et enfin erreurs relatives à la popularité.

Les erreurs techniques majeures qui gênent le référencement naturel

À la croisée entre l’expérience utilisateur et le référencement naturel, les critères techniques de votre site Internet sont des éléments cruciaux à prendre en compte. De plus en plus mis en avant par les moteurs de recherche, Google en tête, vous ne pouvez plus vous permettre de les ignorer. Nous vous présentons ici trois piliers dont vérifier la solidité.

Erreur SEO n° 1 : ne pas optimiser le temps de chargement de ses pages

Dernièrement, le temps de chargement des pages est devenu le fer de lance du SEO technique. Mis en avant par Google, qui souhaite avant tout offrir une expérience utilisateur de bon niveau, le moteur de recherche l’intègre maintenant dans son algorithme. Vous devrez donc régulièrement vérifier votre site et vos pages de façon individuelle.

Trois éléments cruciaux sont à prendre en compte pour un référencement naturel optimal :

  1. Le poids des images : il s’agit d’un critère majeur pour la vitesse d’un site. Le poids des images peut représenter jusqu’à 50 % du poids de votre site : il est nécessaire de les optimiser. Pour cela, vous pouvez utiliser des logiciels SaaS comme TinyPNG ou encore Imagify qui propose des services freemium pour retravailler vos images pour le web. Sinon, Photoshop est une solution efficace mais qui demande certaines notions afin de pouvoir s’en servir.
  2. La politique de cache : le cache est un système de mémoire temporaire. Lorsqu’un utilisateur vient sur votre site, une version de la page est enregistrée pour la présenter plus rapidement lors des visites suivantes. Cet aspect technique peut s’avérer complexe à mettre en place soi-même. Mais si votre site est sous WordPress, vous aurez la chance de pouvoir utiliser le poids lourd de cette catégorie, à savoir le plugin WP Rocket.
  3. La performance de l’hébergement : un hébergement de qualité proposant de bonnes performances techniques est l’une des clés d’un site performant. Il permet de limiter les temps de réponse serveur et donc de gagner en temps de chargement. Certains hébergeurs spécialisés proposent même un package prenant en compte l’optimisation des images ainsi que la gestion du cache. On peut notamment citer l’hébergeur WP Serveur spécialement conçu pour WordPress.
Conseil : veillez à auditer régulièrement le temps de chargement des pages de votre site (et pas uniquement celui de la page d’accueil). Pour cela, référez-vous à votre compte Google Analytics ou à l’outil en ligne PageSpeed Insights de Google.

Erreur SEO n° 2 : oublier de rediriger les pages 404 et laisser des liens cassés

Pages 404 et liens cassés vont de pair. Même si la logique n’est pas tout à fait la même, nous allons vous présenter ces deux erreurs techniques classiques en détails pour vous aider à les résoudre.

Lorsque vous changez d’URL ou supprimez une page, cela crée une erreur 404. Pourquoi ? Car la page était indexée dans les moteurs de recherche et qu’elle le sera toujours après votre suppression. De fait, un internaute qui clique sur l’annonce dans le moteur de recherche arrivera sur votre page 404. Bien entendu, il y a fort à parier qu’il va quitter votre site pour retourner à sa recherche Google. C’est pourquoi il est nécessaire de réaliser une redirection à chaque fois que vous modifiez une URL ou que vous supprimez une page. Dans le cadre d’une refonte de site Internet, il faudra aller encore plus loin en créant un tableau de redirection qui vous permettra de ne pas perdre l’historique de vos pages.

L’autre élément perturbateur est le lien cassé. Il s’agit simplement de liens (internes ou externes) dans vos contenus qui ne mènent désormais nulle part. Page supprimée, site n’existant plus… Les raisons peuvent être nombreuses. Vous devez y faire attention car les liens sont des passerelles pour les robots Google. Si ceux-ci sont cassés, les robots ne peuvent plus naviguer correctement de lien en lien et cela pénalise votre site.

Conseil : Google propose un outil pour webmaster, Google Search Console, qui donne de nombreuses indications et vous permettra d’analyser vos pages et ainsi mettre en place vos redirections.

Erreur SEO n° 3 : un fort volume de contenu dupliqué

Google privilégie la pertinence dans votre contenu et donc la présence d’éléments inédits. Pourtant, un site peut avoir un volume de contenu dupliqué important.

Ce dernier se présente sous deux formes :

  • Le contenu dupliqué venant d’un autre site : vous avez par exemple copié-collé la description d’un produit que vous revendez.
  • Le contenu dupliqué entre vos propres pages : vous proposez des pages similaires avec un attribut de produit qui change. Par exemple, un polo avec 10 couleurs différentes. Hormis la couleur, toute la description sera identique sur chacune des pages.

Le premier cas est à éviter impérativement. Il est très fortement pénalisé par Google. La logique est assez simple, si vous proposez un contenu déjà présent sur le web sans apporter de plus-value, alors votre page n’a pas d’intérêt majeur pour les utilisateurs et google ne la mettra donc pas en avant.

Le second est parfois inévitable dans une moindre mesure mais doit rester modéré. Sur une page, vous devez avoir une forte proportion de contenu unique. Pour cause, vos pages ne sont pas censées parler de la même chose. Dans le cas des pages produits en e-commerce, vous pouvez définir des URL canoniques. Il s’agit d’une méthode permettant de présenter aux moteurs de recherche une URL “mère” pour qu’ils puissent comprendre qu’il ne s’agit pas de contenus dupliqués.

Conseil : qui dit nouvelle page, dit création de contenu inédit. Cela doit devenir un réflexe.

Les erreurs SEO de contenu

Les erreurs liées au contenu ont-elles aussi de très lourdes conséquences en termes de SEO. Elles proviennent tantôt de la volonté des éditeurs de site à aller vite, ce qui les amène à négliger la création de contenu pertinent, tantôt du souhait de produire des sites où l’image prédomine et où les contenus textuels sont rares. Dommage car, depuis des années, et pour encore longtemps en référencement naturel, le contenu est roi.

Erreur SEO n° 4 : confondre architecture SEO et arborescence de site web

Entre la technique et la sémantique, voici l’une des erreurs les plus complexes du référencement naturel et aussi des plus importantes : l’erreur d’architecture SEO. Elle se définit par la structure des URL de votre site web, de la page d’accueil à vos pages profondes. L’objectif de la travailler est de permettre de créer des cocons sémantiques autour d’une partie de votre site.

Prenons l’exemple classique d’un site e-commerce non optimisé dans le textile et comparons-le à un site optimisé  :

Page catégorie pour les jeans : monsite.fr/product-category/jean/monsite.fr/jean/
Page produit pour un jean précis : monsite.fr/produit/nom-du-produit/monsite.fr/jean/nom-du-produit

Dans la seconde version, tous les “jeans”, par exemple, se retrouveront dans la même catégorie. Idéal pour donner du poids sur l’ensemble de cette catégorie.

Là où la logique devient plus complexe, c’est lorsque vous avez des centaines, voire des milliers d’URL à traiter. Vous devrez alors faire des choix parfois difficiles. Il faut savoir qu’en fonction du CMS utilisé pour votre site, les possibilités ne sont pas toujours les mêmes. Pour couronner le tout, il ne faut pas confondre architecture SEO (orientée moteur de recherche) et arborescence de site (menu de navigation).

On pourra par exemple retrouver des éléments dans l’arborescence qui sont totalement différents dans l’architecture. Ce n’est pas parce que j’ai “prestations” en menu et “seo” en sous-menu que ma page aura forcément comme adresse monsite/prestation/seo. Cela pourra être totalement différent selon la stratégie adoptée.

Pour creuser ce sujet, je vous renvoie vers cet article expliquant les différences entre architecture SEO et arborescence de site web. Grâce à ses exemples concrets, il vous aidera à mieux comprendre de telles notions.

Conseil : attention, cette logique est complexe à mettre en place et demande une analyse sémantique importante ainsi que les compétences informatiques nécessaires à la mise  en place d’un plan de redirection 301. Il est déconseillé de réaliser son architecture SEO sans être accompagné par une agence ou un freelance SEO.

Erreur SEO n° 5 : ne pas répondre aux problématiques utilisateur

Le contenu de votre site doit répondre aux interrogations de vos clients potentiels et ne doit pas se contenter d’expliquer ce que sont vos produits ou services. C’est un conseil qui permet d’améliorer l’expérience utilisateur et qui s’applique également en SEO. Ne pas traiter les problématiques de vos cibles, c’est ne pas se positionner sur des requêtes et donc ne pas être présent sur les recherches Google de vos prospects. Plus encore, cela peut donner un sentiment de frustration pour un internaute qui arriverait sur votre page mais ne trouverait pas les réponses à ses questions.

Conseil : élaborez des personas marketing, interrogez vos client et commerciaux, construisez le contenu de votre site en fonction de leurs retours. Pour chacune de vos pages, mettez-vous à la place de l’internaute afin de répondre à tous ses besoins.

Erreur SEO n° 6 : manquer de contenu sur ses pages 

Google a toujours préconisé un contenu de minimum 300 mots pour chacune des pages. C’est la matière minimale qui lui est nécessaire pour estimer si elles présentent bel et bien un intérêt pour les utilisateurs et donc un intérêt à être positionnées.

Si cette valeur minimale est déjà très faible et ne permettra que très rarement de se positionner dans les premières pages du moteur de recherche, certains sites proposent parfois des pages ne comportant même pas une centaine de mots ! C’est bien souvent le résultat d’une volonté d’axer le contenu des sites sur l’image et le minimalisme. Il faut alors trouver un juste milieu qui vous permettra à la fois d’avoir un site web esthétique et SEO-friendly.

Conseil : gardez en tête que, pour des requêtes concurrentielles, vos pages devront proposer beaucoup de contenu. Outre la notion de volume, il y a aussi une notion de qualité à respecter. Vous ne pouvez pas traiter correctement un sujet sans proposer un minimum de contenu.

Erreur SEO n° 7 : la balise title non optimisée

Élément essentiel de votre référencement naturel, la balise title correspond tout simplement au titre de votre page présent sur le moteur de recherche. C’est un des éléments les plus importants pour le référencement naturel puisqu’il a une double utilité :

  • Placer les mots-clefs ou l’expression sur laquelle vous souhaitez vous positionner.
  • Inciter les internautes qui voient votre page dans les résultats de recherche à cliquer.

De nombreux sites ont des balises titles ne correspondant à aucun de ces deux critères. Pourtant, l’optimisation de ces balises peut avoir un impact majeur. 

Conseil : en SEO, optimiser ses balises titles et métadescriptions est l’un des premiers efforts à faire pour attirer un trafic qualifié. Vous allez donc devoir vérifier régulièrement vos balises titles.

La popularité, un impact majeur

Les moteurs de recherche, Google en tête, se sont construits en proposant les contenus les plus pertinents à leurs internautes. Pour savoir quels contenus sont les plus adaptés à une demande, Google se sert de la notion de popularité. Un site (ou une page) “populaire” très cité et mis en avant est naturellement plus poussé qu’un site qui n’est jamais mentionné. Il est donc nécessaire dans une stratégie SEO de prendre en compte  la popularité, de l’entretenir et de la faire croître autant que possible.

Erreur SEO n° 8 : ne pas travailler son autorité de site web

Si l’on se focalise souvent sur le contenu pour travailler son référencement naturel, l’autorité n’est pas un point à négliger. Le SEO repose en effet sur trois grands axes : le contenu, la technique et l’autorité.

Cette dernière correspond au nombre et à la qualité de liens pointant vers votre site. Chaque site possède une autorité plus ou moins forte en fonction de ces critères :

  • le nombre de domaines (c’est-à-dire de sites) référents qu’il possède,
  • l’autorité de ses domaines référents,
  • la thématique dans lesquels ces domaines sont crédibles.

On parle de Trust Flow et Citation Flow.

Il sera par exemple parfaitement pertinent de recevoir un lien de l’office de tourisme de la Réunion si vous êtes une compagnie aérienne proposant des séjours vers cette destination. A contrario, il est peu probable ou pertinent que votre site sur la mécanique reçoive des liens d’un blog juridique.

Des logiciels comme SEMRush ou encore Majestic SEO vous permettent justement de connaître les metrics de chaque site pour savoir quels sont les emplacements pertinents ou non pour aller chercher des liens.

Conseil : pour développer l’autorité de votre site, les stratégies sont nombreuses. Vous pourrez par exemple rédiger des contenus de blog très qualitatifs pour inciter des sites web à citer vos articles. D’autres préfèreront aller chercher des liens sur des sites d’autorité aux thématiques similaires aux vôtres en proposant des contenus.

Erreur SEO n° 9 : avoir un maillage interne non pertinent

Le maillage interne de votre site web est un élément très important pour votre SEO. Concrètement, il va vous servir à créer des ponts entre vos pages et transférer l’autorité de ces dernières au sein de votre site. Une page ne devrait jamais être une impasse et il est donc pertinent de renvoyer vers des services complémentaires, des sous-pages de précisions, des articles traitant des thématiques connexes au contenu par exemple.

Il faut donc créer des liens logiques entre vos pages et renvoyer vers celles qui peuvent avoir un intérêt SEO. L’erreur classique étant de renvoyer vers la page “contact” ce qui ne présente généralement aucune plus-value directe ou lien sémantique réel.

Conseil : liez vos pages en fonction de vos thématiques connexes et tentez de ne pas créer d’impasses.

Erreur SEO n° 10 : penser que le SEO n’a pas d’avenir !

Dernier élément, et non des moindres, puisqu’il s’agit d’une interrogation stratégique et non purement opérationnelle. Avec les évolutions constantes de Google, on peut être amené à penser qu’il n’est plus aussi intéressant qu’auparavant de miser sur une stratégie de référencement naturel.

En effet, le moteur de recherche devient de plus en plus moteur de réponse et à l’aide de résultats enrichis, il extrait directement des sites le contenu pertinent générant ainsi potentiellement une perte de trafic. Pire : les annonces Google Ads prennent de plus en plus de place avec les années et on peut donc imaginer qu’il ne s’agisse que d’une question de temps avant que les résultats naturels ne deviennent qu’un lointain souvenir.

Pour autant, cette théorie n’a en réalité rien de nouveau. Le SEO existe depuis aussi longtemps que les agences webmarketing, ou presque. Cela fait d’ailleurs l’objet de nombreux articles, tels que SEO : le référencement naturel n’est pas mort. Les intentions de recherche changent et la manière de faire du référencement naturel également. Il ne faut donc pas penser l’avenir du SEO sur les standards du passé.

Vous cherchez un logiciel de SEO ? Jetez un coup d’œil à la liste de Capterra des meilleurs logiciels d’optimisation des moteurs de recherche.


À propos de l’auteur

agence web digitaleMaxime Ben Bouaziz est spécialiste inbound marketing et growth hacking. Il accompagne des entreprises, startups, PME et grands comptes dans la définition de leurs stratégies digitales. Fondateur du média La Pousse Digitale il ambitionne d’offrir les clés d’un webmarketing efficace au travers d’articles et de dossiers de fonds.

Google Ads, c’est quoi ? Ce qu’il faut savoir pour débuter

adwords definition

header google ads definition

Il existe sur Internet des milliers de guides consacrés à Google Ads, anciennement Google AdWords, pour les professionnels du marketing. Mais que faire si vous êtes novice en matière de Search Engine Marketing et ne vous êtes jamais connecté à Google Ads ?

Ou peut-être vous êtes-vous déjà connecté, mais vous n’avez toujours aucune idée de ce qu’il faut faire. Google Ads est un environnement complexe qui a un jargon et des acronymes bien à lui. Savez-vous ce qu’est un mot-clé en requête large, ou un mot-clé à exclure ?

Si vous avez répondu “non” à cette question, ne vous en faites pas, nous sommes là pour vous aider !

Dans ce guide, nous allons vous expliquer en termes simples ce qu’est Google Ads et vous aider à déterminer si votre entreprise pourrait en bénéficier. Nous passerons également en revue les premières étapes à suivre pour mener une campagne réussie.

Qu’est-ce que Google Ads ?

D’après Google lui-même, il s’agit de “la plate-forme de publicité en ligne de Google”. Jusqu’ici, rien que l’on n’aurait pu deviner.

En utilisant Google Ads, les entreprises peuvent créer des publicités en ligne pour atteindre des personnes potentiellement intéressées par leurs produits ou services.

Ces annonces apparaissent soit dans les résultats de recherche Google, soit sur les sites web qui acceptent d’afficher les annonces du réseau Google Display, ou les deux.

Annonce google ads pour l'achat de bottes
Publicités dans les résultats de recherche Google

La question est : comment ces annonces sont-elles diffusées ? De fait, Google Ads sélectionne les annonces à afficher grâce à une enchère. Les annonceurs choisissent quand et où ils veulent que leurs publicités apparaissent, puis enchérissent selon ce qu’ils sont prêts à payer pour chaque clic sur leur annonce. Plus l’enchère est élevée, plus l’annonce est diffusée.

Google Ads n’est qu’un exemple parmi d’autres d’un type de publicité en ligne appelé publicité CPC (coût par clic, ou PPC pour Pay-per-click en anglais). Il s’agit d’un modèle de marketing en ligne où les annonceurs paient des frais à chaque fois que l’on clique sur l’une de leurs publicités.

On trouve des publicités CPC sur les moteurs de recherche (Google, Bing, etc.), les bannières publicitaires, les médias sociaux (Twitter, LinkedIn, Facebook) et Capterra.

Il y a de nombreux aspects à prendre en compte lorsque vous commencez à utiliser Google Ads. Il s’agit d’une plate-forme en libre-service, ce qui signifie que les utilisateurs ont le contrôle total de leurs budgets, paramètres et copies publicitaires et peuvent donc les modifier à tout moment. Selon la complexité de votre business model, de vos objectifs de performance et de votre public cible, vous vous sentez peut-être perdu.

Pour vous faciliter la tâche, nous vous expliquons certaines des étapes de base, dont l’élaboration du budget et la sélection de vos premiers mots-clés.

Mais d’abord, voyons si Google Ads peut répondre à vos besoins actuels.

Dois-je utiliser Google Ads ?

Lorsque vous utilisez Google Ads, vous êtes littéralement en concurrence avec d’autres entreprises pour gagner des clics. Beaucoup d’entre elles font appel à des fournisseurs de Search Engine Marketing (SEM) expérimentés ainsi qu’à des logiciels PPC pour optimiser leurs bénéfices.

Si vous souhaitez gagner de l’argent avec Google Ads, vous allez devoir y passer du temps. Et si vous n’avez pas de temps à y consacrer, vous allez probablement subir un retour sur investissement négatif.

De fait, si votre objectif n’est pas d’acquérir de nouveaux clients, il se peut que Google Ads ne soit pas votre meilleure option. C’est un peu comme apporter un ordinateur quantique en cours de maths : vous mettrez plus de temps à apprendre à utiliser l’ordinateur qu’à faire les calculs à la main.

Si vous ne souhaitez pas acquérir de nouveaux clients à un prix donné, nous vous déconseillons d’utiliser Google Ads, trop onéreux et compliqué pour ce cas de figure. Il existe des moyens plus simples et plus économiques d’accroître la notoriété de votre marque.

Si vous pensez que Google Ads pourrait être un élément utile à votre stratégie marketing, commencez par vous assurer que vous disposez d’un plan d’attaque clair avant de vous lancer.

Google propose de nombreux outils gratuits pour faciliter au maximum la gestion des campagnes, dont l’outil de planification des mots clés, des guides en ligne et, bien sûr, le site web de la communauté d’aide Google Ads.

Si vous avez dégagé assez de temps pour apprendre à utiliser correctement Google Ads, vous devez quantifier clairement et concrètement vos objectifs. Pourquoi l’utilisez-vous ? Que voulez-vous accomplir ? Comment savoir que c’est la bonne solution pour vous ?

Première étape : définir ses objectifs et ses métriques

Google Ads se doit avant tout d’être rentable : c’est l’aspect le plus important.

Si vous dépensez plus pour Google Ads que vous ne gagnez en ventes avec Google Ads, ce n’est évidemment pas bon signe.

Bien sûr, il est normal de perdre de l’argent au début : cela prend du temps d’identifier quels mots-clés, annonces et pages de renvoi vous conviennent le mieux. Mais cette période d’adaptation ne doit pas durer.

N’oubliez pas que vous utilisez Google Ads pour gagner de l’argent. Vous saurez que c’est le bon choix pour vous quand vous gagnerez plus que ce que vous dépensez. Mais cela ne répond pas à cette question cruciale : combien dépenser lorsque l’on commence ?

Comment savoir combien dépenser initialement pour Google Ads ?

Des ouvrages entiers ayant été écrits sur le sujet, cette section ne sera qu’une simple introduction sur le thème du budget du coût par clic.

Nous vous conseillons de commencer par calculer votre coût par acquisition cible (CPA). Si vous ne savez pas comment calculer votre CPA, consultez notre article “Indicateurs marketing : comment déterminer votre coût par acquisition cible”.

Une fois que vous avez déterminé votre CPA, vous savez combien vous pouvez investir dans chaque clic avec Google Ads tout en restant rentable. Vous trouverez ci-dessous un exemple de calcul pour identifier la meilleure offre Google Ads pour votre entreprise.

Infographie Capterra pour calculer le coût des enchères adéquates sur Google Ads
Exemple de calcul pour déterminer les enchères Google Ads adéquates

Maintenant que vous savez combien enchérir, vous devez savoir comment suivre les conversions.

Suivi des conversions

Dans ce contexte, “conversion” signifie simplement “vente”.

Pour réussir avec Google Ads, vous devez pouvoir suivre le processus, du mot-clé à la page de renvoi jusqu’à la vente. Inutile de lancer une campagne si vous n’avez pas établi de stratégie pour suivre les conversions : vos efforts publicitaires seraient vains.

Pour ce faire, vous aurez besoin d’un logiciel : Google Analytics est un SaaS (Software-as-a-Service) gratuit, mais il existe beaucoup d’autres logiciels d’analyse marketing sur le marché.

Deuxième étape : créer une page de renvoi

Une page de renvoi désigne la page vers laquelle un utilisateur est redirigé avoir cliqué sur votre annonce. Cette page est la clé du succès et n’a qu’un seul objectif : vendre.

Voici cinq éléments à considérer pour concevoir une page de renvoi à taux élevé de conversion :

  1. Une valeur ajoutée évidente : lorsqu’un acheteur potentiel se retrouve sur votre page, il devrait comprendre en quelques secondes la nature de votre produit ou service et comment cela peut lui être utile.
  2. Un appel à l’action : votre page de renvoi devrait inciter l’utilisateur à faire un achat.
  3. Un formulaire court : soyez concis et ne demandez que les informations nécessaires.
  4. Des éléments de confiance : avis d’utilisateurs, témoignages détaillés, logos de vos clients… Tout doit être mis en œuvre pour inciter le client potentiel à vous faire confiance. Choisissez des exemples authentiques, pertinents et récents.
  5. Du contenu facile à assimiler : que vous optiez pour des listes à puces ou de démos vidéo, assurez-vous de fournir des informations détaillées sur votre produit ou service. La plupart des utilisateurs ont besoin d’en savoir davantage avant de cliquer sur “Acheter maintenant”.

Troisième étape : enchérir sur les mots-clés

Les mots-clés sont les éléments les plus importants d’une campagne de recherche Google Ads.

Mais avant de passer aux mots-clés, revenons à la base. Comme nous l’avons expliqué plus haut, Google Ads fonctionne comme une vente aux enchères, mais pas dans le sens traditionnel du terme : ici, on enchérit pour des mots-clés. Cela signifie que vous demandez à Google d’afficher votre annonce lorsqu’un internaute recherche un terme particulier ; en échange, vous versez à Google un montant déterminé à chaque fois que l’on clique sur votre publicité.

C’est pour cela qu’il ne faut enchérir que sur des mots-clés étroitement liés à vos produits ou services. Pour ce faire, il suffit d’analyser votre site web : quels sont les termes les plus fréquemment utilisés ? Plus les mots-clés sélectionnés sont pertinents, plus vous aurez de chances de générer des clics auprès d’utilisateurs intéressés par vos produits ou services.

Vous pouvez dès lors prendre des mots-clés comme point de départ et créer une campagne sur cette base. Il est alors plus facile de rédiger une publicité.

A l’aide de l’outil de planification de mots-clés, vous pouvez déterminer les mots et expressions les plus recherchés et les insérer dans vos publicités. N’oubliez pas d’utiliser des variantes et synonymes : il existe de nombreuses façons de chercher la même chose sur Internet.

Types de correspondances

Google vous demandera de choisir le type de correspondances (ou “match”) que vous souhaitez pour chaque mot-clé pour lequel vous enchérissez.

Qu’est-ce qu’un type de correspondance ? Il s’agit de la mesure dans laquelle Google fait correspondre votre mot-clé à ce que l’utilisateur recherche. On compte quatre types de correspondances : mot-clé en requête large, expression exacte, mot-clé exact et modificateur de requête large.

types de correspondance sur google ads
Exemple de correspondance sur Google Ads – tiré du site Google (source)

1. Mot-clé exact

Google affiche votre annonce lorsqu’un utilisateur recherche le mot exact sur lequel vous avez enchéri.

  • Mot-clé : bottes
  • Correspondance exacte : bottes

2. Expression exacte

Google affiche votre annonce lorsqu’un utilisateur recherche une phrase qui contient le mot exact sur lequel vous avez enchéri.

  • Mot-clé : bottes
  • Correspondance d’expression exacte : acheter des bottes

3. Modificateur de requête large

Google affiche votre annonce lorsqu’un utilisateur recherche une phrase qui contient le mot exact sur lequel vous enchérissez ainsi que des termes associés à un modificateur.

  • Mot-clé : bottes +élégantes
  • Correspondance de modificateur de requête large : bottes de qualité

4. Mot-clé en requête large

 Google affiche votre annonce lorsqu’un utilisateur recherche un mot ou une expression en rapport avec le mot ou l’expression sur lequel vous avez enchéri.

  • Mot-clé : bottes élégantes
  • Mot-clé en requête large : chaussures de qualité

Les mots-clés en requête large coûtent parfois plus qu’ils ne rapportent. Optez plutôt pour des mots-clés ou expressions exacts, ainsi que des modificateurs de requête large. Vérifiez régulièrement les rapports sur les termes de recherche pour exclure des mots-clés que vous pourriez cibler sans le vouloir.

Mots-clés à exclure

Un mot-clé à exclure ou mot-clé négatif est un mot ou une expression avec lequel vous ne voulez pas que votre annonce soit associée. Par exemple, si vous vendez des bottes en ligne, vous ne voulez pas que votre site apparaisse dans les résultats de recherche pour “bottes de foin”.

Ils sont tout aussi importants que les autres types de correspondances. Avec la publicité par moteur de recherche, vous pouvez définir le type d’utilisateur précis que vous voulez cibler. Prenez connaissance des types de correspondance et de la façon dont ils fonctionnent et utilisez des mots-clés à exclure pour tirer parti au maximum de vos dépenses publicitaires. Un ciblage pertinent signifie des campagnes de recherche efficaces.

Autres conseils utiles

  • Plus votre page d’accueil, vos mots-clés et vos annonces seront connectés les uns aux autres, moins vous aurez à dépenser pour vos conversions. Tous les éléments de votre page de renvoi (titre de la page, titres et contenu des paragraphes) doivent être pertinents pour le groupe d’annonces que vous avez créé. Intégrez vos mots-clés de façon naturelle et vérifiez que tout s’affiche bien sur mobile. Construisez une base solide avec des pages de renvoi optimisées pour mettre toutes les chances de votre côté.
  • Attention, Google Ads ne peut pas vérifier l’orthographe, la grammaire ou la ponctuation du contenu de vos annonces ou de vos pages de renvoi. Vérifiez-les ou faites-les vérifier avant publication.

Êtes-vous prêt à vous lancer avec Google Ads ?

Nous n’avons fait qu’effleurer la surface de ce que permet Google Ads ! Nous espérons cependant que cet article vous aidera à déterminer si Google Ads est un bon choix pour votre entreprise.

Si vous avez besoin d’un logiciel pour vous aider avec votre campagne, consultez notre catalogue de logiciels PPC et de logiciels d’analyse marketing où vous pourrez comparer les options logicielles et trouver la solution la mieux adaptée à vos besoins marketing.

Vous cherchez un logiciel d’automatisation du marketing ? Jetez un coup d’œil à la liste de Capterra des meilleurs logiciels de marketing automation.

Comment obtenir des avis clients sur Internet ?

Header comment obtenir des avis en ligne

Header comment obtenir des avis clients sur internet

Qui osera prétendre être insensible aux avis clients sur Internet ?

Du point de vue du consommateur, c’est un moyen de s’assurer qu’il fait le bon choix au moment d’effectuer un achat.

Du côté des PME, c’est un moyen de prendre le pouls de son activité et d’en mesurer la popularité et, par conséquent, d’attirer un nombre grandissant d’intéressés. Il s’agit alors de mettre en place une stratégie afin de traquer et d’analyser les avis disséminés sur le web.

Cependant, pour certains, il faudra avant tout obtenir ses premiers avis clients. De fait, il suffit de seulement 5 avis pour créer un cercle vertueux, l’idéal se situant entre 5 et 20 avis selon notre enquête précédemment citée, pour intéresser les utilisateurs et, par extension, en inciter d’autres à laisser leur avis.

Deux concepts permettent d’accumuler rapidement des avis en ligne sans bouger le petit doigt : offrir un service ou produit extrêmement bon ou extrêmement mauvais (ou pittoresque, pour être diplomatique).

Entre ces deux extrêmes, on peut imiter le journaliste de Vice Oobah Butler, devenu un phénomène en faisant de son cabanon le “meilleur restaurant” de Londres à l’aide de faux avis en ligne (pratique passible d’amende, rappelons-le).

De manière réaliste, comment inciter sa clientèle à laisser son avis en ligne sur les diverses plateformes disponibles ?

L’importance des avis clients sur Internet

En septembre dernier, nous avions publié “L’importance des avis en ligne pour le consommateur“, une enquête menée par Capterra. Cette dernière révélait que ces avis clients exercent une influence considérable sur le comportement du consommateur.

Voici quelques données importantes provenant de notre sondage :

  • 64 % des interrogés consultent des avis en ligne pour se faire une idée d’un produit ou service
  • 50 % consultent souvent les avis, 35 % les consultent toujours avant une décision d’achat
  • On laisse plus souvent un avis positif qu’un avis négatif

Infographie Capterra : les comportements face aux avis clients en ligne

Nous nous plaçons aujourd’hui du côté des entreprises et vous proposons ici une liste d’astuces éprouvées qui vous permettront de recueillir vos premiers avis ou d’en augmenter le volume. Vous pouvez soit recueillir ces avis à l’aide de logiciels de gestion des avis ou inviter les internautes à rédiger leur avis sur la plateforme la plus appropriée pour votre marque.

Comment obtenir des avis clients sur Internet ?

Établissez une campagne par e-mail

Demandez à vos clients de partager leur avis juste après leur achat ou votre prestation. Un simple envoi automatique invitant le destinataire à répondre à quelques questions ou à évaluer à l’aide d’étoiles est suffisant. C’est une manière très économique et facile à mettre en place.

Envoyez un questionnaire de satisfaction

Si vous avez déjà des outils vous permettant de connaître le taux de satisfaction de votre clientèle, pourquoi ne pas demander aux clients contents de s’exprimer ? Ceux-ci seront certainement réceptifs à la demande et peuvent jouer un rôle de promoteur auprès de leur entourage.

Utilisez le reciblage

Le reciblage vous permettra, à l’aide des adresses e-mail de vos clients et des fameux cookies, d’afficher une publicité invitant l’internaute à laisser un commentaire sur une plateforme telle que Google ou Facebook. Pour une somme modique, vous êtes certain d’obtenir de la visibilité auprès d’internautes connaissant déjà votre marque. Bien que payante, cette solution reste plus économique que d’autres stratégies de marketing en ligne.

Publiez sur les réseaux sociaux

Si vous avez une présence sur les réseaux sociaux, cela vaut le coup de poster un message à l’attention de vos followers. Si ces derniers ont du temps pour scroller, ils auront a priori 5 minutes pour vous évaluer !

Offrez une récompense

Offrez une récompense pour un avis laissé, en limitant l’offre aux “X premiers”. Testez plusieurs types de récompenses (nul besoin d’y mettre de grands moyens) et voyez ce qui fonctionne le mieux. Selon votre domaine d’activité, cela peut être un bon d’achat ou de réduction, ou un exemplaire gratuit de votre produit. L’investissement, somme toute modeste, en vaut la chandelle : naturellement, les avis laissés seront naturellement positifs.

Autre idée, établissez un partenariat avec un organisme de charité et reversez une somme à chaque avis client laissé, de manière temporaire ou permanente.

Affichez un call-to-action sur votre site

Un simple message en bas de page expliquant que les “avis [vous] intéressent” ou “aident à [vous] améliorer” attirent l’attention. Utilisez les avantages du smart content afin que seuls vos clients voient ce message, plutôt que tous les visiteurs du site, afin de ne recueillir l’opinion de personnes connaissant réellement votre produit.

Programmez un pop-up sur les applications

Si votre entreprise possède une application, vous pouvez choisir de faire s’afficher un pop-up invitant à donner son opinion. Programmez l’affichage au moment opportun : on est naturellement plus disposé à faire un geste dans un moment serein. Instagram, par exemple, demande occasionnellement à ses utilisateurs d’évaluer l’application après la publication d’une image sur son réseau.

Recueillez les avis in situ lors d’un événement

Votre activité vous amène à participer à des événements ou à en organiser ? Profitez-en pour inviter les visiteurs à évaluer votre business sur une tablette (pour les avis courts) ou un ordinateur portable (pour les avis demandant plus de rédaction) sur un stand ou près de la sortie.

Publiez sur les forums de service client

Un forum d’assistance est l’endroit adéquat pour placer un message de ce type. Ce sont vos utilisateurs qui consultent ces questions-réponses : ils seront d’autant plus avisés de donner leur opinion. Vous pouvez même en profiter pour coupler votre annonce avec une offre de remise comme évoqué plus haut.

Disposez des cartes sur les lieux physiques

Si votre business implique un lieu physique (café ou espace de coworking, par exemple, ou simplement le bureau d’accueil), une petite carte imprimée avec le message idoine attirera l’attention de la clientèle de manière subtile.

Demandez par le biais de vos chargés de compte leur avis aux clients habituels

Votre équipe commerciale et vos chargés de compte peuvent également demander directement à vos clients de partager leur avis. Vos représentants connaissent parfaitement l’historique de vos clients et sauront, en fin d’appel, amener l’idée. Il ne leur restera plus qu’à leur faire suivre le lien vers la plateforme ou le moyen que vous aurez choisi(e).

Rendez le processus le plus simple possible

Gardez ceci en tête : plus la procédure est simple, plus il vous sera facile d’inciter vos clients à laisser un avis.

Souvenez-vous :

  • Tous les avis n’ont pas à être dithyrambiques. La perfection n’existe pas, d’autant plus que n’avoir que des avis à 5 étoiles peut même paraître suspect.
  • Ce qui est négatif pour un acheteur ne l’est pas forcément pour un autre. C’est d’ailleurs ce qui fait la crédibilité des avis : des approches personnelles.
  • Visez d’abord les 5 avis, c’est un bon début ! 
  • Lorsqu’il est disponible, publiez le score d’un site de référence sur votre site à l’aide d’un badge.

Et après ?

Une fois tout ou quelques-uns de ces conseils appliqués, voici que les avis coulent à flot. Il est alors temps d’apprendre à les gérer et à les prendre en compte afin d’être à l’écoute de votre clientèle et de ses besoins. Consultez notre article détaillé sur les avis en ligne pour comprendre leurs enjeux et l’impact que ceux-ci ont sur votre business. Dans un futur article, nous vous expliquerons d’ailleurs comment répondre aux avis, bons ou mauvais !

Die 4 Top Digital Marketing Trends für 2020

Digital Marketing Trends 2020 Header Image

Trends kommen und gehen. Im Online Marketing bedeutet das, schnell zu sein. Sich dort aufzuhalten, wo sich die Zielgruppen befinden, um ihnen dort das zu bieten, wonach sie verlangen. Denn nichts ist schlechter für das Marketing, als Trends zu verschlafen und seine Zielgruppe(n) nicht zu erreichen.

Digital Marketing Trends 2020 Header Image

Doch welche Trends werden 2020 kommen und worauf sollten Sie sich als Marketer jetzt schon vorbereiten?

1. TikTok, Instagram & LinkedIn werden Teil der Marketingstrategie

Wie auch in den vergangenen Jahren entwickeln sich soziale Netzwerke weiter. Absoluter Trend ist aktuell TikTok. Rund 4,1 Mio. Deutsche nutzen die App pro Monat für rund 39 Minuten täglich, wie futurebiz aufführt. Die Plattform wächst explosionsartig und ist zusammen mit Instagram der Überflieger in Sachen Wachstum bei den sozialen Netzwerken, wie die ARD/ZDF Onlinestudie feststellt. Kurzweilige Videoformaten verbunden mit der Möglichkeit in Communities zu interagieren sind Trend. Gerade die Generation Z ist hier aktiv. Die Altersgruppe der 16- bis 24-jährigen ist für viele Unternehmen hochattraktiv. Wer die Plattformen noch nicht näher betrachtet und ausprobiert hat, sollte das 2020 im Hinblick auf sein Online Marketing auf jeden Fall tun. Zielgruppen warten nicht.

LinkedIn ist mehr als nur das neue Xing. Die Plattform ist klar auf den Dialog ausgerichtet und bietet hervorragende Möglichkeiten, sich als Experte zu etablieren. Gerade im Bereich der Corporate Influencer haben Sie als Marketer die Möglichkeit, Ihre Expertise zu zeigen. Dabei sollten Sie allerdings darauf verzichten, über Ihr Unternehmen und Produkte/Dienstleistungen zu sprechen.

Der Journalist Falk Hedemann bringt es auf den Punkt.
„LinkedIn ist längst keine Jobbörse mehr, sondern eine Bühne für Thought Leader, ein Content Hub und eine digitale Diskussionsplattform mit reger Interaktion. Für Unternehmen und Marken ist LinkedIn damit aktuell eine echte Alternative zu Facebook.

Und LinkedIn fördert einen weiteren Trend: Markenbotschafter oder Corporate Influencer! Denn anders als bei Facebook sind die Unternehmensseiten beim Business-Netzwerk fast bedeutungslos. Hier geht alles über Personen und deren aktives Wirken.“

Zeigen Sie stattdessen, dass Sie über Branchenwissen verfügen und gehen Sie auf Fragen in den verschiedenen Gruppen ein – oder noch besser, verfassen Sie Artikel zu den Themen, die Ihre Zielgruppen interessieren. Vernetzen Sie sich mit den relevanten Personen aus Ihrer Branche. Online Marketing bedeutet nicht nur Newsletter, Postings und E-Books zu veröffentlichen, sondern auch persönlich zu überzeugen.

2. Voice Search (Sprachbasierte Suche)

Alexa und Siri sind die besten Beispiele dafür, wie mittels Sprachassistenten Suchanfragen funktionieren. Die Funktion könnte „zum Standard in der Suche werden“, so onlinemarketing.de. Allerdings sind nur die wenigsten Unternehmen darauf vorbereitet und verschenken hier viel Potenzial um die eigene sowie zukünftige Zielgruppen zu erreichen und zu bedienen. Gerade auch Personen, die über eine Sehbehinderung verfügen, können hier serviceorientiert abgeholt werden. Ein Markt, den bisher wenige im Blick haben und der enorme Wachstumschancen bietet.

Die Entwicklung zeigt, dass der Bedarf nach sprachbasierter Suche wächst und auch in Bezug auf die Suchmaschinenoptimierung immer relevanter wird. Denn der Mensch möchte in seinem Alltag möglichst so agieren, wie wir es mit anderen Menschen und in unserer Umwelt tun. Die Sprache ist eine einfache und effiziente Form der Kommunikation und der Bedienung. Im besten Fall verstehen uns Sprachassistenten in Zukunft wie ein echter Mensch und können uns mit Informationen aus dem Internet weiterhelfen. Diesen Service in seinem eigenen Angebot und damit im Marketing zu platzieren ist also der nächste logische Schritt, um seine Kunden anzusprechen und zu bedienen. Einen sehr guten und ausführlichen Artikel zu diesem Thema haben die Kollegen bei trustedshops mit Voice Search! Was ist das & wie können Sie davon profitieren? veröffentlicht.

3. Influencer Marketing – Gekommen um zu bleiben

Die Arbeit mit Influencern war in den letzten Jahren von ziellosen Kampagnen geprägt. Da wurden Produkte von Instagramstars und -sternchen einfach ohne Bezug zur Marke in die Kamera gehalten. Inzwischen zeichnet sich ein neues Bewusstsein in der Arbeit mit Influencern ab. Der Trend geht zu Micro- und Nano-Influencern.

Personen die zwischen 500 bis 10.000 Follower haben und nachhaltig für das stehen, was sie ausmacht. Es geht nicht um Reichweite, sondern um Glaubwürdigkeit und Interaktion mit der Zielgruppe. Ein weiterer Vorteil ist, das diese Influencer günstiger zu haben sind als die großen ihrer Zunft. Bei denen bleibt sowieso die Frage, ob man mit jemanden zusammenarbeiten will, der für Geld so ziemlich alles in die Kamera hält und deswegen die angebliche Bindung zu einer oder nur bestimmten Marken unglaubwürdig ist.

Grundsätzlich wird das Thema Zusammenarbeit wichtiger. Es geht darum, langfristige Beziehungen aufzubauen und diese zu halten. So werden Glaubwürdigkeit und Vertrauen in die eigene Marke gestärkt. Das Unternehmen Les Lunes, dass sich als Influencer die Schauspielerin Jana Juli Schölermann und die Reiterin Lisa Röckener ausgesucht hat, steht aktuell für diese Variante. Die Zusammenarbeit läuft seit einiger Zeit und beide werben nur für ausgewählte und sehr langfristige Partner. Beide Personen sind sehr tierlieb und werden von den Usern für ihre ehrliche Art geschätzt. Her hat das Modelabel Les Lunes, das Bekleidung aus Bambusfasern vertreibt, sehr gute Möglichkeiten, seine Mode als vegan und nachhaltig zu präsentieren.

Gerade bei der Zielgruppe junge Frauen, die modisch gekleidet sein wollen ohne die Umwelt zu belasten, kommt diese Influencerkampagne sehr gut an.

Der Vorteil ist, das man sich seitens der Hersteller auf eine bestimmte Zielgruppe konzentriert, der Streuverlust gering ist und die Return of Invest genau nachgehalten werden kann.

4. Nutzer generierter Content

Das Wertvollste, das ein Unternehmen oder eine Marke in der Kommunikation erzielen kann, ist Content, der von den Nutzern selbst erstellt wird. Und zwar ohne dass dahinter Mediabudget steht. User Generated Content ist praktisch der Ritterschlag für jedes Unternehmen, denn dieser Content erzielt rund 6,9 mal mehr Interaktionen als Inhalte, die von Unternehmen erstellt wurden. Als Marketer müssen Sie keinen eigenen Content erstellen. Er belastet ihr Budget nicht und ist authentischer in den Augen der Nutzer. Ihre Aufgabe ist es, die Rahmenbedingungen dafür zu schaffen. Bauen Sie sich eine Community auf, treten Sie mit Ihren Nutzern in Kontakt und vor allem teilen Sie deren Inhalte! Letzteres sorgt für Aufmerksamkeit und zeigt Wertschätzung.

Schaffen Sie Anreize, um über Sie zu berichten. Das können tolle Events sein, Vergünstigungen oder das gute alte Preisausschreiben. Schaffen Sie Möglichkeiten, um sich gezielt auszutauschen, wie beispielsweise eine Gruppe auf Facebook. Bieten Sie damit gleichzeitig auch Fans an, andere Fans zu finden. Moderieren Sie diese und helfen Sie bei Fragen. So haben Sie direkten Zugriff auf Ihre Zielgruppen und erleichtern ihnen den Kontakt zu Ihrem Produkt oder Ihrer Dienstleistung.

Infografik-Digital Marketing Trends

Suchst du Marketing-Automation Software? Wirf einen Blick auf unsere Liste mit den besten Marketing-Automation Tools!

 

 

Comment concevoir une stratégie gagnante en vidéo marketing ?

Comment réussir sa stratégie de marketing vidéo - Header

La réussite de votre stratégie de vidéo marketing réside dans votre capacité à faire passer le bon message, au bon moment.

 

Comment réussir sa stratégie de marketing vidéo - Header

Les investissements dans le vidéo marketing sont à la hausse. L’année dernière, un article de HubSpot indiquait que 41 % des spécialistes du marketing projetaient d’inclure des vidéos Facebook à leur stratégie marketing, alors que 45 % de ces professionnels prévoyaient d’utiliser YouTube.

Ayant inondé la toile de vidéos publicitaires, Facebook, YouTube et d’autres plateformes populaires de réseaux sociaux exposent continuellement vos clients potentiels et existants à du contenu faisant la promotion d’autres marques dans votre secteur.

Il est donc essentiel que votre équipe marketing investisse efficacement et judicieusement dans le vidéo marketing. Que votre entreprise emploie 5 ou 500 collaborateurs, il est clair qu’une stratégie efficace de vidéo marketing vous permettra d’améliorer la notoriété de votre marque et d’augmenter vos chiffres de vente.

Selon Gartner, seules 37 % des personnes qui cliquent sur une vidéo la regardent jusqu’à la fin (étude complète disponible en anglais pour les clients de Gartner). Ne laissez pourtant pas ce chiffre vous dissuader. Au contraire, encouragez votre équipe marketing à se mettre dans la peau de vos clients pour créer des vidéos qui se démarquent de la concurrence.

Afin de toucher et fidéliser la clientèle, il vous faudra créer une stratégie de vidéo marketing originale qui interpelle vos acheteurs.

Comment se différencier de la concurrence et captiver l’attention des acheteurs ? Créez des vidéos centrées sur un moment clé du parcours client.

Développez une stratégie de vidéo marketing ciblant des stades clés du parcours client, à l’aide de ces 3 types de vidéos.

Pour accroître la valeur de votre stratégie de vidéo marketing, créez des vidéos de storytelling, d’avis clients et de démonstrations de produits. Ces trois types de vidéos vous permettront de vous adresser directement à vos clients, en les exposant à du contenu utile et adapté à leurs besoins à des moments clés de leur parcours.

Si vous ne savez pas par quel type de vidéo commencer, identifiez d’abord le stade précis du parcours client que vous souhaitez cibler.

1. Storytelling : racontez l’histoire de votre marque pour vous faire connaître

Vous pourrez vous faire connaître et vous démarquer de la concurrence, en publiant une vidéo de storytelling. Ciblez les acheteurs potentiels qui n’ont jamais visité votre boutique ou ne savent pas ce qui vous distingue des autres marques.

Conseils pros : lors de la création d’une vidéo promotionnelle, essayez d’informer et de convaincre les clients potentiels. Consultez vos profils clients et veillez à ce que votre vidéo leur démontre clairement ce que vous pouvez leur offrir pour résoudre leurs problèmes ou répondre à leurs besoins.

D’après l’étude de Gartner dont nous avons parlé plus haut, les canaux les mieux adaptés à la diffusion d’une vidéo de storytelling incluent la page de renvoi de votre site web, vos profils sur les réseaux sociaux ou votre chaîne YouTube (où la vidéo peut être épinglée en haut de la page d’accueil).

2. Démonstration de produit : informez et autonomisez vos clients pour améliorer leur expérience

Selon Gartner, “les vidéos explicatives, démonstrations de produits et autres tutoriels font partie du contenu le plus fréquemment publié par les marques” (étude complète disponible pour les clients de Gartner).

Leur popularité indique clairement que le rôle des équipes marketing ne s’arrête pas à la fin du parcours d’achat.

Conseils pros : pour fidéliser les clients récemment acquis, offrez-leur des informations claires et facilement accessibles sur vos produits.

En publiant des vidéos intéressantes et informatives sur vos produits, vous augmenterez vos chances de convertir de nouveaux clients en adeptes de la marque.

Particulièrement adaptées aux réseaux sociaux (Facebook, YouTube, etc.), les démonstrations de produits peuvent être publiées sur votre chaîne ou intégrées à un e-mail de suivi envoyé au client une fois l’achat confirmé.

3. Avis de clients : les clients satisfaits sont vos meilleurs ambassadeurs

Arrivé au bout de son parcours d’acheteur, le client satisfait du produit en sa possession ou du service qu’il utilise peut désormais recommander la marque. Pour ce faire, il lui suffit de publier un avis client vidéo, de recommander votre produit ou service à un ami et de partager un avis client vidéo sur les réseaux sociaux.

 Conseils pros : les avis clients vidéo sont un outil très efficace de fidélisation des clients pour les entreprises. 89 % des spécialistes du marketing consultés affirment que les avis clients et études de cas vidéo sont les outils les plus susceptibles d’influencer la décision d’achat des clients potentiels.

En publiant ce type de contenu, vous présentez vos clients comme de véritables ambassadeurs de la marque. Au summum de leur efficacité sur les plateformes de réseaux sociaux dont le contenu peut être partagé, les avis clients vidéo peuvent également être publiés sur la page de renvoi de votre site web pour gagner la confiance des clients potentiels.

Vous recherchez un logiciel de gestion de vidéos ? Consultez la liste des meilleures solutions logicielles de gestion vidéo publiée par Capterra.

Du hast nun eine Customer Journey Map – und jetzt?

customer journey map 2

Eine Customer Journey Map ist nicht das Ziel, sondern nur die erste Station auf dem Weg zu mehr Kundenzufriedenheit.

Customer Journey Map 2 Header

Du hast dich also erfolgreich in die Lage deiner Kund*innen versetzt und ihre Reise detailliert festgehalten. Und jetzt?

Offensichtlich hängst du dir dieses Kunstwerk nicht an die Wand. Und genauso offensichtlich ist es nicht in Stein gemeißelt. Wie also nutzt man eine Customer Journey Map effizient zum Vorteil seines Unternehmens?

Gartner hat herausgefunden, dass 30 % der Führungskräfte im Marketing eine Customer Journey Map zwar haben erstellen lassen, aber nicht wissen, wie sie erfolgreich einzusetzen ist, um Maßnahmen zur Kundenzufriedenheit (Customer Experience, CX) auszumachen und ihnen die nötige Priorität einzuräumen (der vollständige Artikel steht Gartner-Kunden zur Verfügung).

Mit diesem Artikel möchten wir sicherstellen, dass du nicht zu diesen 30 % gehörst. Denn deine Customer Journey Map ist nicht nur zum Anschauen gedacht. Du sollst sie nutzen – und zwar zu deinem Vorteil.

Der nächste logische Schritt ist das Customer Journey Management. Sehen wir uns also an, wie wir anhand der Map Herausforderungen und Probleme, sogenannte Pain Points, aufdecken, diese wiederum mit internen Prozessen verknüpfen und letztendlich die Kundenerfahrung verbessern können.

In 6 Schritten zur effektiven Nutzung deiner Customer Journey Map

Hast du dir deine Customer Journey Map angesehen und dich gefragt, was du nun als Nächstes tun solltest? Wir hätten da ein paar Tipps.

Wir unterscheiden im Folgenden zwischen der Customer Journey Map, die du bereits erstellt hast, und einer Company Journey Map, bei der auch die Prozesse innerhalb deines Unternehmens berücksichtigt werden.

Zu diesem Zwecke nehmen wir ein erfundenes Kunden-Geschäfts-Szenario zwischen Niklas Haas (einem Kunden, der eine Busreise kaufen möchte) und Heller Reisen (einem Busunternehmen, das Niklas gerne als Kunden gewinnen würde) als Beispiel.

1. Validiere deine Customer Journey Map

Zuerst validieren wir deine Customer Journey Map, d. h. wir stellen sicher, dass eine Kundenerfahrung wirklich so wie dort beschrieben vonstattengeht.

Hoffentlich konntest du bei der Erstellung der Map quantitative und qualitative Information einfließen lassen. Wenn nicht, dann berücksichtige jetzt auch alle zusätzlichen Daten, um ein möglichst umfassendes Bild zu erhalten.

Umfragen, Interviews und Fokusgruppen liefern wertvolle Informationen, anhand derer du sicherstellst, dass du keine Schritte in deiner Map vergisst oder falsch auslegst. Stell aber sicher, dass die Teilnehmer*innen repräsentativ für deine vorhandenen und deine Wunschkunden sind.

Egal, wie du vorgehst, der Validierungsprozess sollte dir helfen, folgende Punkte zu identifizieren bzw. verifizieren:

  • Jegliche Berührungspunkte, die noch in der Map fehlen
  • Was Kund*innen zu jedem einzelnen Zeitpunkt erreichen möchten bzw. empfinden
  • Wie erfolgreich Kund*innen ihre Ziele an den einzelnen Punkten erreichen
  • Was Kund*innen als die wichtigsten Momente empfinden

Sobald du bestätigt hast, dass deine Customer Journey Map vollständig ist bzw. nachdem du weitere Informationen aus dem Validierungsprozess hinzugefügt hast, bist du bereit für den nächsten Schritt.

2. Identifiziere Pain Points, die während der Customer Journey auftreten

Die aussagekräftigsten Journey Maps stellen nicht nur die einzelnen Stationen dar, die Kund*innen von Anfang bis Ende durchlaufen. Vielmehr veranschaulichen sie die Emotionen und Handlungen während ihrer Reise.

Freue dich gerne über die Punkte, an denen deine Kund*innen glücklich und zufrieden sind. Besonderes Augenmerk solltest du jedoch auf die Stationen werfen, an denen sie unzufrieden sind oder sich frustriert fühlen.

Rufen deine Kund*innen beim Kundendienst mit immer denselben Fragen und Problemen an? Gibt es auf deiner Website ein Feature oder ein Produkt, das nicht optimal funktioniert? Führen lange Wartezeiten bei einer bestimmten Dienstleistung zu Frustration und dem Wechsel der Kund*innen zur Konkurrenz? Findet ein nahtloser Übergang statt, wenn Kund*innen von einem Kanal zu einem anderen wechseln?

Wenden wir uns unserem Beispiel zu: Niklas Haas und seine Customer Journey mit Heller Reisen. Während der Buchung seiner Busreise sind ein paar Pain Points aufgetreten, derer sich das Unternehmen aufgrund seiner Customer Journey Map bereits bewusst ist.

  • So konnte Haas auf der Website nur schwer die Reise finden, für die er sich interessierte. Es fehlte ein guter Filter, um die Ergebnisse nach Ländern, Kosten oder Anzahl der Reisetage zu sortieren.
  • Nachdem er die Reise gefunden und gebucht hatte, erwartete er eine E-Mail mit der Reiseroute und den wichtigsten Informationen. Die hat er jedoch nie bekommen. Stattdessen musste er sich auf der Website einloggen, um diese Details selbst herauszusuchen.

Pain Points: Customer Journey vs Company Journey

customer journey map graphic

Sieh dir deine qualitativen Daten genau an und hör deinen Kund*innen zu. Sie sagen dir, wenn sie ihre Ziele an bestimmten Punkten nicht erreichen konnten oder wo ihre Erfahrung verbessert werden könnte.

Sobald du die Pain Points identifiziert und diejenigen festgelegt hast, die du als Erstes lösen möchtest, kannst du sie mit deiner Company Journey im Bereich „Interne Abläufe“ verknüpfen und die Lösung dieser Probleme angehen.

3. Verknüpfe die Customer Journey mit internen Abläufen

Vergiss nicht, dass es bei der Customer Journey Map um die Erfahrungen deiner Kund*innen geht, nicht um dein Unternehmen. Im Grunde wirfst du von außen einen Blick auf dein Produkt oder deine Dienstleistung.

Um jedoch die Customer Journey zu verbessern, musst du das Ganze nun umdrehen und externe Berührungspunkte mit internen Systemen, Teams und Prozessen verbinden.

Nehmen wir an, dein Unternehmen sendet jede Woche einen Werbenewsletter. Das Öffnen der E-Mail, das Lesen derselben und das Klicken auf einen Link, der zu deiner Website führt, sind jeweils Berührungspunkte auf der Customer Journey Map. Idealerweise sehen die Kund*innen eine nahtlose Verbindung zwischen der E-Mail und der Webseite.

Intern sind an diesen Berührungspunkten die Marketingplattform für den Newsletter und der Server, das Newsletter-Marketingteam, der Vertrieb, dein(e) Webmaster*in und möglicherweise weitere Personen involviert.

Warum das wichtig ist? Indem du die Customer Journey mit der Company Journey verknüpfst, hast du alle relevanten Stakeholder und Kanäle im Blick, die du bei der Problembehebung berücksichtigen musst.

Gehen wir zurück zu unserem Unternehmen Heller Reisen. Sie wissen, dass ihre Website zu Frustrationen führt. Kund*innen möchten nach Möglichkeiten filtern und nicht eine lange Liste durchsuchen. Das Problem? Heller Reisen hat keine(n) Webmaster*in, der oder die auf der Website einen Filter implementieren kann.

Und sie sind sich nicht sicher, ob der aktuelle Server und die Plattform die Anforderungen erfüllen. Ein(e) Webmaster*in könnte die Website evaluieren und einen Filter implementieren. Dabei wäre jedoch Unterstützung von anderen Teams erforderlich, um jede Reise mit relevanten Tags versehen zu können. Um diese Probleme zu lösen, müssten mehrere Stakeholder zusammenarbeiten.

4. Definiere deine Ziele und behebe Probleme zusammen mit den relevanten Stakeholdern

Häufig werden während der Erstellung einer Customer Journey Map mehrere Pain Points aufgedeckt. Idealerweise kann man diese bei den Kund*innen auftretenden externen Schwachpunkte durch interne Hilfe beheben.

Der erste Schritt ist hier die Priorisierung der Probleme. Welche sollen zuerst angegangen werden? Danach wird mit den relevanten Teams an einer Lösung gearbeitet. Um die gewünschte Kundenerfahrung zu erreichen, sind möglicherweise bereichsübergreifende Kollaborationen nötig, was auch zu sich überschneidenden Systemen, Kanälen und Prozessen führt.

Bei Heller Reisen wird dem Problem mit dem Filtern der Website oberste Priorität eingeräumt. Die bei der Lösung involvierten Stakeholder sind: Personalabteilung (Webmaster*in einstellen), das Team, das zurzeit die Website betreut (Webmaster*in interviewen und einarbeiten) sowie das Team, das die Reisen plant (Tag-Informationen für den/die Webmaster*in bereitstellen, aufgrund derer die Filter erstellt werden).

Sobald Heller Reisen einen dedizierten Website-Experten bzw. eine Webexpertin hat, muss er oder sie mit den Teams für digitale Aspekte, Reiseplanung, Marketing und Design zusammenarbeiten. Gemeinsam legen sie fest, wie die Seiten am besten gestaltet werden, sodass Kund*innen ihre ideale Reise schnell und unkompliziert finden.

5. Erfasse die Key Performance Indicators

Nachdem du ein Brainstorming zur Lösung der wichtigsten Pain Points abgehalten hast, solltest du herausfinden, mit welchen Key Performance Indicators (KPIs) du die Verbesserungen am besten misst.

Lege für jeden Berührungspunkt fest, wie der gewünschte Erfolg aussieht und wie die Kundenerfahrung im Laufe der Zeit gemessen und optimiert werden kann. Da möglicherweise andere Teams über die Daten zur Überwachung der Leistung verfügen, müsst ihr wieder fachübergreifend zusammenarbeiten.

Wie häufig die KPIs analysiert werden, hängt vom jeweiligen Projekt ab, jedoch sollte eine regelmäßige Überprüfung fest eingeplant werden.

Greifen wir ein letztes Mal auf Heller Reisen zurück. Das Unternehmen hat sich entschieden, ein automatisches Mailing-Programm zu implementieren, sodass Kund*innen vor Antritt ihrer Reise wichtige Informationen per E-Mail erhalten. Die Stakeholder*innen haben entschieden, dass das Öffnen der E-Mails und die Klickraten die wichtigsten Metriken für die Erfolgsmessung sind. Das Marketingteam, das für die E-Mails verantwortlich ist, wirft daher jede Woche einen Blick auf diese beiden KPIs.

6. Aktualisiere deine Maps

Mit der Zeit wird sich deine Customer Journey ändern, besonders wenn neue Kanäle (wie z. B. aufkommende Social Media-Plattformen) die digitale Landschaft verändern und so auch Auswirkungen darauf haben, wie deine Kund*innen nach deinem Unternehmen suchen und mit dir interagieren.

Statische und veraltete Maps helfen in solchen Fällen nicht weiter. Während du die Probleme der ersten Version löst, solltest du die Map aktualisieren, sodass sie den aktuellen Stand anzeigt und der Fokus gegebenenfalls auf andere Prioritäten der Kundenerfahrung verlagert werden kann.

Es ist etwas kniffelig zu wissen, wann und wie häufig die Map aktualisiert werden muss. Eine Lösung wäre hier, einen festen Zeitrahmen festzulegen, sodass die Customer Journey Map in regelmäßigen Abständen analysiert und aktualisiert wird. Eine andere Option? Der Einsatz von Customer Journey Map-Software.

Ziehe Customer Journey Map-Software in Betracht

Wenn du nicht gerade Gerhard Mercator nacheiferst, solltest du eine Journey Mapping-Software mit Funktionen für die Visualisierung der Map und die Zusammenarbeit aller Beteiligten einsetzen.

Einige Software-Programme ermöglichen den Nutzer*innen eine gründliche Untersuchung und explorative Analyse des von Kund*innen beim Kauf beschrittenen Weges oder Pain Points. Auf diese Weise werden Probleme bei der Kundenzufriedenheit aufgedeckt, die mit hoher Priorität bearbeitet werden sollten. Einige Lösungen halten auch die Verbesserungen fest und teilen mit, wann es Zeit für eine Aktualisierung ist.

Wo auch immer deine Prioritäten bei einer Journey Map sind, mit den oben dargestellten Schritten bist du auf einem guten Weg.

Wirf einen Blick in das Capterra-Verzeichnis der Customer Journey Mapping-Tools.

Du bist auf der Suche nach Customer Experience Management-Software? Wirf einen Blick in die Capterra-Liste der besten Customer Experience Management-Softwarelösungen

Free Keyword Trackers For Growing Businesses In Australia

Free keyword trackers for SEO optimisation

Free keyword trackers for SEO optimisation

Ever written an epic blog article, only to find nobody reads it? It’s incredibly frustrating, especially when you’re not sure where you went wrong. 

More often than not, your content doesn’t receive the standing ovation it deserves because you’ve not targeted the correct search terms. Using SEO software to carry out keyword research, you can call attention to those masterpieces and drive free, organic traffic to future creations too.

Here’s the slightly trickier bit. Search engine optimisation (SEO) isn’t static, it’s iterative and your position will likely fluctuate over time. For that reason, it’s important to track the positions of your target keywords to maintain and grow your website’s visibility. 

In this article, we cover the benefits of SEO optimisation and how you can track its success using free keyword trackers. 

Why target keywords?

Keywords give Google a summary of what your page is about. Weaving terms that have a high volume of searches into your website content increases the likelihood that Google Australia will display your pages in its results. And when your content ranks for more relevant search terms, it can have a pivotal effect on the overall success of your website. Here are just a few examples. 

You’ll increase:

  • The position of your domain
  • The number of users on your website 
  • Traffic quality (AKA, you’ll receive better-quality leads).

With that in mind, keyword research represents an essential part of growth marketing. 

What is keyword tracking?

Keyword tracking involves monitoring the position of specific words or search terms for your website. The ultimate goal is to sit at the top of the SERPs, so your website is the first a user sees when they use that search term.

featured-snippets-first-position-serps
Source: Search Engine Land

Tracking your target keywords has huge advantages for businesses of any size. For SMEs, it’s particularly advantageous because it doesn’t require a lot of time or money, but provides some truly valuable insights. 

How to use keyword trackers

Here are a few ways businesses can make use of free keyword trackers:

Content optimisation

The data provided in keyword trackers determines which search terms are most used by your target audience. You’ll be able to amplify the visibility of your website and existing content by updating them with the better-suited keywords you discovered during the research stage.

Future strategies

Not only do keyword trackers tell you which of your current target search terms are most successful, but they also highlight ranking opportunities. 

Your list of keywords should show which search terms you haven’t yet covered in your content plan. You can then shape the titles, themes and topics of future creations around your research. For example, if you discover that a large volume of your target audience is typing a specific question into Google Australia, you should write an article that answers it.

Competition analysis

Keyword trackers help to reveal the search terms that other businesses target within their content. Not only does this provide knowledge into your market, but you’ll also get a better grasp of which terms you’ll compete with them on in the SERPs. 

It may be that you’re producing similar content to your competitor, but ask yourself how your content could add greater value to the user. For example, you could create an infographic or video to work alongside an article.

What is the best free keyword research tool?

We’ve selected four free keyword tracking tools to help businesses rank higher in search engines. The platforms we selected had:

  • An established market in Australia
  • A high search volume in Australia
  • At least 50 reviews with 4+ stars.

 Listed in alphabetical order:

1. SE Ranking

 

SE Ranking free keyword tracking tool

 

What is SE Ranking?

SE Ranking is a platform for SEO and online marketing professionals. As well as it’s keyword tracking tool, it includes functionality to carry out:

  • Keyword research
  • Page change monitoring
  • Site audits
  • Competitor analysis
  • Backlink checker
  • Backlink monitoring
  • Reporting.

SE Ranking tracks keywords in Google, Yahoo, YouTube, Yandex and Bing for any region in Australia, down to the exact postcode. It pulls data insights from desktops as well as mobile, so businesses can adjust their user experience accordingly.  

Free trial: 14 days

Cost to upgrade: AUD$62.60 per month for the Optimum subscription. The plan allows users to check the ranking of up to 250 keywords daily. 

What users liked: User’s of SE Ranking said the platform has a generous tracking allowance and the range of features available. They also noted the automated reporting function, which they said made it quick and easy to access data and insights.

User recommended improvements: Subscribers mentioned they prefer the reporting tool within SE Ranking’s desktop version. They found the mobile application’s ability to organise data more limited.

2. SEMrush

 

SEMrush screenshot keyword tracker

What is SEMrush?

SEMrush is well-suited to businesses who target customers on an international level, as well as Australia. It gives its users access to data on more than 580 million domains and 16 billion keywords in 118 countries. 

As well as keyword tracking, it allows users to:

  • Manage backlinks
  • Analyse on-page SEO
  • Carry out a website audit.

Through this data, subscribers can obtain an understanding of their competitor’s organic search, paid, content, PR and social media strategies. 

Free trial: 7 days

Cost to upgrade: The Pro plan is ideal for freelancers, startups and in-house marketers. It costs AUD$99.95 per month for 500 tracked keywords and 5 projects. 

The next level up is the Guru plan, which is designed for SMEs and growing agencies. It includes all the PRO features plus a content marketing platform, branded reports, historical data and extended limits. Users who subscribe to this plan can execute up to 50 projects and track 1,500 keywords for AUD$199 per month.

What users liked: Capterra reviewers said that many of SEMrush’s features cater well to professionals who are new to keyword tracking. For example, the Keyword Magic Tool provides users with a simple overview of words and phrases that they could include in their content plan to improve the overall position of their domain.

User recommended improvements: Some users said that while tools, such as the Keyword Magic Tool, were simple to understand, the more advanced features were trickier to operate without prior SEO knowledge.

4. WooRank

 

Keyword tracking tool WooRank

 

What is WooRank?

WooRank provides insights into how subscribers can improve their domain’s position through SEO optimisation. Subscribers can determine which keywords they already rank for and discover new ones they haven’t yet targeted. 

WooRank enables its users to download branded reports into PDFs and slides. The feature works well for agency’s or professionals who need to compile reports quickly, without the need to put together a presentation manually. 

WooRank’s competitor analysis is another useful feature to use alongside a keyword research strategy. Competitors are given a basic score to show their website visibility and ranking, and users can see how their websites compare.

Free trial: 14 days

Cost to upgrade: The Pro Plan costs US$59.99 per month. With this subscription, users can track up to 50 keywords for the position, volume and performance. For businesses that need to track more keywords, the Premium plan allows for 250 and costs US$179.00 per month.

What users liked: Agency-side professionals like WooRank’s White Label functionality because it allows them to quickly and easily send reports to their clients. The summary score also helped them to determine which of their clients’ sites to prioritise first.

User recommended improvements: Capterra users stated that the platform could benefit from a copy and paste system when uploading several URLs to run a scan. 

There’s no shortcut to getting into the first position in the SERPs, but there’s plenty of tools that will give you the data you need to compete for it. If you’re ready to try a keyword tracker, check out Capterra’s directory of SEO software today.

Cómo realizar una auditoría de contenido y mejorar tu estrategia de marketing digital

Auditoría de contenido para marketing digital

Auditoría de contenido para marketing digital

El marketing de contenidos es uno de los elementos fundamentales de la estrategia de marketing dinámico. Sin embargo, demasiado a menudo, los responsables de marketing no dedican el tiempo necesario a medir la eficacia y el buen funcionamiento de los productos que elabora su equipo, no realizan una auditoría de contenido.

Sin unos indicadores mínimos de rendimiento, los profesionales de marketing de contenidos encuentran grandes dificultades para establecer el retorno de la inversión (ROI por sus siglas en inglés) y el buen funcionamiento de su trabajo.

La auditoría de contenido es una forma eficaz de sacar el máximo partido al contenido que crea tu equipo. Las métricas clave del rendimiento fomentarán el contenido que mejor funcione y le facilitarán a tu equipo de marketing la tarea de crear publicaciones más atractivas.

No olvides que los criterios en los que se base tu auditoría no deberían contener únicamente métricas de rendimiento. Una auditoría de contenido también debería tener en cuenta el enfoque hacia el cliente y medir el contenido con respecto a las fases del viaje del cliente, al canal digital, a la medida en la que se ajusta a la imagen de la marca y a la llamada a la acción.

Cómo realizar auditoría de contenido en tres pasos

Ha llegado el momento de revisar el proceso de auditoría del marketing digital de contenido con unos cuantos consejos profesionales y resumirlo en una plantilla de auditoría de contenido web que podrás descargar.

1. Establece el alcance de la auditoría de contenido

Antes de decidir cómo debes cuantificar el ROI del contenido, es necesario establecer el alcance de la auditoría.

Es posible que puedas lograr un análisis completo de todo el contenido de tu equipo en función del tamaño y del volumen del marketing de contenidos. Si tu equipo crea mucho volumen, sería aconsejable centrarse en un tipo de auditoría segmentado.

Los tipos de auditoría de contenido más habituales son:

  • Calidad editorial y marca: un cálculo cualitativo de la calidad de las creatividades editoriales, así como una evaluación de la medida en la que el contenido de marketing es capaz de ajustarse a la imagen de marca de la empresa e impulsarla.
  • Optimización de buscadores o SEO (del ingles, Search engine optimization): un estudio integral del contenido de la página web de tu empresa en relación con su rendimiento en resultados de búsqueda.
  • Actualidad o temática: un estudio de los temas y de los asuntos de actualidad que aborda tu marketing digital de contenidos.
  • Híbrido: combina elementos de los tipos de auditoría anteriores creando uno compuesto (por ejemplo, una auditoría de contenido tanto para el rendimiento SEO como para la coherencia con la imagen de marca).

2. Elige los criterios

La forma de evaluar el contenido estará definida por el tipo de auditoría que se escoja. Estos criterios deberían ser específicos teniendo en cuenta el alcance de la auditoría que se haya planificado y es necesario que se puedan medir de forma clara.

Para poder crear una auditoría de contenido, los responsables del área de marketing deben elegir los criterios que van a servir de referencia a la hora de auditar.

Por ejemplo, en una auditoría para SEO se tienen en cuenta criterios como la legibilidad, las palabras clave, la relevancia, el contenido duplicado y los metadatos.

Es posible que desees perfilar de forma clara una lista de resultados. Además de la puntuación de cada contenido concreto de forma independiente, los resultados de la auditoría deberían incluir también otro tipo de ajustes y cálculos que puedan mejorar la calidad del contenido.

Siguiendo el ejemplo de la auditoría de contenido para SEO, en los resultados deberían figurar:

  • Una lista de todos los enlaces de tu(s) página(s) web que funcionan y aquellos que no lo hacen.
  • Una clasificación del posicionamiento en búsqueda de todas tus páginas web clasificadas de mejor a peor.
  • Una lista de las palabras clave objetivo.
  • Recomendaciones sobre la conservación, el perfeccionamiento y la eliminación de contenido o de páginas web.
  • Una plantilla para crear contenido optimizado para SEO.

3. Puntúa el contenido

Una vez que todo tu contenido lo hayas asociado con los criterios correspondientes, podrás empezar a asignar las puntuaciones.

Algunos elementos de la auditoría pueden parecer subjetivos, como la calidad editorial de una publicación, pero otras métricas, como los datos de rendimiento digital o los análisis de deficiencias, aportan a la auditoría una precisión mayor basada en datos más concretos.

Es el momento de diseñar una tarjeta de puntuación que garantice que las métricas y los criterios se aplican correctamente y de forma homogénea en todo tu marketing de contenidos.

Si necesitas inspirarte para poder elaborar una metodología de puntuación, hemos creado esta tarjeta de puntuación que puedes descargar que te permitirá comenzar a trabajar:

Scorecard para auditar marketing de contenidos

Elabora recomendaciones que respalden los datos

Todos los datos que se recogen durante la auditoría de contenido brindan un tesoro escondido lleno de información sobre qué funciona bien y qué hay que mejorar.

Analiza si los datos de mayor rendimiento corresponden a un momento clave del viaje del cliente. ¿Hay una llamada a la acción concreta que esté presente en todos los contenidos que más se comparten?

Una vez que sepas todo esto, puedes crear una estrategia de contenido determinante que garantice que la cartera de clientes reciba un mensaje eficaz y que proporcione un alto ROI.

¿Buscas un software de gestión de contenidos? Consulta la lista con las mejores soluciones de software de gestión de contenidos CMS de Capterra.

Black Friday 2019 : préparez votre stratégie pour le jour J

Header Black Friday 2019 France Capterra

Header Black Friday 2019 France Capterra

Voilà que le dernier trimestre de l’année touche à sa fin, il est temps pour les PME de se concentrer sur l’une des meilleures périodes de vente : le Black Friday. Sans être adeptes de la surconsommation, c’est une date que nombre de Français guettent pour faire de bonnes affaires. Voici quelques conseils pour préparer au mieux votre entreprise à ce Black Friday 2019.

Cette année, ce jour spécial tombe le vendredi 29 novembre, une date que déjà bien des Français ont marquée dans leur calendrier et que les entreprises devraient avoir comme date clé dans le leur. En effet, l’an dernier, les sites français proposant la vente en ligne ont enregistré 50 millions de transactions en ligne.

Pour profiter au maximum de cette opportunité commerciale, les PME doivent prévoir non seulement d’éliminer leur stock, mais aussi de conquérir de nouveaux clients fidèles.

Les grandes tendances du Black Friday en France

Le Black Friday est bien souvent synonyme de promotions importantes et sonne le coup d’envoi des achats de cadeaux de Noël. Parfums et cosmétiques, produits high-tech, téléphonie… Les PME ont enregistré en 2018 une multiplication par 4 de leurs chiffres d’affaires.

Comment stimuler vos ventes

Les remises

Il s’agit de l’aspect le plus évident du Black Friday : proposer vos produits à prix cassé. Mais vous pouvez également faire preuve d’imagination : deux produits pour le prix d’un, livraison gratuite, coupons à échanger contre une remise plus importante… Définissez une marge bénéficiaire et identifiez les produits dont le prix sera impacté. Concentrez-vous sur les produits au rendement garanti et vérifiez soigneusement l’état de vos stocks. Vous ne voudriez pas vous retrouver à court d’offres dès le premier jour. 

Les campagnes marketing

L’e-mail marketing et les réseaux sociaux constituent deux canaux incontournables pour votre stratégie marketing. En amont de tout événement important pour votre entreprise, il convient de planifier des actions bien définies.

Avant le Black Friday, préparez une campagne d’abonnement à votre newsletter pour augmenter votre nombre d’abonnés. Profitez de cette période pré-Black Friday pour donner à vos clients un aperçu de ce qui les attend ce jour-là.

Il peut être également judicieux de proposer des avantages exclusifs aux internautes qui s’inscrivent à votre newsletter ou vous suivent sur les réseaux sociaux. N’oubliez pas d’indiquer une date limite pour s’inscrire afin de générer chez l’utilisateur un sentiment d’urgence.

Profitez également des avantages que Facebook, Instagram et WhatsApp offrent aux détaillants. Publiez régulièrement du contenu, investissez dans des publicités dynamiques ciblées et utilisez des hashtags pour gagner en visibilité. Appuyez-vous sur les bons logiciels pour automatiser la phase de commercialisation et vous libérer du temps pour d’autres tâches.

Anticipez le pic de trafic

Lors du Black Friday, le trafic moyen des internautes et mobinautes français passe du simple au double. L’objectif, pour toute marque d’e-commerce, est bien sûr de réduire le taux de rebond, c’est-à-dire le pourcentage d’internautes qui ferment la page avant d’avoir mené à bien leurs achats. Et lors du Black Friday, une page qui ne répond pas ou un panier qui ne se met pas à jour suffit pour faire fuir vos clients et booster les chiffres de la concurrence. Amazon, par exemple, a déterminé que les problèmes de chargement de page peuvent lui coûter jusqu’à 1,360 milliards de dollars par an

Pour garantir une expérience en ligne optimale à vos clients potentiels :

  • Créez une interface utilisateur intuitive
  • Optimisez la vitesse de chargement
  • Proposez plusieurs moyens de paiement
  • Concevez une version mobile de votre site web 100 % fonctionnelle
  • Intégrez les descriptions complètes de chaque produit ainsi que des photos à 360 degrés

Il vous faut donc imaginer un schéma du parcours client solide pour bien comprendre et optimiser vos ventes. 

La planification logistique

Votre site web et votre site mobile sont prêts, vos commerciaux sont briefés, votre équipe informatique carbure au café noir… Mais il suffit d’un problème de logistique pour réduire tous vos efforts à néant. Rien de tel que des retards de livraison ou des commandes annulées pour nuire à votre réputation en ligne et endommager sérieusement votre marque. Heureusement, vous pouvez faire appel à des outils dédiés pour contrôler vos stocks, surveiller le flux de produits et gérer les acheminements. Vous pourrez ainsi simuler le délai de livraison de vos commandes, en prenant en compte le temps de préparation, l’empaquetage et l’envoi du produit, en plus du temps de transport.

N’oubliez pas d’inclure une politique claire de remboursement et d’échange : vous devez informer vos clients des modalités de renvoi (collecte au domicile, dépôt à un point relais…) et leur indiquer clairement comment emballer les produits pour qu’ils vous soient retournés en bon état. 

Le contrôle des stocks

“Produit actuellement indisponible” : voilà un message qui agace, et d’autant plus lors du Black Friday ! Pour éviter ce genre de désagrément qui peut coûter cher à votre marque, organisez votre inventaire et passez vos stocks en revue. Il faut que la quantité de produits sur site corresponde à celle affichée en ligne. 

Lors de la gestion des stocks, identifiez les produits qui se vendent le mieux et assurez-vous qu’ils soient toujours disponibles. Pour écouler un produit difficile à vendre, misez sur les remises et autres avantages limités dans le temps.

Il y a le Black Friday, mais pas que !

En effet, il n’y a pas que le Black Friday pour écouler vos stocks et séduire de nouveaux clients. 

Le Cyber Monday

Le lundi qui suit le Black Friday s’appelle le Cyber Monday et met l’accent sur les biens disponibles en ligne, alors que le Black Friday ciblait avant tout les enseignes physiques. En France, ces deux journées spéciales sont souvent regroupées en un seul week-end. Cette année, le Cyber Monday tombera le 2 décembre.

Les soldes d’hiver 

Les soldes d’hiver sont une spécialité française qui connaît toujours le même succès. On les associe souvent au secteur de la mode et du textile, mais cela fait bien des années que tous les types de commerçants y participent. Les soldes débuteront le 8 janvier et prendront fin le 4 février 2020. Attention, le déroulement des soldes est strictement encadré par la loi.

Les soldes d’été

En 2020, les soldes d’été commenceront le 24 juin pour se terminer le 21 juillet, avec des variations dans certains départements.

Les French Days

Il s’agit tout simplement de la version cocorico du Black Friday : cette année, les French Days se sont déroulés du 27 septembre au 1er octobre. Cependant, encore bien peu de marques jouent le jeu et le résultat s’est avéré plutôt décevant en 2019, une réalité à prendre en compte avant d’investir du temps et des efforts dans une opération spéciale.

Et pour tout connaître d’un coup d’oeil, voici un petit récapitulatif des étapes à suivre pour tirer profit de votre Black Friday !

Infographie Capterra étapes pour optimiser son Black Friday

Et vous, quelles mesures prendrez-vous pour faire de ce Black Friday un véritable succès ? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous.

Et pour vous aider à mettre en place votre programme, n’hésitez pas à comparer les logiciels de Marketing Automation et de Customer Relationship présents dans notre répertoire.